Extension Factory Builder
21/12/2012 à 14:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sami Trabelsi, sélectionneur de l'équipe de Tunisie. Sami Trabelsi, sélectionneur de l'équipe de Tunisie. © AFP

Sami Trabelsi, le sélectionneur de la Tunisie, va retrouver ses joueurs le 26 décembre pour préparer la CAN 2013 en Afrique du Sud (19 janvier-10 février). Une compétition qu’il aborde avec l’objectif  "d’aller le plus loin possible", en pensant très fort à la finale.

Jeune Afrique : Sami Trabelsi, pour cette CAN 2013 la Tunisie a hérité d’un groupe (Algérie, Togo, Côte d’Ivoire) qui semble encore plus relevé que celui de l’an dernier (Gabon, Niger, Maroc)…

Sami Trabelsi : Je n’en suis pas convaincu. Le Gabon et le Maroc étaient de gros morceaux. C’est vrai que la Côte d’Ivoire, qui fait partie des favoris, et l’Algérie, un des outsiders, c’est très fort aussi. Il ya aussi le Togo, même si le forfait d’Adebayor est mauvaise nouvelle pour son équipe. C’est un groupe relevé, et je ne suis pas certain que les matches vont atteindre des sommets. Au premier tour, il s’agit avant tout de se qualifier.

Votre équipe semble avoir gagné en maturité depuis votre quart de finale lors de la CAN 2012 (1-2 face au Ghana)…

Elle progresse, c’est vrai. Techniquement et tactiquement, notamment. La qualité de jeu s’améliore, hormis lors du match retour qualificatif pour la CAN 2013 chez nous face à la Sierra Leone (0-0, le 12 octobre).

Youssef Msakni a beaucoup progressé, mais il peut faire mieux

Cette année, votre capitaine Karim Haggui a pris sa retraite internationale, alors que des joueurs comme Selim Benachour, Yassin Mikari ou Amine Chermiti, la plupart blessés, n’ont plus été appelés en sélection depuis plusieurs mois. Votre sélection a-t-elle perdu en expérience ?

Non, car j’ai des joueurs d’expérience. Bien sûr, la retraite d’Haggui et les blessures de Mikari, Chermiti ou Chikhaoui sont embêtantes, mais j’ai un groupe de 30 joueurs, avec des éléments expérimentés comme Mathlouthi, Jemaa, Chemmam ou Khlifa. J’ai aussi des joueurs assez jeunes qui ont l’habitude du haut niveau.

Comme Youssef Msakni, par exemple ?

Oui. Avec l’Espérance de Tunis et la sélection, il dispute des matches de Ligue des Champions ou de phase finale de CAN. Il a beaucoup progressé dans son jeu, il a compris qu’il fallait être efficace. C’est un joueur important, qui peut faire encore mieux. Mais comme les autres, il n’est pas indispensable. Je suis aussi heureux que Wahbi Khazri (Bastia), qui avait joué pour l’équipe de France espoirs, ait décidé de porter le maillot de la Tunisie.

Quel sera votre objectif en Afrique du Sud ?

On ne parle pas de nous comme un des favoris, mais je pense que nous avons les moyens d’aller en finale. En tout cas, c’est mon objectif…

___

Propos recueillis par Alexis Billebault



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie - Troussier : 'Il fallait que je quitte Sfax'

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux congo[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Tunisie : soixante-dix candidats déclarés pour la présidentielle du 23 novembre

Soixante-dix personnes ont d'ores et déjà déposé un dossier de candidature à la présidentielle tunisienne, qui aura lieu le 23 novembre. La liste définitive des participants ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers