Extension Factory Builder
26/12/2012 à 19:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Lemine Ould Dadde était en détention depuis septembre 2010. Mohamed Lemine Ould Dadde était en détention depuis septembre 2010. © DR

L'ancien commissaire mauritanien aux droits de l'homme, Mohamed Lemine Ould Dadde, est sorti de prison, ce mercredi 26 décembre dans l'après-midi. Il était incarcéré depuis septembre 2010 et avait été condamné à trois ans de prison en juin dernier.

Mohamed Lemine Ould Dadde est enfin sorti de prison. Le 26 décembre, à 15 heures (locales), sa mise en liberté provisoire, assortie d'une caution de 9 millions d'ouguiyas (près de 22500 euros) a été signifiée à l'un de ses deux avocats, Me Brahim Ould Ebety. «  Mon client est très content, il va pouvoir continuer à se battre pour prouver son innocence et nous serons à ses côtés  », a réagi Me Ebety, interrogé par Jeune Afrique.

En juin dernier, l’ancien commissaire mauritanien aux droits de l’homme, 45 ans, avait été condamné à trois ans de prison ferme et à 76 millions d’ouguiyas (190  000 euros) d’amende. Officiellement, il aurait détourné dans l’exercice de ses fonctions, 271 millions d’ouguiyas (750 000  euros) en vue de l’achat, à un prix jugé trop élevé, de matériaux de secours – tentes et denrées alimentaires.

Limogé de ses fonctions le 26 août 2010 et écroué un mois plus tard, Ould Dadde aurait donc fait les frais de la lutte contre la gabegie lancée par le chef de l’État, Mohamed Ould Abdelaziz. Sauf que ses avocats n’ont eu de cesse de dénoncer les «  incohérences  » du dossier, ainsi que la «  détention arbitraire  » de leur client. D’abord, Mohamed Lemine Ould Dadde est traduit devant des juridictions ordinaires, alors que sa fonction lui conférait un rang de ministre. Il aurait donc dû l’être devant la Haute Cour de justice. Ensuite, arrêté le 27 septembre 2010, il aurait dû être libéré le 27 septembre  2011, à l'expiration de la durée légale de sa détention provisoire (six mois, renouvelables une fois). Mais il n’a été jugé qu’après 20 mois d’emprisonnement…

Un homme qui dérange

Noble Maure de la tribu des Tagounanet (Trarza, région du sud-ouest de la Mauritanie), marié depuis onze ans à Céline Brard, une Française, Mohamed Lemine Ould Dadde dérange. Sous la dictature de  Maaouiya Ould Taya  (1984-2005), il milite au sein du mouvement Conscience et résistance, qui dénonce notamment les exactions commises à l’égard des Négro-Mauritaniens.

Prenant fait et cause pour la communauté noire haratine, il n’a ensuite cessé de lutter contre l’esclavage depuis sa nomination au commissariat aux droits de l’homme en septembre 2008, après le putsch du général «  Aziz.  » Dans le documentaire Chasseurs d’esclaves, diffusé sur la chaîne franco-allemande  Arte  en 2008, Mohamed Lemine Ould Dadde racontait d’ailleurs comment il a libéré l’esclave qui lui avait été alloué à sa naissance.

«  Mohamed Lemine Ould Dadde est victime d'une manipulation, assure Me Ebety. Il est innocent et nous allons continuer à nous battre pour le prouver.  »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Biram Dah Abeid : 'En Mauritanie, les Haratines sont traités comme des objets'

Biram Dah Abeid : "En Mauritanie, les Haratines sont traités comme des objets"

Président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, Biram Dah Abeid dénonce la subsistance de pratiques esclavagistes en Mauritanie.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

67e Festival de Cannes : un Africain en lice pour la palme d'or

La sélection officielle du 67e Festival de Cannes a été présentée jeudi à la presse. Dans la liste des films retenus, le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

La Mauritanie "n'exclut pas d'envoyer des forces en Centrafrique"

La Mauritanie pourrait envoyer des forces militaires en Centrafrique, a déclaré, lundi, le président Mohamed Ould Abdelaziz, lors d'une conférence de presse. Le chef de l'État a estimé[...]

Mauritanie : le pouvoir et l'opposition peinent à relancer le dialogue avant la présidentielle

Mardi, lors d'une première réunion préparatoire de leurs négociations sur l'élection présidentielle mauritanienne, prévue pour la mi-2014, le pouvoir et l'opposition ne sont pas[...]

Mauritanie : des manifestations contre une profanation du Coran font une victime

Un jeune homme a été tué lundi à Nouakchott et plusieurs personnes ont été blessées lors de manifestations, selon des sources concordantes. Des milliers de personnes[...]

Mauritanie : l'opposition menace de boycotter l'élection présidentielle

L'opposition mauritanienne ne participera pas à l'élection présidentielle prévue cette année en Mauritanie, à une date non encore fixée, si les conditions de transparence ne sont[...]

Droits de l'Homme : la Mauritanie va adopter une feuille de route pour éradiquer l'esclavage

La Mauritanie adoptera en mars une "feuille de route" pour éradiquer l’esclavage. C'est ce qu'a annoncé jeudi à Nouakchott la rapporteuse spéciale de l’ONU sur les formes[...]

Mauritanie : Ahmed Ould Hamza candidat à la présidentielle

Ahmed Ould Hamza, qui a quitté le 9 février la présidence de la Communauté urbaine de Nouakchott, devrait annoncer prochainement sa candidature à la présidentielle mauritanienne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers