Extension Factory Builder
26/12/2012 à 10:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les otages encore retenus par Aqmi. Les otages encore retenus par Aqmi. © AFP

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) accuse le gouvernement français de bloquer les négociations pour la libération des quatre otages français enlevés au Niger.

Dans une vidéo publiée par l'agence de presse mauritanienne en ligne Sahara Medias, Abou Zeid, l’un des principaux dirigeants d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a affirmé que les quatre otages enlevés au Niger en septembre 2010 étaient vivants. Mais il a aussi accusé le gouvernement français de bloquer les négociations qu’Aqmi prétend avoir proposé pour leur libération.

« L'arrêt des négociations et leur blocage total relèvent de la responsabilité de la France. Quant à nous, nous sommes pour les négociations et nous l'avons dit aux Français voici un an déjà », affirme-t-il dans cette vidéo de quatre minutes. « La France n'a pas daigné répondre jusqu'à présent à notre offre de dialogue. »

Le 8 décembre, Clément Legrand, le frère de l’un des otages avait adressé lui-même une vidéo aux ravisseurs, par l’intermédiaire du même média mauritanien qui diffuse toujours les vidéos transmises par Aqmi (comme en septembre, par exemple).

« Nous nous adressons à vous aujourd'hui pour vous dire que nous avons bien entendu vos messages et notamment quand vous vous dites ouverts à toute négociation et que vous attendez le premier pas du gouvernement français », y déclarait-il.

Le 17 décembre, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense français déclarait que les otages étaient vivants, mais que les tentatives en vue d'obtenir leur libération étaient « pour l'instant » restées vaines.

L'épouse de Francis Collomp inquiète pour son état de santé

Trois des sept otages enlevés en septembre 2010 avaient déjà été libérés en février 2011. Il s’agissait d’une Française, d’un Malgache et d’un Togolais, employés, comme les quatre autres toujours en détention, d’employés du groupe nucléaire Areva et de son sous-traitant Satom.

Aqmi retient en outre en otage deux Français kidnappés en novembre 2011 dans le nord du Mali. Tandis qu’une septième personne a été enlevée le 20 novembre dernier dans l'ouest du Mali par un autre groupe islamiste armé, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), figure également au nombre des otages.

Enfin, un Français, Francis Collomp, a également été kidnappé la semaine dernière au Nigeria, dans l’état de Katsina, frontalier du Niger. Son enlèvement a été revendiqué par Ansaru, un groupuscule créé dans la mouvance de Boko Haram.

Son épouse s’est dit très inquiète pour son mari, qui a des problèmes cardiaques et est censé prendre des médicaments tous les jours.

(avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Niger

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Quatre-vingt dix manifestants arrêtés dimanche à Niamey lors d'un rassemblement politique interdit par les autorités ont été remis en liberté, a-t-on appris vendredi auprès [...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

Niger : deuil national de trois jours après les manifestations meurtrières anti-"Charlie Hebdo"

Un deuil national de trois jours a été décrété par le gouvernement nigérien à compter de ce lundi en mémoire des dix personnes tuées lors des manifestations des 16[...]

Niger : 45 églises incendiées dans les émeutes anti-"Charlie Hebdo" à Niamey

Selon la police nationale nigérienne, quarante-cinq églises ont été incendiées samedi, à Niamey, durant les manifestations contre la caricature de Mahomet publiée en une de[...]

Niger : pourquoi les manifestations anti-"Charlie Hebdo" ont été si violentes

Les violentes émeutes contre la une de "Charlie Hebdo" ont fait dix morts au Niger. À la colère contre l'hebdomadaire français, villipendé par des islamistes pour avoir[...]

Niger : tirs de gaz lacrymogènes à Niamey pour disperser une manifestation interdite de l'opposition

La police nigérienne a tiré des gaz lacrymogènes dimanche pour disperser un petit groupe de manifestants de l'opposition réunis à Niamey malgré l'interdiction de leur marche par les[...]

Niger : 5 morts lors des émeutes à Niamey contre les caricatures de "Charlie Hebdo"

Cinq personnes sont mortes samedi à Niamey dans des manifestations contre la publication par l'hebdomadaire français "Charlie Hebdo" d'une caricature de Mahomet qui ont dégénéré[...]

Manifs anti-Charlie au Niger : au moins 7 églises incendiées à Niamey

Au moins sept églises ont été incendiées samedi à Niamey par des manifestants hostiles à la caricature de Mahomet publiée dans l'hebdomadaire français "Charlie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121226100220 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121226100220 from 172.16.0.100