Extension Factory Builder
26/12/2012 à 13:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Palais Omar Bongo, siège du Sénat, à Libreville. Le Palais Omar Bongo, siège du Sénat, à Libreville. © DR

Le sénateur de Kango, Gabriel Eyeghe Ekomie, a vu son immunité parlementaire levée, le 24 décembre au soir. Accusé de crime rituel par un détenu, il pourra être entendu devant la justice.

Grande première : le Sénat gabonais a levé, lundi 24 décembre au soir, l’immunité parlementaire de l’un des siens, mis en cause dans un crime rituel. Gabriel Eyeghe Ekomie, sénateur de Kango (dans l’Estuaire, à l’est de Libreville), pourra ainsi comparaitre devant la justice, qui réclame son audition dans l’enquête sur l’assassinat d’une jeune fille de 12 ans.

Les crimes rituels sont fréquents au Gabon mais aucune personnalité politique de premier rang n’avait encore été poursuivie en justice. Depuis quelques mois, les autorités commencent à s’émouvoir de ces pratiques qui transgressent parfois allègrement les lois. Le vote du Sénat s’inscrit dans cette volonté affichée de lutter contre l’impunité.

« Nous avons pris cette décision pour permettre à notre collègue d'être entendu devant la barre et de laver son honneur s'il est innocent », a indiqué Rose Francine Rogombé, la présidente du Sénat, lors d’une conférence de presse après le vote intervenu tard dans la soirée du 24 décembre.

Le débat parmi les représentants du peuple gabonais a duré plus de sept mois. Un certain nombre d’entre eux ne souhaitaient pas voir l’immunité d’Eyeghe Ekomie levée, par crainte de créer un précédent. Mais Ida Reteno Assounoué, la ministre de Justice à la tête de la lutte contre les crimes rituels, a finalement obtenu gain de cause.

La sorcellerie, une pratique très répandue

Au Gabon, comme dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne, le recours à la sorcellerie est fréquent dans toutes les couches de la population. Et les hommes politiques ne sont pas les derniers à y faire appel. Les « protections » fournies par les marabouts sont souvent inoffensives, mais les intentions criminelles entachent encore largement ces cérémonies occultes.

Gabriel Eyeghe Ekomie, lui, est accusé par un détenu condamné à perpétuité, Aristide Pambou Moussounda, d’être le commanditaire de l’assassinat de la petite Beverly Bilemba Mouanguela, survenu en février 2009. Celui qui a été reconnu coupable du meurtre a prétendu, en mai 2012, devant la Cour criminelle spéciale de Libreville que l’homme politique lui aurait promis 20 millions de F CFA s’il lui apportait les organes génitaux d’une jeune fille.

La justice va pouvoir poursuivre son enquête et la lutte contre les dérives criminelles de la sorcellerie commencer.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des élimina[...]

Gabon : une manifestation de l'opposition dispersée à coups de gaz lacrymogène

Un cortège de l'opposition gabonaise qui voulait se rendre au palais de justice de Libreville a été dispersé par les forces de l'ordre. Une délégation a néanmoins été[...]

Gabon : le virus Ebola au microscope

Spécialisé dans les maladies virales, le Centre international de recherches médicales de Franceville joue un rôle central dans le dépistage d'Ebola.[...]

France : l'Aston Martin plaquée or d'Omar Bongo vendue 43 500 euros aux enchères

Lors d'une vente auxs enchères à Lyon (France), dimanche, l'ancienne Aston Martin d'Omar Bongo Ondimba, ex-chef d'État du Gabon, a été vendue 43 500 euros.[...]

Le Gabon peut-il renouer avec les compagnies pétrolières ?

Pour augmenter sa production, Libreville a relancé l'attribution de permis offshore. Mais chez les opérateurs, on s'inquiète de la volonté de l'État de récupérer une plus[...]

Polémique : le Gabon porte plainte contre Pierre Péan pour diffamation

Suite à la publication du dernier ouvrage de Pierre Péan, dans lequel le journaliste s'en prend à la famille Bongo, Libreville contre-attaque.[...]

Quand les marchés des capitales africaines partent en fumée

Le marché du Mont-Bouët, à Libreville, a été détruit par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Ces dernières années, des incendies spectaculaires ont ravagé[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Gabon : petits ajustements pour grande échéance

Les piliers du gouvernement gabonais ont été maintenus dans leurs fonctions, le 3 octobre, mais ils ont senti passer le vent du boulet. Le chef de l'État Ali Bongo Ondimba est bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers