Extension Factory Builder
19/12/2012 à 12:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La frégate argentine retenue au port de Tema, près d'Accra, le 9 octobre 2012. La frégate argentine retenue au port de Tema, près d'Accra, le 9 octobre 2012. © AFP

Immobilisée depuis le 2 octobre au Ghana, la frégate Libertad entame mercredi 19 décembre son retour en Argentine. Le tribunal international du droit de la mer (TIBM), qui siège à Hambourg (Allemagne), a ordonné sa libération, le 15 décembre.

Cela faisait plus de deux mois que le navire-école militaire argentin, la Libertad, mouillait dans les eaux ghanéennes. Il quitte le port de Tema, à 25 km à l'est d'Accra, mercredi 19 décembre, et devrait arriver en Argentine autour du 9 janvier. La frégate retrouve sa liberté après que le tribunal international du droit de la mer (TIBM), saisi par l'État argentin, a tranché sur l'affaire le 15 décembre dernier, ordonnant au Ghana de la libérer immédiatement.

Il l'a également sommé d'approvisionner le navire pour son voyage et ce, jusqu'à ce qu'il ait quitté ses eaux territoriales. Le Ghana, qui avait jusqu'au 22 décembre pour se plier à la décision judiciaire, a annoncé l'exécution du jugement par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Muhammad Mumuni. Le 18 décembre, 98 marins ont quitté Buenos Aires dans un vol spécial pour le Ghana afin de procéder aux manœuvres nécessaires au départ.

Fonds vautours

Deux mois et demi plus tôt, le navire argentin avait commis l'erreur de faire escale sur les côtes ghanéennes. Un juge commercial du pays avait ordonné, le 2 octobre, l'immobilisation de l'emblématique trois-mâts. Une décision prise suite à la demande du fonds spéculatif international NML, basé aux îles Caïman et filiale de la société new-yorkaise Elliott Capital Management, qui réclame à l'Argentine plus de 370 millions de dollars (283 millions d'euros). Il fait partie de ces « fonds vautours » qui avaient acheté une partie de la dette argentine à bas prix au moment de l'effondrement de l'économie du pays, en 2000. Si Buenos Aires a remboursé son dû à 93%, 7% restent encore entre les mains de fonds spéculatifs.

Estimant que les bateaux de guerre bénéficient d'une immunité conformément à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, l'État argentin, après maintes menaces, a finalement assigné le Ghana devant le tribunal international de Hambourg. Accra plaidait l'incompétence de la juridiction à juger une affaire considérée comme « un différend commercial privé ». Mais les juges internationaux n’ont pas partagé cet avis et ont estimé que l’immobilisation d’un navire de guerre d’un État par un autre État relevait bien du droit international de la mer, même si la saisie était demandée par un fonds commercial privé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Benjamin Stora : 'La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants'

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-food africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-food africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

France : pour éviter "la guerre civile", Éric Zemmour favorable à la déportation des musulmans ?

Le polémiste français controversé Éric Zemmour a une nouvelle provoqué l'indignation. Dans une interview accordée à un journaliste italien, fin octobre, il a attaqué les[...]

Pakistan : un groupe taliban tue 132 enfants dans une école

Des talibans pakistanais ont perpétré mardi la plus sanglante attaque terroriste de l'histoire du pays dans une école d'enfants de soldats, tuant 141 personnes, dont 132 écoliers, pour se venger des[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Photographie : Pascal Maitre, la vie en plus

Exposé récemment à la Maison européenne de la photographie, le reporter Pascal Maitre reste fidèle à la presse, qui lui permet de montrer au mieux l'énergie vitale du[...]

Sécurité en Afrique : cinq choses à retenir du Forum de Dakar

Impulsé par la France, le Forum sur la paix et la sécurité en Afrique s'est tenu à Dakar les 15 et 16 décembre. À l'heure du bilan, voici cinq points marquants qui ressortent des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers