Extension Factory Builder
14/12/2012 à 12:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef de l’État, Pinto da Costa (à g.) et le Premier ministre, Patrice Trovoada. Le chef de l’État, Pinto da Costa (à g.) et le Premier ministre, Patrice Trovoada. © AFP

Le vote controversé d’une motion de censure contre le gouvernement de Patrice Trovoada replonge São Tomé et Principe dans une crise politique dont le pays n’a pas les moyens.

Depuis le 29 novembre, São Tomé et Principe vit sous tension. En cause, la motion de censure qui a renversé le gouvernement. Alors que le Premier ministre, Patrice Trovoada, exige des élections anticipées, le chef de l’État, Pinto da Costa, ne veut rien entendre.

À São Tomé et Principe, les crises institutionnelles ne sont pas une exception. Elles sont dues généralement au fait que le régime politique est semi-présidentiel, de tendance parlementaire. Le système électoral, à la proportionnelle, ne permet pas toujours aux partis d’avoir des majorités confortables. Aux dernières élections législatives, organisées en 2010, l’Action démocratique indépendante (ADI), de Patrice Trovoada, a obtenu 26 sièges sur 55. L’année suivante, le candidat du Mouvement de libération de São Tomé et Principe/Parti social démocratique (MLSTP/PSD), Manuel Pinto da Costa, qui avait dirigé le pays de 1975 à 1990 à l’époque du monopartisme, a été élu président.

"Coup d’État parlementaire"

Entre le Premier ministre, qui détient l’essentiel des prérogatives constitutionnelles, et le chef de l’État, la cordialité est de façade. « Le président n’a fait qu’ignorer la Constitution en fonctionnant avec une logique de parti unique. J’ai dû faire preuve de beaucoup d’habileté pour éviter les conflits », affirme à Jeune Afrique Patrice Trovoada. Mais, à la fin du mois de novembre, une crise est née à la suite d’une motion de censure contre le gouvernement lancée par le parti présidentiel.

Problème : les députés de la majorité ainsi que les membres du cabinet de Patrice Trovoada n’ont pas participé à la séance. Pour le Premier ministre, « tout cela est illégal. C’est un coup d’État parlementaire ». Le 4 décembre, Manuel Pinto da Costa signe un décret destituant Trovoada et son gouvernement. En prenant toutefois la précaution de demander à l’ADI de désigner un autre représentant dans les 24 heures. Mais, pour le parti majoritaire, c’était Trovoada ou rien.

Pression populaire

Malgré des manifestations en faveur du Premier ministre déchu dans les rues de São Tomé, la capitale, Manuel Pinto da Costa semble ne pas vouloir faire marche arrière. Même la perspective d’élections anticipées, qui permettrait d’avoir une nouvelle majorité légitime, semble lointaine. Cette énième crise risque de replonger le pays dans une période d’incertitude. Sans ressources naturelles à l’instar de ses voisins, São Tomé s’en sort tant bien que mal grâce à l’aide extérieure (elle contribue à 93 % à la constitution de son budget).

« En vingt-huit mois, nous avons réalisé des progrès en termes de réduction de l’indice de pauvreté, d’amélioration du climat des affaires et de la gouvernance, sans oublier les bonnes relations avec les bailleurs de fonds. Ceux qui nous combattent ne cherchent qu’à se remplir les poches », souligne Patrice Trovoada. Son seul espoir : la pression populaire et la condamnation de la communauté internationale.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sao Tomé

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

Industries extractives : le difficile chemin vers la transparence

Publier les sommes versées aux États par les groupes miniers et pétroliers : c'est le principe de l'Itie. Mais faute de moyens de pression, l'Initiative n'a guère d'impact sur les décisions des[...]

Patrice Trovoada : "J'ai été victime d'un coup d'État parlementaire"

Destitué à la fin de 2012, l'ancien Premier ministre de São Tomé e Príncipe, Patrice Trovoada, a perdu la première manche du bras de fer qui l'oppose au chef de l'État.[...]

Sao Tomé e Principe : qui soutient qui ?

Que cela soit au Congo, en Guinée équatoriale, en Angola ou au Nigeria, les acteurs de la crise qui secoue Sao Tomé e Principe sont allés chercher des soutiens de poids hors de leurs frontières.[...]

La lusophonie à l'heure des choix

Avec près de 240 millions de locuteurs dans le monde, contre 220 millions de francophones, la lusophonie est en plein boom mais reste un nain politique. Réunie en sommet le 20 juillet à Maputo, son[...]

L'Afrique a besoin de présidents normaux

L’élection passablement calamiteuse (« une mascarade », résume le Financial Times) qui vient de se dérouler en RDC, au terme de laquelle une minorité de citoyens a mal[...]

Gouvernance africaine : l'âge des capitaines

Images d'un sommet, celui du G20. L’Europe est au bord de l’abîme. À son chevet, de « jeunes » dirigeants, quinquagénaires (Merkel, Sarkozy, Obama), voire quadragénaires (Cameron,[...]

Afrique de l'Ouest : l'internet haut débit dans 23 pays pour fin 2012

Une vingtaine de pays de l'Afrique de l'Ouest bénéficieront d’un nouvel accès Internet haut débit au second semestre 2012. C’est ce qu’a indiqué l’entreprise France[...]

L'Afrique témoin du réchauffement entre Taiwan et la Chine

Le 10 octobre, Taiwan et la Chine ont célébré chacun de leur côté le centenaire de la République de Chine. L’occasion, pour les frères rivaux, de compter leurs[...]

Prix Mo Ibrahim : "Pedro Pires personnifie le type de gouvernance que nous entendons distinguer"

L'ancien président du Cap-Vert Pedro Pires a reçu le prix de la fondation du milliardaire soudanais Mo Ibrahim, qui récompense un chef d'État africain ayant quitté le pouvoir[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces