Extension Factory Builder
19/12/2012 à 12:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'usine du français Areva à Arlit au Niger. L'usine du français Areva à Arlit au Niger. © AFP

Dans un communiqué publié le 18 décembre, Sherpa annonce qu'elle se retire des accords conclus en 2009 avec Areva. Selon l'ONG, le géant français de l'énergie nucléaire n'aurait pas respecté ses engagements portant sur la santé des ouvriers travaillant dans ses mines d'uranium au Gabon et au Niger.

Le 18 décembre, l’association Sherpa – associée à ses partenaires africains - a annoncé son retrait des accords conclus avec Areva en 2009. L’ONG dirigée par l’avocat William Bourdon entend ainsi dénoncer le non-respect partiel de ces accords qui prévoyaient la mise en place d’observatoires de la santé destinés aux travailleurs des mines d’uranium exploitées par le groupe français à Mounana, au Gabon, et à Arlit, au Niger.

Ces structures de santé avaient pour vocation de prévenir la survenance de risques, notamment sanitaires, liés à l’exploitation de l’uranium. Les accords prévoyaient également d’indemniser les anciens collaborateurs africains ou français du groupe nucléaire ayant travaillé sur les sites miniers du Niger et du Gabon et ayant contracté des pathologies liées à leur activité professionnelle. Mais « l’arrivée de Monsieur Luc Oursel à la tête du groupe a correspondu à un changement de la culture de l’entreprise en termes de développement durable, et par conséquent à la remise en cause de la capacité d’Areva de respecter la lettre et l’esprit des accords de 2009 », regrette Sherpa dans un communiqué, publié le 18 décembre.

Non respect des normes de production

Si l’exploitation de la mine de Mounana au Gabon a cessé en 1999, elle se poursuit au Niger où Areva exploite depuis quarante ans deux gisements situés à 1 200 km au nord de Niamey, le premier à ciel ouvert à Arlit et l’autre souterrain à Akokan. Soit au total plus de 1 600 salariés. Pourtant, selon les enquêtes menées en 2003 par la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), les filiales d’Areva ne respectaient pas les normes de protection contre la radioactivité, ni pour les mineurs ni pour leurs proches, pas plus que pour la population riveraine.

En 2003, les enquêteurs de la Criirad ont constaté que "de la ferraille contaminée était en vente dans les rues, des résidus radioactifs entreposés à l’air libre à quelques kilomètres des habitations, une forte contamination des eaux destinées à la consommation…"

Ainsi les enquêteurs ont-ils constaté que « de la ferraille contaminée était en vente dans les rues, des résidus radioactifs entreposés à l’air libre à quelques kilomètres des habitations, une forte contamination des eaux destinées à la consommation, des remblais radioactifs issus des mines utilisés pour la construction des routes et des maisons», énumère le rapport.

Peu d’indemnisations

Le groupe français fut alors « forcé » d’accepté de négocier ces accords après que Sherpa eut annoncé en 2007 son intention d’engager des poursuites pénales pour mise en danger de la vie d’autrui, homicides involontaires et faute inexcusable. En 2009, l’accord intervient mais au bout de trois ans, le bilan est maigre.

Au bout du compte, les observatoires de la santé d’Arlit et Mounana ont permis le suivi médical de quelque 700 travailleurs africains. Mais aucun travailleur nigérien ou gabonais n’a été indemnisé. Seules deux familles de travailleurs français, décédés à la suite d’une forme cancer reconnu comme pathologie professionnelle, ont perçu l’indemnité promise.

Promise aussi par l’ex patronne d’Areva, Anne Lauvergeon, la décontamination du site de Mounana, qui comprenait la destruction de 200 habitations irradiées, n’a pas non plus été conduite à son terme, de sorte que les populations riveraines sont toujours soumises aux risques d’irradiation.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait de[...]

Naufrage de migrants en Méditerranée : hécatombe de 700 morts redoutée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large de la Libye dans la nuit de samedi à dimanche fait redouter une véritable "hécatombe" en Méditerranée avec quelque 700[...]

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu'à 700 morts, a annoncé dimanche le Haut-commissariat aux Nations unies pour les[...]

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121219121803 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121219121803 from 172.16.0.100