Extension Factory Builder
18/12/2012 à 14:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans un centre de santé, en 2008 au Sénégal. Dans un centre de santé, en 2008 au Sénégal. © Marie-Agnes Heine/OMS

Le dernier rapport de l'OMS sur la santé des femmes africaines a été lancé à Monrovia par la présidente du Liberia, Ellen Johnson-Sirleaf, le 17 décembre. Le continent possède la mortalité maternelle la plus élevée du monde, ce qui grève considérablement son développement.

La présidente du Liberia, Ellen Johnson-Sirleaf, a dévoilé, lundi 17 décembre au City Hall de Monrovia, le nouveau rapport 2012 sur la santé des Femmes en Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Réalisée par les 16 experts africains de la Commission de la santé de la femme dans la région africaine, dont Ellen Johnson-Sirleaf est la présidente honoraire, l’étude met d’abord en avant le niveau encore très élevé de la mortalité maternelle en Afrique Subsaharienne.

« J’invite tous les gouvernements à intensifier leur engagement et leur détermination à accélérer la réduction de la mortalité maternelle et néonatale, en tant que droit fondamental à la vie et au développement », a déclaré la présidente libérienne, dont le leadership sur les questions de santé concernant l’Afrique a été plusieurs fois salué. De fait, le continent représente plus de la moitié des cas de mortalité maternelle dans le monde.

En Afrique, 1 femme sur 42 risque de mourir lors de l’accouchement contre 1 sur 2 900 en Europe. Rappelant que « l’amélioration de la santé maternelle », est un des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) - qui arrivent à échéance en 2015 - la présidente libérienne a appelé la communauté internationale à s’accorder sur « un agenda mondial qui succèdera aux OMD et s’appuiera sur leurs réalisations ».

En bas du tableau

« Ce n’est pas un rapport de plus, c’est « Le » tout dernier rapport concernant la santé des femmes en Afrique, élaboré sur des bases scientifiques et pertinentes », a expliqué le Dr Luis G. Sambo, directeur Afrique de l’OMS aux nombreux journalistes présents. Avant d’ajouter : « La région africaine a les pires indicateurs concernant la mortalité maternelle et cela crée des difficultés, non seulement aux femmes mais à l’ensemble des pays, car les femmes ont un rôle très important dans le développement économique. » 

Les pays les plus touchés par le paludisme sont la République démocratique du Congo (RDC) et le Nigeria.

Lors de cette cérémonie très officielle, où représentants de l’OMS, diplomates et membres du gouvernement libériens étaient venus en nombre, a aussi été présenté le rapport 2012 de l’OMS sur le paludisme dans le monde. « Il présente des données encourageantes mais le chemin à parcourir est encore long » a noté Ellen Jonhson-Sirleaf, qui préside également l'Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (Alma). Selon l’OMS, en 2010, près de « 174 millions de cas et 596 000 décès » liés à cette maladie ont été répertoriés en Afrique. Les pays les plus touchés étant la République démocratique du Congo (RDC) et le Nigeria. 

Baisse des financements

Si dans son rapport, l’organisation internationale se réjouit du nombre de vies sauvées grâce à la lutte antipaludéenne – 1,2 million dans le monde sur dix ans -, elle pointe néanmoins la baisse des financements et s’inquiète des perspectives pour les années à venir. L’OMS estime avoir besoin de 5,1 milliards de dollars chaque année, jusqu’en 2020, pour atteindre l’objectif d’accès universel aux soins antipaludiques. Mais elle ne dispose actuellement que de 2,3 milliards de dollars par an, soit la moitié.

La tendance est similaire pour les moustiquaires imprégnées d’insecticides : si 150 millions ont été distribuées en 2010, le chiffre est tombé à 66 millions en 2012. Joy Phumaphi, directrice exécutive de l’Alma a pour sa part conclu : « Un vaccin doit être trouvé à long terme... mais pour le moment il faut maintenir tous les financements de la lutte contre le paludisme. Cela est primordial pour rétablir la confiance, car rappelons-le, l’échec n’est pas une option. »

________

Par Haby Niakaté, envoyée spéciale à Monrovia

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libéria

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique. Par[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : l'état d'urgence levé au Liberia, premiers essais en Afrique pour trois traitements

Les autorités du Liberia ont décidé jeudi de ne pas prolonger l'état d'urgence instauré en août. Parallèlement, MSF a annoncé que trois traitements différents contre le[...]

Ebola : six souches, pas moins

Il existe actuellement six espèces différentes de virus Ebola, à la sévérité variable.[...]

CAN 2015 et Ebola : psychose et stigmatisation dans les stades

Les footballeurs originaires des pays touchés par l'épidémie sont durement stigmatisés lors des rencontres qualificatives pour la Coupe d'Afrique des nations. Témoignages.[...]

Ebola : la moitié des morts non comptabilisés ?

Jeudi, un expert de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que des milliers de victimes d'Ebola, enterrées sans être déclarées, n'étaient pas prises en compte[...]

Ebola : un arsenal thérapeutique balbutiant

S'il n'existe aucun traitement ni vaccin homologué contre le virus, la recherche scientifique progresse.[...]

Ebola : où sont passés les milliardaires africains ?

Seuls des milliardaires occidentaux tels Bill Gates ou Mark Zuckerberg se sont faits mécènes de la lutte contre Ebola. Leurs homologues africains, Aliko Dangote ou Nassef Sawiris,  pour ne citer qu'eux, sont aux[...]

Ebola : le codécouvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers