Extension Factory Builder
13/12/2012 à 16:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacques Anouma. Jacques Anouma. © AFP

La Confédération africaine de football (CAF) a rejeté, le 10 décembre, la candidature de Jacques Anouma à la présidence de l’institution, le 10 mars prochain à Marrakech. Mais l’ancien président de la Fédération ivoirienne, qui a décidé d’interjeter appel, va saisir dans les prochains jours le Tribunal arbitral du sport (TAS). Le recours de la dernière chance…

Jeune Afrique : Avez-vous saisi le TAS ?

Jacques Anouma : Pas encore. Mais je vais le faire. La CAF a annoncé le 10 décembre dernier que je ne pouvais pas me présenter à l’élection pour sa présidence, en s’appuyant sur la motion votée le 3 septembre dernier aux Seychelles (qui stipule que toute personne briguant un mandat doit être ou doit avoir été membre du comité exécutif de la CAF). Puisque c’est ainsi, j’ai décidé de porter l’affaire devant le TAS. J’ai jusqu’au 20 décembre pour le faire. Mon dossier est prêt. Je suis confiant et déterminé. Après, ce sera arguments contre arguments.

Il s’agit donc de votre ultime possibilité d’être candidat ?

Oui. Au moins pour cette fois-ci. La vie continuera. Mais j’ai l’intention d’aller jusqu’au bout, car cette décision de la CAF est vraiment scandaleuse. Je suis déterminé. J’ai siégé pendant six ans au comité exécutif en tant que représentant de la Fifa, au même titre que ceux qui se disent membres de ce même comité.

Cette motion du 3 septembre semble avoir été faite pour vous. Est-ce un traitement de faveur ?

Je ne suis pas du tout étonné par les stratagèmes utilisés. Quelque part, c’était écrit, prémédité. Je savais que tout allait se passer comme ça.

(Il éclate de rire) Je ne sais pas. Certains pourraient le penser. Mais je ne suis pas du tout étonné par les stratagèmes utilisés. Quelque part, c’était écrit, prémédité. Je savais que tout allait se passer comme ça.

En parlez-vous avec Issa Hayatou quand vous le croisez ?

Pas du tout. Il n’aborde jamais le sujet, puisque à ses yeux, il est clos. C’est la même chose avec son entourage. J’ai l’impression que le pouvoir actuel n’a pas envie de voir d’autres candidatures que celle de M. Hayatou. Il y a bien eu quelques velléités, mais ces candidats potentiels sont vite rentrés dans le rang.

La CAF est-elle un cercle fermé ?

Disons que c’est un pouvoir qui est craint…Heureusement qu’il y a des gens courageux (rires)…

Est-ce une mauvaise publicité pour le football africain ?

Oui, bien sûr. En Afrique, il y a souvent des problèmes quand il y a une élection. Il faut permettre aux gens de s’exprimer librement. Dans le cas des élections de la CAF, il faut que les urnes puissent dire si l’actuel président doit effectuer ou non un nouveau mandat.

Vous sentez-vous soutenu ?

Oui, bien sur. Je reçois de nombreux messages de soutien et d’amitié, de la part de plusieurs présidents de fédérations. Des amis, j’en ai encore beaucoup.

Le soutien de la Fédération Ivoirienne, que vous avez dirigée, vous semble-t-il franc et massif ?

Je ne me pose pas ce genre de question. La Fédération Ivoirienne a apporté son parrainage dans les délais, et cela est à mes yeux largement suffisant.

Pendant que vous livrez une bataille juridique, Issa Hayatou est en campagne…

J’ai un programme. Tout est prêt. Mais je ne peux pas le présenter pour les raisons que vous savez. Si ma candidature est acceptée, je pourrai enfin faire campagne, et mettre en avant mes projets et mes propositions pour le football africain.

__________

Propos recueillis par Alexis Billebault
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Carte interactive : plus de 1 600 accidents aériens en Afrique depuis 1935

Carte interactive : plus de 1 600 accidents aériens en Afrique depuis 1935

Le crash du vol AH5017 d'Air Algérie, le 24 juillet 2014 au Mali, a ravivé le débat sur la sécurité aérienne en Afrique. L'occasion pour "Jeune Afrique" de faire le point sur les[...]

Et si l'Afrique guérissait le monde ?

La perspective d’une exportation massive d’Ebola hors d’Afrique a installé une psychose qui frise l’afrophobie. Le continent menace-t-il la santé du monde ? Selon une récente[...]

Classement : quels présidents africains ont les meilleurs sites internet ?

Rendre son site attrayant fait-il partie de la stratégie de communication des présidences africaines ? Pas vraiment, au regard de l'ensemble des plateformes officielles que nous avons passées au crible. Qui[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

Énergie : l'Afrique à l'heure des centrales... décentralisées

Pour fournir de l'énergie aux zones rurales, les industriels misent de plus en plus sur des unités de production autonomes. EDF, Schneider, Bolloré font figure de pionniers dans ce domaine.[...]

"Ebola se propage dans une ville d'1,3 million d'habitants : Monrovia", s'alarme MSF

ONG et sociétés de Croix-Rouge insistaient vendredi sur la nécessité de se mobiliser davantage face à une épidémie de fièvre hémorragique Ebola "largement[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

Démographie : le 21e siècle sera-t-il africain ?

À en croire les prévisions statistiques, l’Afrique pourrait devenir le nouveau moteur économique du monde. Mais l’Unicef, rabat-joie, rappelle qu’en matière de démographie,[...]

Plus de 900 migrants africains secourus en un jour au large de l'Espagne

C'est un fait inédit : plus de 900 migrants subsahariens ont été secourus mardi dans le détroit de Gibraltar par les secours maritimes. En quatre jours, ce sont ainsi près de 1 300 personnes[...]

Le Texas, terre d'accueil des réfugiés africains aux États-Unis

Le Texas, État américain de 26 millions d'habitants, est le 3e en terme d'accueil de réfugiés aux États-Unis. Parmi ces derniers, les Africains sont de plus en plus nombreux, en particulier les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers