Extension Factory Builder
26/12/2012 à 19:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Lemine Ould Dadde était en détention depuis septembre 2010. Mohamed Lemine Ould Dadde était en détention depuis septembre 2010. © DR

L'ancien commissaire mauritanien aux droits de l'homme, Mohamed Lemine Ould Dadde, est sorti de prison, ce mercredi 26 décembre dans l'après-midi. Il était incarcéré depuis septembre 2010 et avait été condamné à trois ans de prison en juin dernier.

Mohamed Lemine Ould Dadde est enfin sorti de prison. Le 26 décembre, à 15 heures (locales), sa mise en liberté provisoire, assortie d'une caution de 9 millions d'ouguiyas (près de 22500 euros) a été signifiée à l'un de ses deux avocats, Me Brahim Ould Ebety. «  Mon client est très content, il va pouvoir continuer à se battre pour prouver son innocence et nous serons à ses côtés  », a réagi Me Ebety, interrogé par Jeune Afrique.

En juin dernier, l’ancien commissaire mauritanien aux droits de l’homme, 45 ans, avait été condamné à trois ans de prison ferme et à 76 millions d’ouguiyas (190  000 euros) d’amende. Officiellement, il aurait détourné dans l’exercice de ses fonctions, 271 millions d’ouguiyas (750 000  euros) en vue de l’achat, à un prix jugé trop élevé, de matériaux de secours – tentes et denrées alimentaires.

Limogé de ses fonctions le 26 août 2010 et écroué un mois plus tard, Ould Dadde aurait donc fait les frais de la lutte contre la gabegie lancée par le chef de l’État, Mohamed Ould Abdelaziz. Sauf que ses avocats n’ont eu de cesse de dénoncer les «  incohérences  » du dossier, ainsi que la «  détention arbitraire  » de leur client. D’abord, Mohamed Lemine Ould Dadde est traduit devant des juridictions ordinaires, alors que sa fonction lui conférait un rang de ministre. Il aurait donc dû l’être devant la Haute Cour de justice. Ensuite, arrêté le 27 septembre 2010, il aurait dû être libéré le 27 septembre  2011, à l'expiration de la durée légale de sa détention provisoire (six mois, renouvelables une fois). Mais il n’a été jugé qu’après 20 mois d’emprisonnement…

Un homme qui dérange

Noble Maure de la tribu des Tagounanet (Trarza, région du sud-ouest de la Mauritanie), marié depuis onze ans à Céline Brard, une Française, Mohamed Lemine Ould Dadde dérange. Sous la dictature de  Maaouiya Ould Taya  (1984-2005), il milite au sein du mouvement Conscience et résistance, qui dénonce notamment les exactions commises à l’égard des Négro-Mauritaniens.

Prenant fait et cause pour la communauté noire haratine, il n’a ensuite cessé de lutter contre l’esclavage depuis sa nomination au commissariat aux droits de l’homme en septembre 2008, après le putsch du général «  Aziz.  » Dans le documentaire Chasseurs d’esclaves, diffusé sur la chaîne franco-allemande  Arte  en 2008, Mohamed Lemine Ould Dadde racontait d’ailleurs comment il a libéré l’esclave qui lui avait été alloué à sa naissance.

«  Mohamed Lemine Ould Dadde est victime d'une manipulation, assure Me Ebety. Il est innocent et nous allons continuer à nous battre pour le prouver.  »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

'Timbuktu' : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Karim Miské, talent sans frontières

Tantôt à Nouakchott, tantôt à Paris. Une caméra dans une main, un stylo dans l'autre. L'écrivain et documentariste franco-mauritanien Karim Miské explore depuis vingt-cinq ans[...]

Traversées mauritanides : les mots pour le lire

Mi-décembre se tiendra la 5e édition du festival Traversées mauritanides à Nouakchott et à Nouadhibou. Une plongée au coeur des lettres francophones et arabophones.[...]

Mauritanie : Nouakchott croule sous les déchets

Depuis le mois de mai, le ramassage des ordures laisse à désirer à Nouakchott, devenu une véritable décharge à ciel ouvert. Face à ce désastre, des habitants se[...]

Mauritanie : entre les Flam le torchon brûle

Un an après le retour au pays de leurs leaders, les militants de la cause négro-mauritanienne des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) s'entre-déchirent. Faut-il intégrer[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Gouvernement mauritanien : comment faire du neuf avec du vieux

Pas de jeunes, peu de femmes ou de nouveaux visages... Le gouvernement Hademine ressemble à s'y méprendre au précédent. À quelques exceptions près.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers