Extension Factory Builder
22/12/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'opposant historique algérien Hocine Aït Ahmed, président du Front des forces socialistes, le 6 L'opposant historique algérien Hocine Aït Ahmed, président du Front des forces socialistes, le 6 © AFP/Archives - FAYEZ NURELDINE

L'opposant historique algérien Hocine Aït Ahmed a annoncé son intention de quitter la présidence du Front des forces socialistes (FFS), qu'il occupe depuis sa création en 1963, à l'issue d'un congrès prévu au deuxième trimestre de 2013.

L'opposant historique algérien Hocine Aït Ahmed a annoncé son intention de quitter la présidence du Front des forces socialistes (FFS), qu'il occupe depuis sa création en 1963, à l'issue d'un congrès prévu au deuxième trimestre de 2013, dans une lettre reçue samedi par l'AFP.

"Le moment est venu pour moi de passer le témoin (...) Je ne me présenterai pas à la présidence du parti pour le prochain exercice", écrit M. Aït Ahmed, 86 ans, dans cette lettre aux membres du conseil national du parti, réunis vendredi à Alger.

M. Aït Ahmed a toutefois assuré qu"'il rest(ait) encore (...) à l'écoute des militantes et des militants et en relation de confiance avec le comité d'éthique et le secrétariat national".

Cet opposant irréductible est le seul survivant des "fils de la Toussaint" qui avaient déclenché la guerre d'indépendance, le 1er novembre 1954.

Né le 20 août 1926 à Aïn El-Hammam (ex-Michelet), en Kabylie, Aït Ahmed est élu député de la première Assemblée nationale en 1962, mais il s'oppose à Ahmed Ben Bella, devenu président, et crée en 1963 le FFS et des maquis de résistance en Kabylie.

Arrêté en 1964, il est condamné à mort puis gracié. Il s'évade en avril 1966 et s'installe alors à Lausanne, en Suisse, d'où il rentrera à Alger en décembre 1989, après 23 ans d'exil. Les autorités avaient alors reconnu la légalité du FFS, dans la foulée du multipartisme.

En juillet 1992, il s'exile à nouveau puis signe en janvier 1995 l'accord de Sant'Egidio, à Rome, demandant au pouvoir d'ouvrir des négociations pour mettre fin à la guerre civile. Parmi les signataires, le Front islamique du salut (FIS, dissous).

En avril 1999, il se retire de l'élection présidentielle avec cinq autres candidats pour dénoncer une fraude annoncée en faveur de Abdelaziz Bouteflika, qui sera réélu en 2004 et en 2009. Il vit depuis en Suisse.

Le FFS compte 27 députés à l'Assemblée nationale sur 462.

© 2012 AFP
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté

Le tribunal criminel d'Alger a décidé, mercredi, de reporter le procès de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest à une autre session. Explications.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Algérie : Yacef Saadi et son compte en Suisse

 Héros de la guerre d'indépendance de l'Algérie, le sénateur Yacef Saadi est détenteur d'un compte bancaire ouvert en Suisse en avril 2006. "Jeune Afrique" présente en[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Algérie : Cheikh Sidi Bémol Broc'n'roll

Derrière ce pseudonyme, Hocine Boukella, chanteur et guitariste kabyle qui défend des influences orientales et occidentales.[...]

Accords d'Évian : 53 ans après, les nostalgiques de l'Algérie française ne digèrent toujours pas

En France, la signature des accords d’Évian continue d’obséder les nostalgiques de l’ordre colonial. À leur tête, Robert Ménard, le maire d’extrême droite de[...]

Les Algériennes sceptiques devant la nouvelle loi contre le harcèlement de rue

Depuis le 5 mars, le harcèlement des femmes dans les lieux publics est illégal en Algérie. Pourtant, les victimes de ce phénomène doutent de l'application réelle de la nouvelle loi.[...]

L'Algérien Issad Rebrab nommé CEO africain de l'année

Issad Rebrab, fondateur du groupe Cévital, et le Kényan Chris Kirubi ont été nommés dirigeants africains de l'année au cours du Africa CEO Forum. Danone, Equity Bank, Helios et IHS ont[...]

France : à Béziers, Robert Ménard entretient la nostalgie de l'Algérie française

En rebaptisant une rue célébrant la signature des accords d’Évian (17 mars 1962) par le nom d’un ancien officier impliqué dans des affaires de torture en Algérie, le maire de[...]

Faire du ski en Afrique ? Oui, c'est possible !

Profiter de la poudreuse en Afrique, une envie originale mais qui peut facilement devenir réalité dans l'une des six stations de ski africaines.Tour d'horizon. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121222123832 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121222123832 from 172.16.0.100