Extension Factory Builder
26/12/2012 à 17:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une patrouille française à Bangui, en 2007. Une patrouille française à Bangui, en 2007. © AFP/Archives - Lionel Healing

Une centaine de personnes s'est attaqué à l'ambassade de France à Bangui, le 26 décembre au matin, après avoir fait un sit-in devant l'ambassade américaine. Le ministère de la Défense a demandé le déploiement d'un détachement de la force française présente en Centrafrique, pour protéger les Français.

(Mis à jour le 26 décembre à 19h02)

L'ambassade de France à Bangui a été attaquée dans la matinée du mercredi 26 décembre, à 10h00. Une centaine de personnes, majoritairement membres d'associations proches du Kwa Na Kwa (le parti du président François Bozizé), ont jeté des projectiles contre les locaux de l'ambassade, brisant des vitres, ainsi que sur la représentation d'Air France, après avoir fait un sit-in devant l'ambassade américaine. « Quelques manifestants ont réussi à s'introduire dans l'enceinte même, mais ont été rapidement maîtrisés par la police centrafricaine qui a renforcé sa présence autour de l'ambassade », a déclaré Vinent Floréani, porte-parole adjoint du Quai d'Orsay, à Jeune Afrique. Les lieux sont sécurisés depuis 10h30.

Les manifestants reprochent à la France sa passivité, alors que le régime de Bangui est ébranlé par la rébellion de la coalition Séléka. « Nous sommes ici à l'ambassade de France, parce que c'est la France qui nous a colonisés. Mais la France a tendance à nous lâcher », a déclaré une manifestante.

Le service public de l'ambassade de France a été interrompu tandis que les 1 200 ressortissants français ont reçu, pour le moment, seulement un message d'alerte, selon une source diplomatique. Un vol de la compagnie Air France, qui avait décollé en fin de matinée de Paris pour rejoindre Bangui, a par ailleurs fait demi-tour en vol et doit venir atterrir à nouveau dans la capitale française.

Plus tard dans la soirée, le président français, François Hollande, qui a affirmé se tenir au courant de près de la situation en Centrafrique, a demandé au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, de « prendre toutes les dispositions pour assurer la sécurité » de l'ambassade de France et des Français. Le ministère a immédiatement annoncé le déploiement d'un détachement des forces militaires françaises présentes à Bangui, dans le cadre de la mission Boali, pour sécuriser l'enceinte de la représentationfrançaise dans la capitale centrafricaine.

Détachement militaire français à Bangui

La France a probablement été prise à partie par des manifestants proches du pouvoir dans l'espoir qu'elle réagisse aux incursions rebelles qui s'approchent de Bangui. Paris compte encore un détachement militaire de 200 hommes dans la capitale centrafricaine, déployés dans le cadre de l'opération Boali. Les troupes françaises offrent un soutien logistique, administratif et technique au volet militaire de la mission de consolidation de la paix (Micopax) de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC).

Progression des rebelles vers Bangui

Parallèlement, le temps des négociations est semble-t-il révolu pour la coalition Séléka. Après avoir repris leur offensive mardi, la rébellion qui, depuis le 10 décembre s’est emparée de plusieurs villes de la Centrafrique, a demandé, mercredi, au pouvoir de François Bozizé de « déposer les armes ». « Nous demandons à tous les fils et filles de Centrafrique, à tous les éléments de forces de défense et de sécurité encore fidèles au régime de François Bozizé (...) de déposer les armes immédiatement », déclare Séléka dans un communiqué.

« Par mesure de sécurité et de protection des populations civiles, nous ne considérons plus nécessaire de mener la bataille de Bangui et d’y faire entrer nos troupes, car le Général François Bozizé (...) a déjà perdu le contrôle du pays », ajoutent les rebelles. « Le Séléka demande à toutes les populations centrafricaines où qu’elles se trouvent, d'accepter et de collaborer, dans la paix et la concorde nationales » poursuit le document.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : au moins sept personnes tuées par des milices rivales

Centrafrique : au moins sept personnes tuées par des milices rivales

Des miliciens anti-balaka et ex-Séléka ont tué au moins sept personnes ces derniers jours dans le centre de la Centrafrique. Selon la gendarmerie, les victimes étaient accusées de collaborer av[...]

"Angolagate", l'affaire qui empoisonne la vie politique centrafricaine

L'affaire des 10 millions de dollars donnés par Luanda continue d'affecter la sphère publique à Bangui. Cette fois, c'est le Parlement centrafricain de transition qui s'en mêle.[...]

Centrafrique : médiation internationale à Bangui après les violences

Une délégation de la médiation internationale dans la crise centrafricaine était en visite à Bangui, samedi, pour rencontrer autorités et groupes armés afin de "ramener le[...]

Centrafrique - Anicet Dologuélé : "Samba-Panza n'est pas à l'écoute"

Pour l'ex-Premier ministre et futur candidat à l'élection présidentielle centrafricaine Anicet Dologuélé, le gouvernement centrafricain pèche par manque de transparence dans sa[...]

Centrafrique : six miliciens anti-balaka tués dans des affrontements avec la Minusca

Six miliciens anti-balaka ont été tués mercredi à Bangui dans un échange de tirs avec les forces internationales, a déclaré la Minusca jeudi.[...]

Centrafrique : quatre morts après de nouvelles violences à Bangui

Une attaque de miliciens anti-balaka mardi dans un quartier de Bangui a fait au moins quatre morts.[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza dénonce "une tentative de coup d'État institutionnel"

La présidente centrafricaine de la transition, Catherine Samba-Panza, a estimé mardi que les violences qui secouent Bangui depuis un peu moins d'une semaine s'apparentent à "une tentative de coup[...]

Centrafrique : un prêtre polonais enlevé dans l'Ouest

Des hommes armés fidèles au rebelle Abdoulaye Miskine ont enlevé un missionnaire polonais résidant à Baboua, dans l'ouest de la Centrafrique. Ils demandent la libération du leur chef[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza va rencontrer "les forces vives de la Nation"

Catherine Samba-Panza, la présidente de la transition centrafricaine, entame mardi une série de rencontres avec les "forces vives de la Nation". Objectif : mettre fin au désordre que connaît[...]

Centrafrique : calme précaire à Bangui après plusieurs jours de violences

Le Premier ministre centrafricain, Mahamat Kamoun, avait appelé dimanche soir la population à reprendre ses activités.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers