Extension Factory Builder
20/12/2012 à 09:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'acteur américain, Ben Affleck, à Washington, le 19 décembre 2012. L'acteur américain, Ben Affleck, à Washington, le 19 décembre 2012. © AFP/Kris Connor

Engagé dans le combat humanitaire dans l’est de la RDC depuis 2009, l’acteur et réalisateur américain Ben Affleck s’est adressé à la Chambre des représentants, mercredi 19 décembre, à Washington. Objectif : demander aux députés américains d’exercer leur influence pour rétablir la paix au Congo.

Ben Affleck est sensible à la situation humanitaire catastrophique depuis des années dans l’est de la RDC. En 2009, l’acteur et réalisateur hollywoodien a lancé l'Initiative pour le Congo oriental (ECI), une association de soutien aux ONG qui a déjà levé plus de deux millions de dollars. Et mercredi 19 décembre, il était devant les élus de la commission de la Défense du Congrès américain pour leur demander, notamment, de s’engager en faveur d’un renforcement du mandat de la Monusco.

« Je ne suis pas ici pour quémander l'argent du contribuable américain. Je suis ici aujourd'hui pour respectueusement demander que vous usiez de votre pouvoir, a-t-il d’abord déclaré. Le M23 n'est que le dernier d'une longue liste de groupes armés qui déstabilisent le Congo depuis 1994. (…) Nous avons vu ce cycle se répéter à de trop nombreuses reprises : la violence éclate, la communauté internationale s'intéresse pendant un moment à cette partie du monde, la violence recule et le monde se détourne, soulagé, sans s'occuper des problèmes systémiques » à l'origine de l’instabilité.

Influence "unique"

« Au minimum, le mandat [de la Monusco, NDLR] doit être renforcé afin de lui permettre de vraiment maintenir la paix et protéger la population », a conclu Ben Affleck. Qui a aussi rappelé que le M23 était, selon lui et l’ONU, « soutenu par le Rwanda et l'Ouganda », qui ont toutefois toujours nié ce rôle, sans véritablement réussir convaincre la communauté internationale. Et l’acteur de demander que Washington utilise son influence « unique » sur les présidents Paul Kagamé et Yoweri Museveni.

Un appel qui intervient justement au lendemain d’un communiqué de la Maison Blanche au sujet d’une mise en garde adressée par le président américain à son homologue rwandais. « Lors d'un appel téléphonique, Barack Obama a souligné que tout soutien au groupe rebelle M23 était incompatible avec le désir de stabilité et de paix du Rwanda », disait le communiqué.

Envoyé spécial

Ben Affleck ne néglige pas non plus la piste plus classique des négociations favorisées par la communauté internationale. « Il faudrait également que l'ONU et l'Union africaine dépêchent un envoyé spécial dans la région pour amener les parties à la table des négociations », dit-il. Comme s’il pressentait l’échec des discussions directes engagées à Kampala entre la RDC et le M23 sous l’égide de la CIRGL [Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, NDLR]. Une organisation largement dominée par les pays mêmes qui sont accusés d’être partie au conflit : le Rwanda et l’Ouganda.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

'Mbata ya bakolo' : au Congo, la vie sans les 'Zaïrois' de RDC

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans le[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers