Extension Factory Builder
26/12/2012 à 13:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Palais Omar Bongo, siège du Sénat, à Libreville. Le Palais Omar Bongo, siège du Sénat, à Libreville. © DR

Le sénateur de Kango, Gabriel Eyeghe Ekomie, a vu son immunité parlementaire levée, le 24 décembre au soir. Accusé de crime rituel par un détenu, il pourra être entendu devant la justice.

Grande première : le Sénat gabonais a levé, lundi 24 décembre au soir, l’immunité parlementaire de l’un des siens, mis en cause dans un crime rituel. Gabriel Eyeghe Ekomie, sénateur de Kango (dans l’Estuaire, à l’est de Libreville), pourra ainsi comparaitre devant la justice, qui réclame son audition dans l’enquête sur l’assassinat d’une jeune fille de 12 ans.

Les crimes rituels sont fréquents au Gabon mais aucune personnalité politique de premier rang n’avait encore été poursuivie en justice. Depuis quelques mois, les autorités commencent à s’émouvoir de ces pratiques qui transgressent parfois allègrement les lois. Le vote du Sénat s’inscrit dans cette volonté affichée de lutter contre l’impunité.

« Nous avons pris cette décision pour permettre à notre collègue d'être entendu devant la barre et de laver son honneur s'il est innocent », a indiqué Rose Francine Rogombé, la présidente du Sénat, lors d’une conférence de presse après le vote intervenu tard dans la soirée du 24 décembre.

Le débat parmi les représentants du peuple gabonais a duré plus de sept mois. Un certain nombre d’entre eux ne souhaitaient pas voir l’immunité d’Eyeghe Ekomie levée, par crainte de créer un précédent. Mais Ida Reteno Assounoué, la ministre de Justice à la tête de la lutte contre les crimes rituels, a finalement obtenu gain de cause.

La sorcellerie, une pratique très répandue

Au Gabon, comme dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne, le recours à la sorcellerie est fréquent dans toutes les couches de la population. Et les hommes politiques ne sont pas les derniers à y faire appel. Les « protections » fournies par les marabouts sont souvent inoffensives, mais les intentions criminelles entachent encore largement ces cérémonies occultes.

Gabriel Eyeghe Ekomie, lui, est accusé par un détenu condamné à perpétuité, Aristide Pambou Moussounda, d’être le commanditaire de l’assassinat de la petite Beverly Bilemba Mouanguela, survenu en février 2009. Celui qui a été reconnu coupable du meurtre a prétendu, en mai 2012, devant la Cour criminelle spéciale de Libreville que l’homme politique lui aurait promis 20 millions de F CFA s’il lui apportait les organes génitaux d’une jeune fille.

La justice va pouvoir poursuivre son enquête et la lutte contre les dérives criminelles de la sorcellerie commencer.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Gabon : à l'heure des comptes

Sur l'échiquier politique, comme sur les plans économique et social, les grandes manoeuvres ont commencé au Gabon. Objectif : la présidentielle 2016. Jeune Afrique fait le tour du pays.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Gabon : le gouvernement instaure le paiement par bons de caisse pour riposter contre les grévistes

Certains enseignants gabonais, en grève depuis plus d'un mois, ont eu mercredi la mauvaise surprise de ne pas trouver les virements de salaire sur leurs comptes bancaires. Le gouvernement a décidé de les[...]

Gabon : pourquoi les fonctionnaires sont-ils en grève depuis plus d'un mois ?

Entrés en grève début février, les fonctionnaires gabonais ont voté aujourd'hui la reconduite de la grève générale. Ils réclament des revalorisations salariales.[...]

Cyclisme : les Africains, nouveaux princes de la "petite reine"

Pour la deuxième année consécutive, un Africain a remporté la Tropicale Amissa-Bongo, au Gabon. Le continent, nouvelle fabrique de champions ? De plus en plus d'experts le pensent.[...]

Gabon : Akanda ou Beverly Hills aux portes de la jungle

Créée il y a deux ans au nord d'une Libreville surpeuplée, la commune d'Akanda grandit à vue d'oeil. Cité idéale qui promeut la mixité sociale, ou gâchis[...]

Gabon : une potiche, Sylvia Bongo Ondimba ? Jamais !

À travers sa fondation pour la famille, Sylvia Bongo Ondimba occupe le terrain de la lutte contre la pauvreté. Avec succès ?[...]

Gabon : l'assurance maladie obligatoire, ça marche !

D'abord réservé aux plus démunis, le régime d'assurance maladie a été généralisé. Avec des consultations et des actes pris en charge de 80 à [...]

Gabon - Sylvia Bongo Ondimba : la santé, "en parler, c'est déjà sauver des vies"

Ces derniers mois, la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a multiplié les actions de sensibilisation pour favoriser la détection précoce des cancers féminins. Elle en dresse le[...]

Gabon : une société suisse réclame 8 millions de dollars à l'État et fait saisir un Boeing

Depuis deux semaines, un avion de la République gabonaise est immobilisé à l'aéroport d'Orly, en France. Saisi par la justice française, il est au centre d'un litige entre une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121226130909 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121226130909 from 172.16.0.100