Extension Factory Builder
13/12/2012 à 11:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le très charismatique Cheikh Abdessalam Yassine, sortant de son domicile de Salé, le 19 mai 2000. Le très charismatique Cheikh Abdessalam Yassine, sortant de son domicile de Salé, le 19 mai 2000. © AFP

Abdessalam Yassine, plus connu sous le nom de Cheikh Yassine, est mort, jeudi 13 décembre. Malade, le leader d'Al Adl Wal Ihsane ("Justice et bienfaisance") était âgé de 84 ans.

Cheikh Yassine n'est plus. Le fondateur et leader d'Al Adl Wal Ihsane, confrérie islamiste doublée d'un mouvement politique non autorisé mais toléré au Maroc, est mort jeudi 13 décembre à l'âge de 84 ans.

Malade, le cheikh avait réduit ses activités ces dernières années. Prônant une vision radicale de l'islam tout en refusant le recours à la violence, son mouvement est très critique vis-à-vis du pouvoir royal et refuse de reconnaître les institutions. Les militants d'Al Adl Wal Ihsane avaient notamment participé aux manifestations populaires de 2011 aux côtés du Mouvement du 20 février.

Né en 1928 à Marrakech, Abdessalam Yassine a d'abord mené carrière au sein du ministère de l'Éducation nationale dans les années 1950 et 1960. En 1965, il se tourne vers le soufisme et intègre la Zaouïa Boutchichia de cheikh El Abbas. Il en claquera la porte quelques années plus tard pour lancer son propre mouvement religieux.

Il se fait connaître en 1974 en adressant une lettre au roi Hassan II intitulée « L'Islam ou le déluge », dans laquelle il invite le Roi à revenir à l'islam des origines. Pour ce défenseur de la charia, influencé par le penseur fondamentaliste égyptien Sayyid Qotb, le Maroc est un État impie qui se base sur des lois humaines au lieu de respecter celle du Coran. Au palais, la lettre ne passe pas. Abdessalam Yassine est arrêté sur ordre royal et condamé à trois ans et demi d'emprisonnement.

Rêves

Une fois libéré, Abdessalam Yassine fonde la « Jamaa Islamia » (« Mouvement islamiste ») au début des années 1980. En 1983, il publie son propre journal, interdit par les autorités dès le deuxième numéro. Un article visant le roi lui vaudra une nouvelle condamnation à deux ans de prison ferme. En 1987, il relance son mouvement qui prend le nom d'Al Adl Wal Ihsane (« Justice et bienfaisance »). Assigné à résidence dans sa maison de Salé, il ne sera totalement libre de ses mouvements qu'en 2000 après l'avènement du roi Mohammed VI.

Il reprend alors une action politique intense, multipliant les déplacements et les meetings non autorisés. Il adresse également une nouvelle lettre au Palais, qui cette fois restera sans conséquence judiciaire. Malgré la repression des autorités, Al Adl Wal Ihsane se fait progressivement connaître du grand public marocain.

Personnage charismatique, très admiré par ses partisans, Cheikh Yassine tenait fréquemment des réunions durant lesquelles il parlait de ses rêves à ses disciples. Sa disparition est donc un coup très dur pour son mouvement.

Selon le portail du mouvement islamiste, une cérémonie de funérailles sera organisé vendredi 14 décembre à la mosquée Assounna de Rabat, après la prière du vendredi.

___

Benjamin Roger (@benja_roger)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

L'architecte marocain Rachid Andaloussi a dessiné, avec Christian de Portzamparc, le projet CasArts, à Casablanca. Un théâtre conçu comme une "medina culturelle" qui vise à remett[...]

Au Maroc, le combat d'une mère célibataire contre l'exclusion

"Je me bats pour mon fils malgré les regards et les jugements impitoyables", lance avec détermination Khadija, une mère célibataire de 27 ans, dans un rare témoignage sur le combat[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Maroc : nouvel assaut massif de migrants subsahariens sur la barrière de Melilla

Plusieurs centaines de migrants subsahariens ont tenté mardi d'entrer dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc. Par ailleurs, 470 autres ont été secourus dans le détroit de Gibraltar.[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Maroc : quand le PAM fait sa mue

Créé en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche du roi du maroc, le Parti Authenticité et Modernité (PAM) tente de se donner une nouvelle image. Notamment en multipliant les incursions sur le[...]

Sahara : l'autonomie, sinon rien

L'arrivée au pouvoir en 1999, à trois mois d'intervalle, d'Abdelaziz Bouteflika et de Mohammed VI avait suscité l'espoir raisonné d'un new deal entre les deux frères ennemis du[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

L'Inquisition en scooter

Voici, pour dire adieu au ramadan, une petite histoire qui s'est déroulée à Amsterdam, la semaine dernière. Elle met en jeu une famille marocaine vivant au Maroc et qui passe les vacances[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers