Extension Factory Builder
13/12/2012 à 11:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le très charismatique Cheikh Abdessalam Yassine, sortant de son domicile de Salé, le 19 mai 2000. Le très charismatique Cheikh Abdessalam Yassine, sortant de son domicile de Salé, le 19 mai 2000. © AFP

Abdessalam Yassine, plus connu sous le nom de Cheikh Yassine, est mort, jeudi 13 décembre. Malade, le leader d'Al Adl Wal Ihsane ("Justice et bienfaisance") était âgé de 84 ans.

Cheikh Yassine n'est plus. Le fondateur et leader d'Al Adl Wal Ihsane, confrérie islamiste doublée d'un mouvement politique non autorisé mais toléré au Maroc, est mort jeudi 13 décembre à l'âge de 84 ans.

Malade, le cheikh avait réduit ses activités ces dernières années. Prônant une vision radicale de l'islam tout en refusant le recours à la violence, son mouvement est très critique vis-à-vis du pouvoir royal et refuse de reconnaître les institutions. Les militants d'Al Adl Wal Ihsane avaient notamment participé aux manifestations populaires de 2011 aux côtés du Mouvement du 20 février.

Né en 1928 à Marrakech, Abdessalam Yassine a d'abord mené carrière au sein du ministère de l'Éducation nationale dans les années 1950 et 1960. En 1965, il se tourne vers le soufisme et intègre la Zaouïa Boutchichia de cheikh El Abbas. Il en claquera la porte quelques années plus tard pour lancer son propre mouvement religieux.

Il se fait connaître en 1974 en adressant une lettre au roi Hassan II intitulée « L'Islam ou le déluge », dans laquelle il invite le Roi à revenir à l'islam des origines. Pour ce défenseur de la charia, influencé par le penseur fondamentaliste égyptien Sayyid Qotb, le Maroc est un État impie qui se base sur des lois humaines au lieu de respecter celle du Coran. Au palais, la lettre ne passe pas. Abdessalam Yassine est arrêté sur ordre royal et condamé à trois ans et demi d'emprisonnement.

Rêves

Une fois libéré, Abdessalam Yassine fonde la « Jamaa Islamia » (« Mouvement islamiste ») au début des années 1980. En 1983, il publie son propre journal, interdit par les autorités dès le deuxième numéro. Un article visant le roi lui vaudra une nouvelle condamnation à deux ans de prison ferme. En 1987, il relance son mouvement qui prend le nom d'Al Adl Wal Ihsane (« Justice et bienfaisance »). Assigné à résidence dans sa maison de Salé, il ne sera totalement libre de ses mouvements qu'en 2000 après l'avènement du roi Mohammed VI.

Il reprend alors une action politique intense, multipliant les déplacements et les meetings non autorisés. Il adresse également une nouvelle lettre au Palais, qui cette fois restera sans conséquence judiciaire. Malgré la repression des autorités, Al Adl Wal Ihsane se fait progressivement connaître du grand public marocain.

Personnage charismatique, très admiré par ses partisans, Cheikh Yassine tenait fréquemment des réunions durant lesquelles il parlait de ses rêves à ses disciples. Sa disparition est donc un coup très dur pour son mouvement.

Selon le portail du mouvement islamiste, une cérémonie de funérailles sera organisé vendredi 14 décembre à la mosquée Assounna de Rabat, après la prière du vendredi.

___

Benjamin Roger (@benja_roger)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Quand un hebdomadaire marocain compare François Hollande à Hitler

Quand un hebdomadaire marocain compare François Hollande à Hitler

François Hollande grimé en Adolf Hitler à la une d'un hebdomadaire marocain paru jeudi. Un photomontage qui tombe sous le coup de la loi et qui pourrait, s'il ne faisait pas l'objet de poursuites judiciaires, [...]

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit d'Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Immobilier : Zinafrik lance un mégaprojet logistique au Maroc

Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", le groupe marocain Zinafrik, spécialisé dans la sidérurgie, l'immobilier et la logistique, a conclu un partenariat stratégique avec[...]

Vidéo : jusqu'où ira la crise diplomatique franco-marocaine ?

Tout a commencé il y a près d'un an, le 20 février 2014, lorsque des policiers porteurs d'une convocation adressée par un juge d'instruction au directeur de la sécurité intérieure[...]

Cinéma : "Hope", les migrants avant Gibraltar

Le film "Hope", de Boris Lojkine, retrace la vie de deux migrants avant leur traversée de la Méditerranée. Un film dur, sans manichéïsme ni concession, qui est aussi une belle histoire[...]

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi la déchéance de la nationalité française d'un jihadiste franco-marocain condamné pour terrorisme. Une décision qui était[...]

France-Maroc : Salaheddine Mezouar reporte sa visite à Paris

Prévue vendredi prochain, la visite en France du ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, censée débloquer la crise diplomatique entre Paris et Rabat, a été[...]

Six ans de prison requis en France à l'encontre d'un "cyberjihadiste" marocain

Devant le tribunal correctionnel de Paris, le procureur a requis mardi six ans de prison et une interdiction définitive du territoire français à l'encontre de Fahd Jobrani, un "cyberjihadiste"[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121213113038 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121213113038 from 172.16.0.100