Extension Factory Builder
13/12/2012 à 16:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacques Anouma. Jacques Anouma. © AFP

La Confédération africaine de football (CAF) a rejeté, le 10 décembre, la candidature de Jacques Anouma à la présidence de l’institution, le 10 mars prochain à Marrakech. Mais l’ancien président de la Fédération ivoirienne, qui a décidé d’interjeter appel, va saisir dans les prochains jours le Tribunal arbitral du sport (TAS). Le recours de la dernière chance…

Jeune Afrique : Avez-vous saisi le TAS ?

Jacques Anouma : Pas encore. Mais je vais le faire. La CAF a annoncé le 10 décembre dernier que je ne pouvais pas me présenter à l’élection pour sa présidence, en s’appuyant sur la motion votée le 3 septembre dernier aux Seychelles (qui stipule que toute personne briguant un mandat doit être ou doit avoir été membre du comité exécutif de la CAF). Puisque c’est ainsi, j’ai décidé de porter l’affaire devant le TAS. J’ai jusqu’au 20 décembre pour le faire. Mon dossier est prêt. Je suis confiant et déterminé. Après, ce sera arguments contre arguments.

Il s’agit donc de votre ultime possibilité d’être candidat ?

Oui. Au moins pour cette fois-ci. La vie continuera. Mais j’ai l’intention d’aller jusqu’au bout, car cette décision de la CAF est vraiment scandaleuse. Je suis déterminé. J’ai siégé pendant six ans au comité exécutif en tant que représentant de la Fifa, au même titre que ceux qui se disent membres de ce même comité.

Cette motion du 3 septembre semble avoir été faite pour vous. Est-ce un traitement de faveur ?

Je ne suis pas du tout étonné par les stratagèmes utilisés. Quelque part, c’était écrit, prémédité. Je savais que tout allait se passer comme ça.

(Il éclate de rire) Je ne sais pas. Certains pourraient le penser. Mais je ne suis pas du tout étonné par les stratagèmes utilisés. Quelque part, c’était écrit, prémédité. Je savais que tout allait se passer comme ça.

En parlez-vous avec Issa Hayatou quand vous le croisez ?

Pas du tout. Il n’aborde jamais le sujet, puisque à ses yeux, il est clos. C’est la même chose avec son entourage. J’ai l’impression que le pouvoir actuel n’a pas envie de voir d’autres candidatures que celle de M. Hayatou. Il y a bien eu quelques velléités, mais ces candidats potentiels sont vite rentrés dans le rang.

La CAF est-elle un cercle fermé ?

Disons que c’est un pouvoir qui est craint…Heureusement qu’il y a des gens courageux (rires)…

Est-ce une mauvaise publicité pour le football africain ?

Oui, bien sûr. En Afrique, il y a souvent des problèmes quand il y a une élection. Il faut permettre aux gens de s’exprimer librement. Dans le cas des élections de la CAF, il faut que les urnes puissent dire si l’actuel président doit effectuer ou non un nouveau mandat.

Vous sentez-vous soutenu ?

Oui, bien sur. Je reçois de nombreux messages de soutien et d’amitié, de la part de plusieurs présidents de fédérations. Des amis, j’en ai encore beaucoup.

Le soutien de la Fédération Ivoirienne, que vous avez dirigée, vous semble-t-il franc et massif ?

Je ne me pose pas ce genre de question. La Fédération Ivoirienne a apporté son parrainage dans les délais, et cela est à mes yeux largement suffisant.

Pendant que vous livrez une bataille juridique, Issa Hayatou est en campagne…

J’ai un programme. Tout est prêt. Mais je ne peux pas le présenter pour les raisons que vous savez. Si ma candidature est acceptée, je pourrai enfin faire campagne, et mettre en avant mes projets et mes propositions pour le football africain.

__________

Propos recueillis par Alexis Billebault
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Pour MSF, 'le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola'

Pour MSF, "le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola"

Médecins sans frontières (MSF) a estimé mardi que "six mois après son début, le monde est en train de perdre la bataille contre la pire épidémie d'Ebola de l'histoire".[...]

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex