Extension Factory Builder
13/12/2012 à 08:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les prisonniers présentés par l'armée congolaise à la presse, le 12 décembre à Kinshasa. Les prisonniers présentés par l'armée congolaise à la presse, le 12 décembre à Kinshasa. © AFP

L'armée congolaise a présenté 38 hommes suspectés d'être des rebelles du M23 ou des soldats rwandais arrêtés sur le territoire de RDC avant la prise de Goma, le 20 novembre dernier. Des accusations que Kigali a d'autant moins de mal à réfuter qu'elles ont toutes les apparences d'une opération de communication.

Après que le gouvernement congolais a présenté à la presse, mercredi 12 décembre, un groupe de 20 soldats rwandais accompagnés de 18 rebelles présumés qui auraient été capturés dans l'est de la RDC avant la prise de Goma par le M23 (le 20 novembre), Kigali a fermement démenti que ses militaires aient pu se trouver en zone de guerre congolaise. « C'est une fausse accusation, a rétorqué le porte de l'armée rwandaise, le général Joseph Nzabamwita. Si c'était exact, les FARDC [Forces armées de RDC, NDLR] et les autorités de RDC auraient dû montrer ces soldats (...) au mécanisme de vérification conjoint à Goma. »

Il s'agit d'un organisme régional chargé de contrôler la frontière rwando-congolaise, mais il est notoirement inopérant. Difficile, en réalité, de démêler le vrai du faux dans cette histoire. Même les autorités congolaises, qui lancent de graves accusations contre le Rwanda, ne semblent pas convaincues du bienfondé de leur démarche.

Déclaratoins contradictoires

Mardi, le porte-parole du gouvernement de RDC, Lambert Mende, a été catégorique dans ses affirmations. Mais l'information a fait l'objet de déclarations contradictoires puisqu'elle a d'abord été démentie par le ministre congolais de l'Intérieur, Richard Muyej Mangez. Pourtant, le jour même, l'armée congolaise a finalement montré à la presse, à Kinshasa, des personnes suspectées.

« Aujourd'hui, alors que nous parlons, le mécanisme de vérification conjoint n'a reçu aucune plainte de RDC sur ces prétendus 20 soldats », a ajouté le porte-parole de l'armée rwandaise. « Si ces soldats ne sont pas présentés au mécanisme conjoint, nous considérons qu'il s'agit d'une accusation émanant d'un ou deux responsables congolais, mais pas du gouvernement de RDC lui-même », a-t-il poursuivi.

Les accusations pourraient aussi être une manière d'accentuer la pression sur le Rwanda et le M23 alors que des négociations ont débuté dimanche à Kampala où elles patinent.

« Nos soldats sont enregistrés sur ordinateur, je mets au défi les responsables de RDC ou toute autre personne qui auraient vu ces soldats, ou toute personne qui prétendrait être un soldat de soumettre les noms à notre système informatique », a lancé le général Joseph Nzabamwita. Une vérification qui n'aurait cependant rien de totalement fiable, n'étant pas indépendante.

Les accusations pourraient aussi être une manière d'accentuer la pression sur le Rwanda et le M23 alors que des négociations ont débuté dimanche à Kampala où elles patinent, le fond du problème - les revendications des rebelles -  n'ayant toujours pas été abordé. D'autant que les preuves des allégations de Kinshasa sont minces, voire inexistantes.

Pas de preuves

Aucun document prouvant l'origine de ces prisonniers n'a été montré à la presse. Pendant la présentation des suspects, dans les locaux de la Détection militaire des actions antipatriotique (Demiap), le colonel Jean-Paul Mfinda, chef d'état-major adjoint des renseignements militaires a affirmé que certains d'ente eux « avaient des documents sur eux, des signes distinctifs, c'est-à-dire une tenue qui n'est pas la nôtre, et il y en avait un qui avait un poste de communication qui ne communique avec aucun poste de chez nous. »

Parmi les 38 hommes - dont cinq mineurs -, certains auraient avoué appartenir à l'armée rwandaise, ce qui en soi n'est pas une preuve. D'autres se sont déclarés innocents. « J'étais seulement en circulation en ville, on m'a arrêté. On m'a dit qu'on soupçonne que je peux être en train de collaborer avec les rebelles rwandais. Et c'est fini... De Bukavu, on m'a amené à Kinshasa avec 16 autres Congolais », a dit, par exemple, Deogracias Mushi.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le g&eacu[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Génocide rwandais : Claude Muhayimana arrêté et écroué en France

Interpellé mercredi à son domicile à Rouen, le Franco-Rwandais Claude Muhayimana a été mis en examen et écroué, selon des sources judiciaires sur place. Il est[...]

Une histoire du génocide rwandais (#2) : l'attentat du 6 avril 1994

Le 6 avril 1994, l'attentat contre le Falcon du président rwandais, Juvénal Habyarimana, sert de prétexte au déclenchement du génocide. Laurent Touchard* revient sur des années[...]

Génocide : un tribunal norvégien autorise l'extradition d'un suspect rwandais

La justice norvégienne a autorisé mardi l'extradition vers le Rwanda d'Eugène Nkuranyabahizi, soupçonné de complicité de génocide. Âgé de 41 ans, cet homme, qui se[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers