Extension Factory Builder
22/12/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'opposant historique algérien Hocine Aït Ahmed, président du Front des forces socialistes, le 6 L'opposant historique algérien Hocine Aït Ahmed, président du Front des forces socialistes, le 6 © AFP/Archives - FAYEZ NURELDINE

L'opposant historique algérien Hocine Aït Ahmed a annoncé son intention de quitter la présidence du Front des forces socialistes (FFS), qu'il occupe depuis sa création en 1963, à l'issue d'un congrès prévu au deuxième trimestre de 2013.

L'opposant historique algérien Hocine Aït Ahmed a annoncé son intention de quitter la présidence du Front des forces socialistes (FFS), qu'il occupe depuis sa création en 1963, à l'issue d'un congrès prévu au deuxième trimestre de 2013, dans une lettre reçue samedi par l'AFP.

"Le moment est venu pour moi de passer le témoin (...) Je ne me présenterai pas à la présidence du parti pour le prochain exercice", écrit M. Aït Ahmed, 86 ans, dans cette lettre aux membres du conseil national du parti, réunis vendredi à Alger.

M. Aït Ahmed a toutefois assuré qu"'il rest(ait) encore (...) à l'écoute des militantes et des militants et en relation de confiance avec le comité d'éthique et le secrétariat national".

Cet opposant irréductible est le seul survivant des "fils de la Toussaint" qui avaient déclenché la guerre d'indépendance, le 1er novembre 1954.

Né le 20 août 1926 à Aïn El-Hammam (ex-Michelet), en Kabylie, Aït Ahmed est élu député de la première Assemblée nationale en 1962, mais il s'oppose à Ahmed Ben Bella, devenu président, et crée en 1963 le FFS et des maquis de résistance en Kabylie.

Arrêté en 1964, il est condamné à mort puis gracié. Il s'évade en avril 1966 et s'installe alors à Lausanne, en Suisse, d'où il rentrera à Alger en décembre 1989, après 23 ans d'exil. Les autorités avaient alors reconnu la légalité du FFS, dans la foulée du multipartisme.

En juillet 1992, il s'exile à nouveau puis signe en janvier 1995 l'accord de Sant'Egidio, à Rome, demandant au pouvoir d'ouvrir des négociations pour mettre fin à la guerre civile. Parmi les signataires, le Front islamique du salut (FIS, dissous).

En avril 1999, il se retire de l'élection présidentielle avec cinq autres candidats pour dénoncer une fraude annoncée en faveur de Abdelaziz Bouteflika, qui sera réélu en 2004 et en 2009. Il vit depuis en Suisse.

Le FFS compte 27 députés à l'Assemblée nationale sur 462.

© 2012 AFP
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

Algérie : deux militaires tués par des terroristes près de Sidi Bel Abbès

Selon la presse algérienne, deux militaires ont été tués dimanche par un groupe islamiste armé dans la région de Sidi Bel Abbès.[...]

Mondial de Cyclisme : Nacer Bouhanni à la conquête du maillot arc-en-ciel

En 2012, il est devenu le premier Français d’origine africaine à remporter le championnat de France de cyclisme. Depuis, Nacer Bouhanni enchaîne les bonnes performances, et il roule ce week-end pour le[...]

RDC - Kimwaki (TP Mazembe) : "Ne pas laisser Sétif respirer"

Même s’il conserve toutes ses chances de disputer la finale de la Ligue des champions, le TP Mazembe, battu (1-2) par les Algériens de Sétif le 20 septembre, n’est pas forcément en[...]

La presse algérienne choquée par l'assassinat du Français Hervé Gourdel

Les journaux algériens se disaient jeudi "sous le choc" après la décapitation d'Hervé Gourdel, otage français enlevé en Algérie par les "Soldats du califat", un[...]

France : Alger mobilise ses forces pour retrouver les assassins et le corps d'Hervé Gourdel

Dans son intervention prononcée mercredi 24 septembre après l'annonce de la mort d'Hervé Gourdel, otage français décapité par des jihadistes, le président français[...]

Algérie : l'otage français Hervé Gourdel a été décapité par ses ravisseurs

L'otage français Hervé Gourdel, enlevé dimanche en Algérie, a été décapité par ses ravisseurs. "Il a été victime d'un crime odieux dont les auteurs devront[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Algérie : après l'expiration de l'ultimatum, incertitudes sur le sort d'Hervé Gourdel

Au lendemain de l'expiration de l'ultimatum de vingt-quatre heures lancé lundi par les ravisseurs d'Hervé Gourdel en Algérie, aucune information n'a filtré sur le sort de l'otage français. Sa[...]

Maroc-Algérie : à Oujda, bienvenue chez les Bouteflika !

Le président algérien a vu le jour et a fait sa scolarité dans cette ville de l'Oriental marocain, avant de rejoindre les rangs du FLN. Retour sur l'enfance d'un chef.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers