Extension Factory Builder
26/12/2012 à 19:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Lemine Ould Dadde était en détention depuis septembre 2010. Mohamed Lemine Ould Dadde était en détention depuis septembre 2010. © DR

L'ancien commissaire mauritanien aux droits de l'homme, Mohamed Lemine Ould Dadde, est sorti de prison, ce mercredi 26 décembre dans l'après-midi. Il était incarcéré depuis septembre 2010 et avait été condamné à trois ans de prison en juin dernier.

Mohamed Lemine Ould Dadde est enfin sorti de prison. Le 26 décembre, à 15 heures (locales), sa mise en liberté provisoire, assortie d'une caution de 9 millions d'ouguiyas (près de 22500 euros) a été signifiée à l'un de ses deux avocats, Me Brahim Ould Ebety. «  Mon client est très content, il va pouvoir continuer à se battre pour prouver son innocence et nous serons à ses côtés  », a réagi Me Ebety, interrogé par Jeune Afrique.

En juin dernier, l’ancien commissaire mauritanien aux droits de l’homme, 45 ans, avait été condamné à trois ans de prison ferme et à 76 millions d’ouguiyas (190  000 euros) d’amende. Officiellement, il aurait détourné dans l’exercice de ses fonctions, 271 millions d’ouguiyas (750 000  euros) en vue de l’achat, à un prix jugé trop élevé, de matériaux de secours – tentes et denrées alimentaires.

Limogé de ses fonctions le 26 août 2010 et écroué un mois plus tard, Ould Dadde aurait donc fait les frais de la lutte contre la gabegie lancée par le chef de l’État, Mohamed Ould Abdelaziz. Sauf que ses avocats n’ont eu de cesse de dénoncer les «  incohérences  » du dossier, ainsi que la «  détention arbitraire  » de leur client. D’abord, Mohamed Lemine Ould Dadde est traduit devant des juridictions ordinaires, alors que sa fonction lui conférait un rang de ministre. Il aurait donc dû l’être devant la Haute Cour de justice. Ensuite, arrêté le 27 septembre 2010, il aurait dû être libéré le 27 septembre  2011, à l'expiration de la durée légale de sa détention provisoire (six mois, renouvelables une fois). Mais il n’a été jugé qu’après 20 mois d’emprisonnement…

Un homme qui dérange

Noble Maure de la tribu des Tagounanet (Trarza, région du sud-ouest de la Mauritanie), marié depuis onze ans à Céline Brard, une Française, Mohamed Lemine Ould Dadde dérange. Sous la dictature de  Maaouiya Ould Taya  (1984-2005), il milite au sein du mouvement Conscience et résistance, qui dénonce notamment les exactions commises à l’égard des Négro-Mauritaniens.

Prenant fait et cause pour la communauté noire haratine, il n’a ensuite cessé de lutter contre l’esclavage depuis sa nomination au commissariat aux droits de l’homme en septembre 2008, après le putsch du général «  Aziz.  » Dans le documentaire Chasseurs d’esclaves, diffusé sur la chaîne franco-allemande  Arte  en 2008, Mohamed Lemine Ould Dadde racontait d’ailleurs comment il a libéré l’esclave qui lui avait été alloué à sa naissance.

«  Mohamed Lemine Ould Dadde est victime d'une manipulation, assure Me Ebety. Il est innocent et nous allons continuer à nous battre pour le prouver.  »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du 1[...]

Terrorisme, immigration... : les pays du G5 sahélien se mobilisent

Le G5 du Sahel, créé l'an dernier, compte parmi ses membres le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, était[...]

Mauritanie : au-delà des chants du désert

Appelées "flash", les clés USB et les mini-cartes mémoire sont les supports les plus utilisés pour stocker, diffuser et partager des sons en Mauritanie. Connectées à un[...]

Mauritanie : le président Aziz appelle à l'arrêt d'une grève dans une mine de fer

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé les travailleurs de la principale mine de fer de son pays, en grève depuis deux mois pour des augmentations de salaires, à "reprendre le[...]

Il s'appelait Lemrabott

Il était l'une des rares personnalités politiques mauritaniennes de ce dernier quart de siècle à faire l'unanimité autour de son nom, et son décès brutal, le 8 mars[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Entre clandestinité et tabous, dix choses à savoir sur l'avortement au Maghreb

Au Maghreb, l'avortement clandestin est une réalité que connaissent de nombreuses femmes. Une pratique dangereuse qui brise de nombreuses vies. Pays par pays, "Jeune Afrique" fait le point sur la question.[...]

Mauritanie : Aziz n'est pas Charlie

Depuis son accession au pouvoir, en 2009, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz ne manque pas une occasion de se poser en défenseur zélé de l'islam. Non sans[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers