Extension Factory Builder
19/12/2012 à 19:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Moustapha Ould Mohamed Saleck prend le pouvoir, le 10 juillet 1978. Moustapha Ould Mohamed Saleck prend le pouvoir, le 10 juillet 1978. © Capture d'écran Youtube

Premier président militaire de la Mauritanie, le colonel Moustapha Ould Mohamed Saleck est décédé à Paris dans la nuit du 18 au 19 décembre, à l’âge de 76 ans. Son corps sera rapatrié jeudi 20 décembre.

Admis au début du mois à l’hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis en France), l'ancien président de la Mauritanie,  le colonel Moustapha Ould Mohamed Saleck, avait ensuite été transféré en soins intensifs au Val-de-Grâce. Sa femme et ses enfants (dont Fatimetou Mint Mohamed-Saleck, qui fut secrétaire d’État sous Maaouiya Ould Taya), présents à son chevet, avaient reçu le 12 décembre la visite du chef de l’État Mohamed Ould Abdelaziz. Après avoir rencontré les médecins, ce dernier avait informé la famille que l’État mauritanien prenait en charge financièrement l’intégralité des soins.

Deuil national

À la tête du Comité militaire de redressement national, Moustapha Ould Mohamed Saleck était arrivé au pouvoir le 10 juillet 1978, après avoir renversé le « Père de la nation », Mokhtar Ould Daddah. Il avait signé un cessez-le-feu avec le Front Polisario, alors en guerre avec la Mauritanie depuis trois ans. Contraint de démissionner en 1979 et remplacé par Mohamed Mahmoud Ould Ahmed Louly, il fut emprisonné pendant un an sous Mohamed Khouna Ould Haidalla (1980-1984). Il s’était ensuite présenté deux fois, sans succès, à l’élection présidentielle en 1992 et en 1997.
Le corps de Moustapha Ould Mohamed Saleck sera rapatrié jeudi en Mauritanie, où trois jours de deuil national ont été décrétés. Selon un membre de sa famille, il sera inhumé dans son village natal, près de Kiffa.

___

Justine Spiegel (@JustineSpiegel)




 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont l'ex-candidat à la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeid, ont été condamnés jeudi à deux ans de prison ferme.[...]

Mauritanie : Fatimata Mbaye, indestructible

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Décryptage : que signifie la condamnation à mort du jeune Mauritanien coupable d'apostasie ?

Le 24 décembre, un jeune Mauritanien a été condamné à mort pour apostasie, à Nouadhibou, dans le nord-ouest du pays, avant de faire appel deux jours plus tard. Cette décision[...]

Mauritanie : la défense fait appel de la condamnation à mort pour apostasie

Les avocats d'un jeune Mauritanien incarcéré depuis près d'un an pour un écrit considéré comme blasphématoire envers le prophète Mahomet et condamné à mort[...]

Mauritanie : un homme condamné à mort pour apostasie

Une organisation anti-esclavagiste de Mauritanie a appelé vendredi à gracier un jeune condamné à mort pour apostasie dans ce pays, regrettant "un procès expéditif mené sous[...]

Première condamnation à mort pour apostasie en Mauritanie

La première condamnation à mort pour apostasie de l'histoire de la Mauritanie depuis son indépendance en 1960 a été prononcée mercredi soir à Nouadhibou (Nord-Ouest) à[...]

Sahel : ces chefs jihadistes éliminés par les Français... et ceux qui courent toujours

Plusieurs chefs jihadistes de premier plan ont été tués par les forces françaises depuis le déclenchement de l'opération Serval au Mali, en janvier 2013. D'autres sont toujours en vie,[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121219185528 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121219185528 from 172.16.0.100