Extension Factory Builder
13/12/2012 à 08:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les prisonniers présentés par l'armée congolaise à la presse, le 12 décembre à Kinshasa. Les prisonniers présentés par l'armée congolaise à la presse, le 12 décembre à Kinshasa. © AFP

L'armée congolaise a présenté 38 hommes suspectés d'être des rebelles du M23 ou des soldats rwandais arrêtés sur le territoire de RDC avant la prise de Goma, le 20 novembre dernier. Des accusations que Kigali a d'autant moins de mal à réfuter qu'elles ont toutes les apparences d'une opération de communication.

Après que le gouvernement congolais a présenté à la presse, mercredi 12 décembre, un groupe de 20 soldats rwandais accompagnés de 18 rebelles présumés qui auraient été capturés dans l'est de la RDC avant la prise de Goma par le M23 (le 20 novembre), Kigali a fermement démenti que ses militaires aient pu se trouver en zone de guerre congolaise. « C'est une fausse accusation, a rétorqué le porte de l'armée rwandaise, le général Joseph Nzabamwita. Si c'était exact, les FARDC [Forces armées de RDC, NDLR] et les autorités de RDC auraient dû montrer ces soldats (...) au mécanisme de vérification conjoint à Goma. »

Il s'agit d'un organisme régional chargé de contrôler la frontière rwando-congolaise, mais il est notoirement inopérant. Difficile, en réalité, de démêler le vrai du faux dans cette histoire. Même les autorités congolaises, qui lancent de graves accusations contre le Rwanda, ne semblent pas convaincues du bienfondé de leur démarche.

Déclaratoins contradictoires

Mardi, le porte-parole du gouvernement de RDC, Lambert Mende, a été catégorique dans ses affirmations. Mais l'information a fait l'objet de déclarations contradictoires puisqu'elle a d'abord été démentie par le ministre congolais de l'Intérieur, Richard Muyej Mangez. Pourtant, le jour même, l'armée congolaise a finalement montré à la presse, à Kinshasa, des personnes suspectées.

« Aujourd'hui, alors que nous parlons, le mécanisme de vérification conjoint n'a reçu aucune plainte de RDC sur ces prétendus 20 soldats », a ajouté le porte-parole de l'armée rwandaise. « Si ces soldats ne sont pas présentés au mécanisme conjoint, nous considérons qu'il s'agit d'une accusation émanant d'un ou deux responsables congolais, mais pas du gouvernement de RDC lui-même », a-t-il poursuivi.

Les accusations pourraient aussi être une manière d'accentuer la pression sur le Rwanda et le M23 alors que des négociations ont débuté dimanche à Kampala où elles patinent.

« Nos soldats sont enregistrés sur ordinateur, je mets au défi les responsables de RDC ou toute autre personne qui auraient vu ces soldats, ou toute personne qui prétendrait être un soldat de soumettre les noms à notre système informatique », a lancé le général Joseph Nzabamwita. Une vérification qui n'aurait cependant rien de totalement fiable, n'étant pas indépendante.

Les accusations pourraient aussi être une manière d'accentuer la pression sur le Rwanda et le M23 alors que des négociations ont débuté dimanche à Kampala où elles patinent, le fond du problème - les revendications des rebelles -  n'ayant toujours pas été abordé. D'autant que les preuves des allégations de Kinshasa sont minces, voire inexistantes.

Pas de preuves

Aucun document prouvant l'origine de ces prisonniers n'a été montré à la presse. Pendant la présentation des suspects, dans les locaux de la Détection militaire des actions antipatriotique (Demiap), le colonel Jean-Paul Mfinda, chef d'état-major adjoint des renseignements militaires a affirmé que certains d'ente eux « avaient des documents sur eux, des signes distinctifs, c'est-à-dire une tenue qui n'est pas la nôtre, et il y en avait un qui avait un poste de communication qui ne communique avec aucun poste de chez nous. »

Parmi les 38 hommes - dont cinq mineurs -, certains auraient avoué appartenir à l'armée rwandaise, ce qui en soi n'est pas une preuve. D'autres se sont déclarés innocents. « J'étais seulement en circulation en ville, on m'a arrêté. On m'a dit qu'on soupçonne que je peux être en train de collaborer avec les rebelles rwandais. Et c'est fini... De Bukavu, on m'a amené à Kinshasa avec 16 autres Congolais », a dit, par exemple, Deogracias Mushi.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : le Dr Gasakure, ex-médecin personnel de Kagamé, meurt dans un commissariat

Rwanda : le Dr Gasakure, ex-médecin personnel de Kagamé, meurt dans un commissariat

Le docteur Emmanuel Gasakure, qui fut le médecin personnel du président rwandais Paul Kagamé, est mort en détention à Kigali le 25 février. Présenté comme dépressif,[...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

RDC : début de l'offensive de l'armée contre les FDLR dans l'Est

Attendue depuis fin janvier, l’opération de l’armée congolaise contre les combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) semble s’amorcer ce mardi avec le[...]

Rwanda : Kagamé en déplacement à Paris le 27 février

Alors que sa dernière visite officielle en France remonte au mois de septembre 2011, le président rwandais Paul Kagamé sera à Paris vendredi. Aucune rencontre n'est pour l'instant prévue avec les[...]

La mosaïque linguistique africaine : carte des langues parlées sur le continent

En décembre dernier, le Parlement sénégalais s’est doté d’un système de traduction simultanée permettant aux députés de s’exprimer dans leur langue[...]

RDC : à quoi rime l'inaction de la Monusco contre les FDLR ?

Diogène Bideri est conseiller juridique principal à la Commission nationale de lutte contre le génocide, Rwanda.[...]

La RDC affirme avoir "engagé" une offensive contre les rebelles hutus rwandais

L'armée de la République démocratique du Congo (RDC) a "engagé" une offensive contre les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), qui[...]

Rwanda : deux nouveaux génocidaires présumés seront jugés à Paris

Après Pascal Simbikangwa, jugé en France et condamné à 25 ans de détention en mars 2014, c’est au tour de Tito Barahira et Octavien Ngenzi d'être accusés sur le sol[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121213082615 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121213082615 from 172.16.0.100