Extension Factory Builder
18/12/2012 à 14:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans un centre de santé, en 2008 au Sénégal. Dans un centre de santé, en 2008 au Sénégal. © Marie-Agnes Heine/OMS

Le dernier rapport de l'OMS sur la santé des femmes africaines a été lancé à Monrovia par la présidente du Liberia, Ellen Johnson-Sirleaf, le 17 décembre. Le continent possède la mortalité maternelle la plus élevée du monde, ce qui grève considérablement son développement.

La présidente du Liberia, Ellen Johnson-Sirleaf, a dévoilé, lundi 17 décembre au City Hall de Monrovia, le nouveau rapport 2012 sur la santé des Femmes en Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Réalisée par les 16 experts africains de la Commission de la santé de la femme dans la région africaine, dont Ellen Johnson-Sirleaf est la présidente honoraire, l’étude met d’abord en avant le niveau encore très élevé de la mortalité maternelle en Afrique Subsaharienne.

« J’invite tous les gouvernements à intensifier leur engagement et leur détermination à accélérer la réduction de la mortalité maternelle et néonatale, en tant que droit fondamental à la vie et au développement », a déclaré la présidente libérienne, dont le leadership sur les questions de santé concernant l’Afrique a été plusieurs fois salué. De fait, le continent représente plus de la moitié des cas de mortalité maternelle dans le monde.

En Afrique, 1 femme sur 42 risque de mourir lors de l’accouchement contre 1 sur 2 900 en Europe. Rappelant que « l’amélioration de la santé maternelle », est un des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) - qui arrivent à échéance en 2015 - la présidente libérienne a appelé la communauté internationale à s’accorder sur « un agenda mondial qui succèdera aux OMD et s’appuiera sur leurs réalisations ».

En bas du tableau

« Ce n’est pas un rapport de plus, c’est « Le » tout dernier rapport concernant la santé des femmes en Afrique, élaboré sur des bases scientifiques et pertinentes », a expliqué le Dr Luis G. Sambo, directeur Afrique de l’OMS aux nombreux journalistes présents. Avant d’ajouter : « La région africaine a les pires indicateurs concernant la mortalité maternelle et cela crée des difficultés, non seulement aux femmes mais à l’ensemble des pays, car les femmes ont un rôle très important dans le développement économique. » 

Les pays les plus touchés par le paludisme sont la République démocratique du Congo (RDC) et le Nigeria.

Lors de cette cérémonie très officielle, où représentants de l’OMS, diplomates et membres du gouvernement libériens étaient venus en nombre, a aussi été présenté le rapport 2012 de l’OMS sur le paludisme dans le monde. « Il présente des données encourageantes mais le chemin à parcourir est encore long » a noté Ellen Jonhson-Sirleaf, qui préside également l'Alliance des dirigeants africains contre le paludisme (Alma). Selon l’OMS, en 2010, près de « 174 millions de cas et 596 000 décès » liés à cette maladie ont été répertoriés en Afrique. Les pays les plus touchés étant la République démocratique du Congo (RDC) et le Nigeria. 

Baisse des financements

Si dans son rapport, l’organisation internationale se réjouit du nombre de vies sauvées grâce à la lutte antipaludéenne – 1,2 million dans le monde sur dix ans -, elle pointe néanmoins la baisse des financements et s’inquiète des perspectives pour les années à venir. L’OMS estime avoir besoin de 5,1 milliards de dollars chaque année, jusqu’en 2020, pour atteindre l’objectif d’accès universel aux soins antipaludiques. Mais elle ne dispose actuellement que de 2,3 milliards de dollars par an, soit la moitié.

La tendance est similaire pour les moustiquaires imprégnées d’insecticides : si 150 millions ont été distribuées en 2010, le chiffre est tombé à 66 millions en 2012. Joy Phumaphi, directrice exécutive de l’Alma a pour sa part conclu : « Un vaccin doit être trouvé à long terme... mais pour le moment il faut maintenir tous les financements de la lutte contre le paludisme. Cela est primordial pour rétablir la confiance, car rappelons-le, l’échec n’est pas une option. »

________

Par Haby Niakaté, envoyée spéciale à Monrovia

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libéria

Ebola au Liberia : décès d'une malade testée positive le 20 mars

Ebola au Liberia : décès d'une malade testée positive le 20 mars

La femme testée positive à Ebola le 20 mars au Liberia après un mois sans contamination dans ce pays est décédée vendredi, ont affirmé samedi à l'AFP les autorités,[...]

Liberia : le TSSL refuse d'envoyer Charles Taylor purger sa peine au Rwanda

L'ex-président libérien Charles Taylor purgera la fin de sa peine en Angleterre, où il est détenu depuis sa condamnation à cinquante ans de prison pour crimes contre l'humanité. Le[...]

Ebola : premier test positif au Liberia depuis un mois

Le Liberia a annoncé vendredi la découverte à Monrovia d'un nouveau malade infecté par Ebola, le premier cas depuis un mois dans le pays qui était sur le point de déclarer la fin de[...]

Ebola, un an après, au-delà du défi humanitaire, le drame des enfants

Adama Coulibaly est directeur régional de Plan international pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Le Liberia a démarré le décompte des 42 jours sans aucun cas depuis le 5 mars. Si aucun[...]

Ismaïl Ould Cheikh Ahmed : "Contre Ebola, l'ultime étape est la plus difficile"

Ismaïl Ould Cheikh Ahmed est chef de la mission des Nations unies pour l'action d'urgence contre Ebola. Pour lui, l'urgence est de "traiter les poches de résistance dans les communautés qui[...]

La tetrandrine issue d'une plante chinoise stoppe la réplication d'Ebola chez des souris

Connue pour ses propriétés anti-inflammatoires, immunologiques et antiallergiques, la tetrandrine pourrait bien aussi stopper le virus Ebola dans son processus d'infection humaine. C'est ce que rapporte une [...]

Le Liberia annonce ne plus avoir aucun malade d'Ebola dans ses centres de traitement

Le gouvernement du Liberia a annoncé jeudi ne plus avoir de malades d'Ebola sous traitement dans ses centres de soin. Mais le pays n'est pas encore à l'abri d'une reprise de l'épidémie.[...]

Le favipiravir ou Avigan, une vraie piste thérapeutique contre le virus Ebola ?

Pour la première fois testé sur l'Homme, un antiviral aux résultats mitigés pourrait, somme toute, être une piste thérapeutique contre le virus Ebola.[...]

Ebola : à Bruxelles, les pays touchés demandent un "plan Marshall" pour se relever

Alors que l'épidémie d'Ebola s'éternise en Afrique de l'Ouest, une conférence des acteurs de la lutte contre le virus s'est tenu ce mardi à Bruxelles. Les trois pays les plus touchés[...]

Ebola : l'épidémie "n'est pas terminée" au Liberia, prévient Kerry

L'épidémie Ebola n'est "pas terminée" au Liberia même si le nombre d'infections s'est énormément réduit, a prévenu vendredi le secrétaire d'Etat[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121218143258 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121218143258 from 172.16.0.100