Extension Factory Builder
27/12/2012 à 16:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La rébellion Séléka est désormais présente sur une bonne moitié nord-est de la Centrafrique. La rébellion Séléka est désormais présente sur une bonne moitié nord-est de la Centrafrique. © J.A.

Environ deux semaines après avoir lancé leur offensive, les rebelles de la coalition Séléka menacent plus que jamais le régime centrafricain. Aux abois, le président François Bozizé a demandé le soutien du Tchad, son fidèle allié, et de la France.  

Plus les jours passent, et plus les rebelles de la coalition Séléka menacent le régime du président centrafricain François Bozizé. Dans un communiqué publié mercredi 26 décembre, la rébellion a demandé aux partisans du pouvoir et aux soldats de déposer les armes. La coalition a assuré ne pas vouloir s’emparer de la capitale Bangui, considérant inutile de livrer bataille face à un président, qui, selon elle, « a déjà perdu le contrôle du pays ».

Après avoir déclaré, lundi, « l’arrêt de ses opérations », la rébellion a repris son offensive le lendemain et s'est emparée hier de Kaga Bandoro. Cette ville située dans le centre-nord du pays à environ 340 km de Bangui est le quatrième chef-lieu de préfecture à être attaqué et occupé, après Ndélé (Nord), Bria (Centre), et Bambari (Centre-Sud), depuis le début de son offensive le 10 décembre. La rébellion est désormais présente sur une bonne moitié nord-est du territoire.

À chaque offensive de la Séléka, l’armée centrafricaine a opposé peu résistance, démontrant sa faible capacité de riposte, en particulier au moment de la prise ultra-rapide de Bambari, qui était pourtant l'une de ses places fortes. La prise de Kaga Bandoro s’est faite presque sans un coup de feu, les Forces armées centrafricaines (FACA) avaient abandonné la ville dès lundi soir pour se regrouper à Dékoa, au sud.

 

État des forces en présence, sur le territoire centrafricain

(Cliquez sur les pictogrammes pour voir l'avancée des rebelles)


Afficher Avancée des rebelles de la coalition Séléka sur une carte plus grande

 

Destabilisé, le régime de Bangui s’en remet à ses alliés, et a demandé à la France et aux États-Unis d’intervenir militairement pour stopper l’avancer des rebelles. Après l’attaque de son ambassade, le 26 décembre, Paris a annoncé le déploiement d'un détachement des forces militaires françaises présentes à Bangui, dans le cadre de la mission Boali, pour sécuriser l'enceinte de la représentation française dans la capitale centrafricaine.

« Si nous sommes présents, ce n'est pas pour protéger un régime, c'est pour protéger nos ressortissants et nos intérêts et en aucune façon pour intervenir dans les affaires intérieures d'un pays », a précisé jeudi le chef de l'État français, François Hollande. « Ce temps-là est terminé", a-t-il déclaré.

Le Tchad et les voisins au secours de Bozizé, jusqu'à quand ?

Des troupes tchadiennes ont en revanche été envoyées par le président tchadien Idriss Déby Itno. Le contingent est arrivé en Centrafrique le 18 décembre. Une partie est basée à Sibut (200 soldats), dernier bastion avant Bangui, à environ 5 heures de route de Kaga Bandoro. Quelque 150 autres soldats sont stationnés à Bossangoa. Des troupes tchadiennes sont également présentes dans la capitale Bangui.

Soutien historique de la Centrafrique, le Tchad est déjà intervenu militairement chez son voisin pour soutenir le président François Bozizé et combattre des rebelles dans le nord du pays, en 2010. Mais les relations entre les deux chefs d'État ne sont pas au beau fixe. Déby insiste depuis plusieurs mois sur l'urgence de la situation et avait prévenu son ami centrafricain de la puissance de la rébellion Séléka. Ces derniers temps, il ne cachait pas son impatience face à son voisin jugé de plus en plus imprudent. Les progrès des rebelles en Centrafrique menacent en effet la stabilité de toute la région, à commencer par le Tchad.

Parallèlement, la force multinationale d'Afrique centrale (FOMAC), qui compte plusieurs centaines de militaires présents en Centrafrique, va envoyer de nouvelles troupes pour sécuriser la capitale, a annoncé jeudi son commandant, le Général Jean-Félix Akaga. « Bangui est sécurisée au maximum par les troupes (de la FOMAC), mais d'autres vont arriver pour renforcer cette mission de sécurisation » de la capitale, a déclaré le Général Akaga à la radio nationale centrafricaine.

Cette force multinationale, mise en place en 2008, avait pour mission d'aider à consolider la paix dans le pays miné par des années de guerre civile et de nombreuses rébellions. Elle a compté jusqu'à 500 soldats en provenance du Gabon, de République démocratique du Congo, du Tchad et du Cameroun. Elle avait commencé à se retirer progressivement de la Centrafrique, qu'elle était censée quitter définitivement avant le 31 décembre 2013.

_____

Vincent Duhem (@vincentduhem)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Du Nigeria au Burundi en passant par la Côte d'Ivoire et la Centrafrique, les élections présidentielles, législatives et locales sont nombreuses en 2015 sur le continent africain. "Jeune Afrique&quo[...]

Centrafrique : Samba-Panza, dos Santos et les 10 millions de dollars

En mars, le président angolais José Eduardo dos Santos avait octroyé un don de 10 millions de dollars à son homologue centrafricaine Catherine Samba-Panza afin de renflouer son pays en [...]

Centrafrique : Luanda annonce la participation des troupes angolaises à la Minusca

Un officiel de la diplomatie angolaise a annoncé lundi que Luanda enverra ses troupes en Centrafrique pour prendre part à la Minusca. Ce sera la première participation de l'Angola dans une opération de[...]

Centrafrique : des militaires tchadiens pour la sécurité de Catherine Samba-Panza ?

La présidente centrafricaine par intérim, Catherine Samba-Panza, souhaiterait que sa sécurité soit assurée par un contingent de militaires tchadiens.[...]

Centrafrique : à la Séléka, c'est chacun pour soi

Elle contrôle encore plus de la moitié du territoire, mais jamais l'ancienne rébellion Séléka n'a été aussi divisée. Ses chefs historiques, Michel Djotodia et Noureddine[...]

Centrafrique : la communauté internationale promet son aide mais veut des avancées

La présidente de transition centrafricaine Catherine Samba Panza est venue s'assurer vendredi à l'ONU du soutien de la communauté internationale, qui laisse percer quelques signes d'impatience face à la[...]

Centrafrique : la Séléka et les anti-balaka dans le viseur de la CPI

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi son intention d'ouvrir une deuxième enquête sur les crimes commis en Centrafrique depuis août 2012.[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Tchad - Centrafrique : normalisation en cours

Les signes de la normalisation des relations entre la Centrafrique de Catherine Samba-Panza et le Tchad de Idriss Déby Itno se multiplient.[...]

Centrafrique : la Minusca prend officiellement le relais de la Misca

La Minusca commence à se déployer officiellement en Centrafrique ce lundi. La mission onusienne remplace la mission africaine dans le pays et devra compter à terme quelque 12 000 hommes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers