Extension Factory Builder
19/12/2012 à 12:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La frégate argentine retenue au port de Tema, près d'Accra, le 9 octobre 2012. La frégate argentine retenue au port de Tema, près d'Accra, le 9 octobre 2012. © AFP

Immobilisée depuis le 2 octobre au Ghana, la frégate Libertad entame mercredi 19 décembre son retour en Argentine. Le tribunal international du droit de la mer (TIBM), qui siège à Hambourg (Allemagne), a ordonné sa libération, le 15 décembre.

Cela faisait plus de deux mois que le navire-école militaire argentin, la Libertad, mouillait dans les eaux ghanéennes. Il quitte le port de Tema, à 25 km à l'est d'Accra, mercredi 19 décembre, et devrait arriver en Argentine autour du 9 janvier. La frégate retrouve sa liberté après que le tribunal international du droit de la mer (TIBM), saisi par l'État argentin, a tranché sur l'affaire le 15 décembre dernier, ordonnant au Ghana de la libérer immédiatement.

Il l'a également sommé d'approvisionner le navire pour son voyage et ce, jusqu'à ce qu'il ait quitté ses eaux territoriales. Le Ghana, qui avait jusqu'au 22 décembre pour se plier à la décision judiciaire, a annoncé l'exécution du jugement par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Muhammad Mumuni. Le 18 décembre, 98 marins ont quitté Buenos Aires dans un vol spécial pour le Ghana afin de procéder aux manœuvres nécessaires au départ.

Fonds vautours

Deux mois et demi plus tôt, le navire argentin avait commis l'erreur de faire escale sur les côtes ghanéennes. Un juge commercial du pays avait ordonné, le 2 octobre, l'immobilisation de l'emblématique trois-mâts. Une décision prise suite à la demande du fonds spéculatif international NML, basé aux îles Caïman et filiale de la société new-yorkaise Elliott Capital Management, qui réclame à l'Argentine plus de 370 millions de dollars (283 millions d'euros). Il fait partie de ces « fonds vautours » qui avaient acheté une partie de la dette argentine à bas prix au moment de l'effondrement de l'économie du pays, en 2000. Si Buenos Aires a remboursé son dû à 93%, 7% restent encore entre les mains de fonds spéculatifs.

Estimant que les bateaux de guerre bénéficient d'une immunité conformément à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, l'État argentin, après maintes menaces, a finalement assigné le Ghana devant le tribunal international de Hambourg. Accra plaidait l'incompétence de la juridiction à juger une affaire considérée comme « un différend commercial privé ». Mais les juges internationaux n’ont pas partagé cet avis et ont estimé que l’immobilisation d’un navire de guerre d’un État par un autre État relevait bien du droit international de la mer, même si la saisie était demandée par un fonds commercial privé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Le corps du Français Hervé Gourdel, décapité en Algérie, sera rapatrié lundi

Le corps du touriste français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité fin septembre par des jihadistes algériens, doit être transféré lundi vers la France, douze jours[...]

France : presque autant d'actes antimusulmans depuis le 7 janvier que pour toute l'année 2014

Avec 128 faits recensés en deux semaines, les actes antimusulmans sont presque aussi nombreux depuis l'attentat contre Charlie Hebdo que pour toute l'année 2014.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

France : un élu porte plainte après avoir reçu une lettre d'insultes racistes

Jean Paul Makengo, élu à Toulouse dans le Sud de France, a porté plainte après avoir reçu une lettre d'insultes racistes début janvier.[...]

Santé : la lèpre persiste en Afrique

La lèpre persiste en Afrique En régression dans le monde depuis les années 2000, la lèpre, maladie inféodée à l'homme depuis l'Antiquité, stagne depuis dix ans. L'Afrique, [...]

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi la déchéance de la nationalité française d'un jihadiste franco-marocain condamné pour terrorisme. Une décision qui était[...]

Venezuela : Nicolás Maduro, la tête dans le gaz

Alors que le Venezuela s'enfonce dans la crise, son président peine à trouver des soutiens. Et si la chute du pétrole précipitait la sienne ?[...]

Dix jours en France

La France vient de vivre dix journées d'une intensité dramatique sans précédent. Ses habitants ont eu l'impression d'avoir été les acteurs-spectateurs d'un film policier dont les[...]

Terrorisme en France : le jour d'après...

À gauche comme à droite, les responsables politiques ont réagi avec la gravité et la dignité requises aux attentats islamistes du 7 janvier. Du coup, leur image dans l'opinion[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121219120317 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121219120317 from 172.16.0.100