Extension Factory Builder
02/01/2013 à 09:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre du Burkina, le 12 octobre 2012, à Ouagadougou. Le Premier ministre du Burkina, le 12 octobre 2012, à Ouagadougou. © Nyaba Leon Ouedraogo/JA

Le Premier ministre burkinabè, Luc Adolphe Tiao, avait remis sa démission le 27 décembre. Il a été reconduit à son poste par le chef de l'État, Blaise Compaoré, le 31 décembre.

Conformément à la loi, le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, avait remis sa démission le 27 décembre, après la proclamation officielle des résultats des élections législatives du 2 décembre. Mais, sans surprise puisque la majorité de l'Assemblée nationale demeure du côté du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), il a été reconduit dans ses fonctions le 31 décembre par le chef de l'État, Blaise Compaoré.

Les élections législatives ont permis à l'opposition d'affirmer davantage sa présence dans l'hémicycle, avec 30 sièges sur 127. Et si le parti de Compaoré a subi quelques déconvenues lors des élections couplées (législatives et locales), il conserve la majorité absolue à la chambre. Le 28 décembre, Soungalo Ouattara en a été élu président. Il était auparavant ministre de la Fonction publique dans le précédent gouvernement de Tiao.

Un Premier ministre de crise

Luc Adolphe Tiao, 58 ans, a été nommé Premier ministre en avril 2011, au plus fort de la crise sociale qui a secoué le pays. À cette époque, la capitale est régulièrement perturbée par des frondes de soldats et des mutineries qui font craindre un soulèvement généralisé contre le pouvoir. L'ancien journaliste qui a servi de nombreuses fois dans l'administration et les cabinets ministériels est alors ambassadeur du Burkina en France. Il est rappelé de Paris pour tenter de calmer les esprits et met en place, dès son arrivée, des mesures contre la vie chère. 

Jusqu'à maintenant assez populaire, le Premier ministre va pouvoir continuer son travail et devrait nommer un nouveau gouvernement dans les prochains jours.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : code électoral sous surveillance

Burkina Faso : code électoral sous surveillance

Les conséquences de l'adoption du nouveau code électoral burkinabè - qui exclut des prochaines consultations présidentielle et législatives les partisans de Blaise Compaoré - sont [...]

Burkina Faso : l'affaire Thomas Sankara, chronique d'un déni de justice

Alors que l'enquête vient d'être relancée par la justice militaire du Burkina, retour sur dix-huit années de blocages judiciaires autour de l'assassinat de Thomas Sankara.[...]

Présidentielle burkinabè : la veuve de Sankara, dernière chance des sankaristes ?

Les mouvements sankaristes burkinabè tenteront-ils un coup de poker, en désignant la veuve de Thomas Sankara candidate à la présidentielle d’octobre ? Ou le coup de théâtre se[...]

Burkina : Mariam Sankara bientôt de retour à Ouagadougou ?

Selon plusieurs sources, Mariam Sankara se rendra dans les prochaines semaines au Burkina.[...]

Burkina : trois ex-ministres de Compaoré sortent de prison, un autre y entre

Selon des sources judiciaires et sécuritaires burkinabè, trois anciens ministres de Blaise Compaoré, interpellés pour des malversations présumées, ont été remis mardi en[...]

Burkina Faso : Djibrill Bassolé, ou l'art du rebond

À Ouagadougou, les ambitions présidentielles de l'ancien ministre ne sont un secret pour personne. Rencontre avec un homme qui a presque réussi à faire oublier qu'il avait été un[...]

Burkina Faso : deux anciens ministres de Blaise Compaoré déférés au parquet

Jérôme Bougouma, ex-ministre de l’Administration territoriale et de la Sécurité, et Salif Kaboré, ex-ministre des Mines et de l’Énergie, ont été[...]

Burkina Faso : le nouveau code électoral promulgué, le camp Compaoré vent debout

Le chef de l'Etat burkinabè Michel Kafando a promulgué vendredi un nouveau code électoral controversé, excluant de la présidentielle et des législatives d'octobre les partisans du[...]

Burkina : le CDP et ses alliés suspendent leur participation à la transition

Contestant ouvertement l'adoption du nouveau code électoral et les arrestations d'anciens proches ou soutiens de Blaise Compaoré, le CDP et les partis de l'ancienne majorité présidentielle ont[...]

Burkina - Djibrill Bassolé : "Oui, je vais annoncer ma candidature à la présidentielle"

Djibrill Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré, ne mâche pas ses mots après le vote du nouveau code électoral, qui interdit aux partisans du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130102090110 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130102090110 from 172.16.0.100