Extension Factory Builder
02/01/2013 à 09:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre du Burkina, le 12 octobre 2012, à Ouagadougou. Le Premier ministre du Burkina, le 12 octobre 2012, à Ouagadougou. © Nyaba Leon Ouedraogo/JA

Le Premier ministre burkinabè, Luc Adolphe Tiao, avait remis sa démission le 27 décembre. Il a été reconduit à son poste par le chef de l'État, Blaise Compaoré, le 31 décembre.

Conformément à la loi, le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, avait remis sa démission le 27 décembre, après la proclamation officielle des résultats des élections législatives du 2 décembre. Mais, sans surprise puisque la majorité de l'Assemblée nationale demeure du côté du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), il a été reconduit dans ses fonctions le 31 décembre par le chef de l'État, Blaise Compaoré.

Les élections législatives ont permis à l'opposition d'affirmer davantage sa présence dans l'hémicycle, avec 30 sièges sur 127. Et si le parti de Compaoré a subi quelques déconvenues lors des élections couplées (législatives et locales), il conserve la majorité absolue à la chambre. Le 28 décembre, Soungalo Ouattara en a été élu président. Il était auparavant ministre de la Fonction publique dans le précédent gouvernement de Tiao.

Un Premier ministre de crise

Luc Adolphe Tiao, 58 ans, a été nommé Premier ministre en avril 2011, au plus fort de la crise sociale qui a secoué le pays. À cette époque, la capitale est régulièrement perturbée par des frondes de soldats et des mutineries qui font craindre un soulèvement généralisé contre le pouvoir. L'ancien journaliste qui a servi de nombreuses fois dans l'administration et les cabinets ministériels est alors ambassadeur du Burkina en France. Il est rappelé de Paris pour tenter de calmer les esprits et met en place, dès son arrivée, des mesures contre la vie chère. 

Jusqu'à maintenant assez populaire, le Premier ministre va pouvoir continuer son travail et devrait nommer un nouveau gouvernement dans les prochains jours.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : 'Timbuktu' au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Burkina Faso : "Timbuktu" au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Après avoir été un temps menacé de déprogrammation, le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako sera bien diffusé au Fespaco le 6 mars. Retour sur une polémique qui a fait t[...]

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique TV

Toutes les vidéos
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130102090110 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130102090110 from 172.16.0.100