Extension Factory Builder
28/12/2012 à 17:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacob Zuma à Bloemfontein, le 16 décembre 2012. Jacob Zuma à Bloemfontein, le 16 décembre 2012. © AFP Archives

Posséder un chien serait propre à la culture blanche et ne serait pas africain. C'est en tous cas ce que prétend Jacob Zuma, le chef de l'État sud-africain. Débat.

Vingt ans après la fin de l’apartheid, le débat sur la culture africaine continue d’émouvoir régulièrement les Sud-Africains. Même quand il ne s’agit que d’une histoire de chiens.

Jacob Zuma, l’actuel chef de l’État, revendique sans ambiguïté ses prises de positions traditionnalistes et se pose en ardent promoteur de la culture africaine. Souvent délibérément, parfois maladroitement, mais en déclenchant toujours des débats animés chez ses concitoyens.

Dans un discours qu’il a tenu le 26 décembre à Impendle, dans sa région natale du KwaZulu Natal, Zuma s’en est pris, cette fois-ci… aux chiens. C’était le premier discours public qu’il donnait depuis sa réélection à la tête du Congrès national africain (ANC) et il s’exprimait sur la nécessité de « décoloniser les esprits ». Prenant l’exemple de la volonté de certains Noirs, dans son pays, de vouloir posséder un chien, il a estimé que ce souhait revenait à vouloir imiter les Blancs. Promener son toutou et payer pour des soins vétérinaires feraient, selon Zuma, partie de la « culture blanche ». Il a fait resurgir l’image – familière dans l’inconscient collectif des Sud-Africains – d’un homme conduisant son pick-up avec un chien assis à l’abri à ses côtés, tandis qu’un ouvrier noir frissonne dans l’hiver austral, à l’arrière du camion.

Décoloniser les esprits

Dès le lendemain, quelques journaux se sont émus de cette distinction raciale et du discrédit jeté par le président sur les propriétaires de chiens. Twitter, Facebook… les Sud-Africains se sont emparés du sujet sur les réseaux sociaux. Face à la polémique, la présidence s’est fendue d’un communiqué, expliquant que Zuma avait surtout voulu rappeler à ses concitoyens que l’amour porté aux êtres humains devait passer avant l’attention accordée à un animal de compagnie. Souvent citée comme l'une des sociétés les plus violentes au monde, l'Afrique du Sud continue de déplorer un taux de criminalité très élevé et des viols de femmes âgées ont récemment marqué les esprits, incitant les autorités à vouloir moraliser le pays.

« Le président a souligné la nécessité de préserver ce qui était bon dans certaines cultures et de ne pas adopter des pratiques qui nuisent à la construction d’une société africaine solidaire », précise Mac Maharaj, le porte-parole de la présidence dans son communiqué. « Il est malheureux que les journalistes aient choisi de rapporter les propos du président en en faisant un problème plutôt qu’en essayant de promouvoir un débat sur la décolonisation des esprits, comme un moyen de réconcilier et reconstruire la nation. »

Photo de Mandela, qui circule sur Twitter depuis le début de la polémique déclenchée par les pro

Photo de Mandela, qui circule sur Twitter depuis le début de la polémique.

Certaines personnalités se sont invitées dans le débat, comme le célèbre écrivain sud-africain Zakes Mda. En relayant sur Twitter une photo de Mandela prise par Alf Kumalo, où le père de la nation arc-en-ciel pose avec un grand chien blanc, manifestement heureux, Mda écrit : « Il y a plusieurs manières d’être africain. D’être noir, même. Ceux qui aiment les animaux ne sont pas mois Africain/noir que ceux qui ne les aiment pas. »

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

À 34 ans, ce chef d'entreprise devient le premier dirigeant noir de l'Alliance démocratique, parti considéré jusque-là comme "trop blanc". Cela suffira-t-il à &eacut[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : l'opération Fiela suscite la polémique

Dans le cadre de l'opération Fiela, plus de 400 Mozambicains ont été expulsés en fin de semaine dernière et la société civile dénonce une action xénophobe. Le[...]

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30[...]

Cornes de rhinocéros : un juteux trafic en nette progression

Les rhinocéros, menacés d'extinction, sont traqués par les contrebandiers. Zoom sur un trafic très lucratif.[...]

Gaz de schiste : l'Afrique du Sud lance une étude d'impact sur l'exploitation

L'Afrique du Sud a annoncé le lancement d'une étude d'impact de l'exploitation du gaz de schiste, dont la région du Karoo (centre-ouest), écologiquement fragile, détiendrait suffisamment de[...]

L'artiste sud-africain Joe Dog censuré à la Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne

Plus connu sous le nom de Joe Dog, l'artiste sud-africain Anton Kannemeyer a été victime d'une étrange affaire de censure au Portugal, dans la librairie de la Fondation Calouste-Gulbenkian à[...]

Afrique du Sud : qui est (vraiment) Mmusi Maimane, le leader noir du "parti blanc" ?

À 34 ans, Mmusi Maimane a été élu dimanche à la tête de l'Alliance démocratique (DA), première force d'opposition en Afrique du Sud et considérée par le pouvoir[...]

Afrique du Sud - Zapiro : "La liberté d'expression est un combat"

Pourfendeur de l'apartheid et de tous les obscurantismes, cette figure phare des satiristes du continent s'inquiète des menaces qui pèsent sur la démocratie sud-africaine.[...]

Tourisme : les 10 pays africains les plus compétitifs selon le World Economic Forum

  Le World Economic Forum a publié la 5e édition de son rapport bi-annuel, le "Travel & Tourism Competitiveness Report 2015" qui évalue la compétitivité du secteur du voyage[...]

Afrique du Sud : pas de répit dans le massacre des rhinocéros

Le rythme du massacre des rhinocéros s'est encore accéléré en Afrique du Sud, avec 393 animaux tués par des braconniers sur les quatre premiers mois de l'année, une progression de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers