Extension Factory Builder
14/12/2012 à 13:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sakhr el-Materi a été condamné à 15 ans de réclusion par contumace. Sakhr el-Materi a été condamné à 15 ans de réclusion par contumace. © DR

Les Seychelles laisseront-elles un arrière-goût de paradis perdu à Sakhr el-Materi, gendre de l’ancien président tunisien ? Selon le ministre tunisien de la Justice, celui-ci voulait entrer à Mahé, le 12 décembre, avec un passeport diplomatique périmé. Tunis essaye de profiter de la situation pour demander son extradition.

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international, Sakhr el-Materi semble avoir très régulièrement séjourné aux Seychelles depuis son éloignement, en septembre 2012, du Qatar, malgré le statut de résident permanent qui lui a été accordé par les autorités de Doha après la révolution tunisienne. C’est en voulant entrer à Mahé, le 12 décembre, avec un passeport diplomatique périmé que le gendre de Ben Ali s’est mis dans une position délicate vis-à-vis des autorités de l’archipel, qui l’interrogent sur les raisons de sa présence sur leur sol.

La Tunisie compte profiter de l’incident pour demander l’extradition de Materi, mais aucun accord judiciaire connu entre les deux pays n’était opérationnel avant la révolution tunisienne. Une chose est sûre : la Tunisie a établi récemment des relations diplomatiques beaucoup plus étroites avec la république seychelloise.

Ascension fulgurante

Condamné à 15 ans de réclusion par contumace et faisant l’objet d’autres poursuites judiciaires, l’époux de Nesrine, fille aînée de Leïla Ben Ali, a eu une ascension fulgurante depuis son mariage en 2004. Présent dans la finance, le tourisme et les médias, le magnat de 31 ans réalisait 200 millions de dollars de chiffre d’affaires.

Son empire est, aujourd’hui, sous tutelle de l’État avant d’être mis en vente. Celui que Leïla Ben Ali préparait à prendre la relève de son mari affichait un islamisme modéré, malgré son goût pour la fête, et avait noué des relations avec les islamistes en exil à Londres, dont Rached Ghannouchi, président du parti d’Ennahdha aujourd’hui au pouvoir.

Émissaire

Lors d’un entretien téléphonique avec Jeune Afrique en octobre 2011, suite à la publication de son portrait, ce fils d’une famille nationaliste et bourgeoise s’était défendu d’avoir commis des malversations et avait confié son souhait d’être traité de manière équitable par la justice tunisienne, tout en estimant nécessaire un audit d’experts internationaux pour évaluer les opérations qu’il avait réalisées. Au cas où son extradition se concrétiserait, une question se pose : comment les islamistes vont-ils traiter l’un des hommes qui leur servait d’émissaire avec Ben Ali ?

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex