Extension Factory Builder
18/12/2012 à 15:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande à son arrivée en Algérie, le 19 décembre. François Hollande à son arrivée en Algérie, le 19 décembre. © Reuters

Quels cadeaux présidentiels se sont échangé François Hollande et Abdelaziz Bouteflika lors de leur rencontre officielle, mercredi 19 décembre, à Alger ? Le Français a offert un livre ancien et une sculpture à son homologue algérien, qui lui réservait deux chevaux de race et un tableau de Baya Mahieddine.

Mis à jour le 19/12 à 17h19.

S’il était un secret bien gardé, c’était celui des cadeaux officiels que se sont échangé les deux présidents algérien et français, le 19 décembre. Des présents qui ont valeur de symbole et qui ont été mûrement réfléchis afin de ne pas commettre d’impair. Du côté algérien, ce cadeau était vivant et animé puisqu’Abdelaziz Bouteflika a offert à son hôte deux chevaux, un étalon et une jument, sélectionnés dans le haras national de Tiaret.

Voir aussi notre chronologie : France-Algérie, 50 ans de rencontres au sommet.

« Offrir un cheval est la plus grande marque d’estime et de respect à l’égard d’une personne que l’on veut honorer, explique un spécialiste équin. C’est une tradition orientale et maghrébine ». François Hollande n'est pas le premier chef d’État français à recevoir un tel cadeau lors d’un déplacement officiel en Algérie.

En 1975, Valery Giscard d'Estaing est le premier président français à visiter l'Algérie indépendante. Houari Boumediène lui offre alors Ouassal, un superbe étalon barbe de trois ans. Mais la France s'en est trouvée un peu encombrée puisque la race n'était plus reconnue par les Haras nationaux. L’étalon fut alors affecté au Haras national du Pin, où il assuma le rôle ingrat et cruel de souffleur, mâle chargé de détecter les chaleurs des juments.

Baba Merzoug ou les clés de la Kasbah

En plus des deux chevaux, l'Algérie a également offert à Hollande un tableau de l'artiste algérienne Baya Mahieddine. Du côté français, le choix du cadeau s’est révélé un vrai casse tête. L’Élysée a d’abord pensé à faire un geste symbolique lié à la question mémorielle. Ainsi, on a parlé de la remise du canon de Baba Merzoug, une pièce d’artillerie ottomane qui protégeait autrefois le port d’Alger. Autre piste : les clés de la Kasbah d’Alger remise par le dey Hussein à l’armée française après la capitulation de la ville en 1830.

Toutefois, ces deux biens culturels appartiennent aujourd’hui au patrimoine de l’État français, ce qui en rendait la restitution compliquée. Et du côté d’Alger, ces propositions n’ont pas particulièrement été bien reçues car elles ranimaient une période douloureuse de l'histoire nationale. Les Algériens considèrent en effet que l’on ne peut offrir un trophée de guerre et qu'ils ont déjà libéré tout seul Alger.

Puis l’Élysée a envisagé une troisième option : un tableau de Gustave Courbet, La Biche morte, volé au musée national Ahmed Zabana d’Oran en 1985 et retrouvé à Paris en 2001. Il figure aujourd’hui à l’inventaire du musée d’Orsay à Paris. En 1954, il avait été prêté au musée d’Oran, où il est resté en dépôt après l’indépendance. Les deux États en revendiquent la propriété. La France aurait aussi pensé à restituer à l'Algérie un petit tableau de Jean-François Millet, La Becquée, qui avait été volé lui aussi au musée d'Oran, et qui représente une paysanne donnant à manger à ses trois enfants sur le pas de sa porte.

Surprise : le cadeau de Hollande à Bouteflika fut, lui aussi, double. Il s'agit d'un livre ancien datant de 1859, un récit de deux voyages en Algérie de l'abbé Jean-Joseph Léandre Bargès, et d'une sculpture d'un pur sang arabe en biscuit de porcelaine de Sèvres, signée Bruno Ecault.

 

________

Par Pacal Airault, envoyé spécial à Alger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce mome[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Cinéma - "L'Oranais" : il était une fois l'Algérie

Très ambitieux, le nouveau film de Lyes Salem, L'Oranais, est une fresque romanesque évoquant sans tabou trente années d'histoire - et une tentative pour se réapproprier la mémoire du[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Algérie : après son hospitalisation, Bouteflika reçoit des ambassadeurs à Alger

Vingt-quatre heures après sa brève hospitalisation de deux jours à Grenoble, non confirmée par la présidence algérienne, Abdelaziz Bouteflika a reçu dimanche quatre nouveaux[...]

Téléphérique : Poma créera bientôt une filiale en Algérie

 Après Alstom et Renault, un autre géant français s'apprête à s'installer en Algérie. Le leader mondial du téléphérique Poma compte y créer une filiale avec[...]

Abdelaziz Bouteflika a quitté la France après une brève hospitalisation

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, affaibli depuis un AVC en 2013 et dont l'état de santé fait l'objet de rumeurs récurrentes, a quitté la France samedi après une[...]

Algérie : la règle des 51 %-49 % abrogée ?

Instaurée il y a cinq ans, la règle dite des 51 %-49 % pourrait être abandonnée à la faveur de l'adoption d'un nouveau code des investissements - actuellement en cours d'élaboration.[...]

Algérie : Abdelaziz Bouteflika hospitalisé en France dans une clinique de Grenoble

Le chef de l'État algérien, Abdelaziz Bouteflika, est hospitalisé dans une clinique de Grenoble, selon les informations du quotidien régional "Le Dauphiné Libéré",[...]

Les entreprises algériennes désormais autorisées à investir à l'étranger

 Désormais, toutes les entreprises de droit algérien peuvent convertir des dinars afin d'investir à l’étranger. Un privilège jusque-là réservé à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers