Extension Factory Builder
28/12/2012 à 12:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Vahid Halilhodzic, sélectionneur de l'équipe d'Algérie. Vahid Halilhodzic, sélectionneur de l'équipe d'Algérie. © AFP

L’Algérie n’a pas de chance. Pour son retour en phase finale de Coupe d’Afrique des nations (CAN, du 19 janvier au 10 février en Afrique du Sud), elle a hérité du groupe a priori le plus compliqué avec la Côte d’Ivoire, le Togo et la Tunisie. Et Vahid Halilhodzic, le sélectionneur des Fennecs, en profite pour rappeler que son équipe ne fait pas partie des favoris.

Jeune Afrique : Beaucoup de sélections qualifiées pour la CAN ont décidé de se préparer chez elles ou à l’étranger. L’Algérie, elle, a décidé de rejoindre l’Afrique du Sud dès le 3 janvier

Vahid Halilhodzic : Oui. J’ai choisi cette option pour plusieurs raisons. D’abord, arriver assez tôt sur place va nous permettre de nous acclimater facilement. Et cela va nous éviter aussi de passer du temps dans les avions et de se fatiguer. Nous allons disputer trois matches amicaux sur place (face à l’Afrique du Sud, le 12 janvier, et deux équipes locales, Pretoria University, le 16, et Platinum Stars à une date encore à définir, NDLR).

Vous avez publié une liste de 24 joueurs, qui sera réduite à 23. La grosse surprise, c’est l’absence de Rafik Djebbour, qui marque pourtant beaucoup en Grèce avec l'Olympiakos Le Pirée…

Djebbour était suspendu pour notre premier match face à la Tunisie (le 22 janvier à Rustenburg). Cela a joué dans mon choix. C’est vrai qu’il marque beaucoup en Grèce, mais avec la sélection, il n’est pas aussi efficace. Et puis, cette année, des joueurs comme El Arbi Soudani (Guimaraes, POR) ou Slimani (Belouizdad) se sont révélé. Et j’ai voulu leur faire confiance.

Notre première rencontre face à la Tunisie sera déterminante

Djamel Abdoun (Olympiakos Le Pirée), blessé et indisponible pour trois semaines, ne jouera pas la CAN…

Oui, et  j’ai déjà été contraint de ne pas retenir Madjid Bougherra (Lekhiwiya, QAT). Il est en phase de reprise et n’a plus joué depuis six mois.

Dans un groupe aussi relevé que celui où le sort a placé l’Algérie, que peut-elle espérer ?

Déjà, il ne faut pas nous considérer comme un favori de la CAN 2013 ! Lors du tirage au sort, nous étions dans le troisième chapeau, cela veut dire quelque chose. Ce groupe D me semble être le plus fort des quatre. Notre objectif sera d’abord de passer le premier tour. Nous avons nos chances, mais la Côte d’Ivoire et la Tunisie sont d’excellentes équipes. Et attention au Togo. Notre première rencontre face à la Tunisie sera déterminante.

Quel bilan faites-vous de l’année 2012 ?

Elle est encourageante. On a réussi à se qualifier, on a produit un jeu intéressant, de nouveaux joueurs sont arrivés. J’ai découvert d’excellents éléments dans le championnat algérien, et comme je ne trouvais pas mieux à l’étranger, il était logique que je les retienne. Mais on a encore beaucoup de travail…

___

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers