Extension Factory Builder
12/12/2012 à 17:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Depuis 1947, 96 personnes ont embarqué dans les trains d'atterrisage d'un avion. Depuis 1947, 96 personnes ont embarqué dans les trains d'atterrisage d'un avion. © AFP

L'Europe continue d'attirer chaque année des Africains en quête de conditions de vie meilleures. Certains sont prêt à prendre les risques les plus insensés, au péril de leurs vies, pour tenter leur chance, comme ce jeune Angolais qui a trouvé la mort après s'être introduit dans le train d'atterrissage d'un avion à destination de Londres.

Début septembre, aéroport de Luanda. Un jeune Angolais s’apprête à tenter le tout pour le tout. Il n’a que très peu de chances de gagner son pari, mais qu’importe lorsqu’on n’a plus rien à perdre et qu’on aspire à une vie meilleure. Le jeune homme d’une vingtaine d’années échappe à la vigilance des agents de sécurité de l'aéroport et se glisse dans le train d’atterrissage d’un avion de la compagnie British Airways à destination de Londres. Pour toute protection, il bourre ses oreilles de mouchoirs.

Mais l’inévitable se produit, et la dépouille du jeune homme est retrouvée au petit matin, le 8 septembre, devant une maison de la banlieue londonienne. À l’endroit où, quelque centaines de mètres plus haut, le pilote avait procédé à l’ouverture des portes du train d’atterrissage.

Victime anonyme

Trois mois plus tard, l’identité de ce jeune homme, qui n’avait sur lui que de la monnaie angolaise et un téléphone, n’est toujours pas déterminée. Les habitants du quartier de Mortlake ayant découvert ce triste spectacle cherchent à en savoir davantage sur la victime et ses raisons à risquer une telle aventure. Troublée par le drame, Lizzie Calfe a raconté à la BBC qu’il lui serait impossible d’oublier qu’un garçon ait pu perdre la vie de façon aussi atroce et de surcroît, sur la rue où elle habite. Des roses ont été déposées sur le lieu du drame, et un résident a même écrit un poème, a raconté une voisine, Santina Watson.

Les autorités britanniques ont créé un portrait-robot du jeune homme dans l’espoir que des amis ou un membre de sa famille le reconnaisse, a indiqué la BBC le 7 décembre. Une photo du tatouage de la victime, qui arborait les lettres Z et G sur son bras gauche, a aussi été rendue publique.

Mais le gouvernement de l’Angola ne semble pas faire grand cas de cette sombre histoire. La police anglaise a transmis aux autorités angolaises la carte SIM du téléphone de la victime afin d’en récupérer les numéros de ses proches. La requête est toutefois restée lettre morte. Des échantillons d’ADN ont aussi fournis, en vain.

Une mort quasi certaine

Cette histoire n'est pas une première. Malgré les dangers d'une telle initiative, ils ont été des dizaines à choisir les trains d’atterrissage des avions pour quitter leur pays. L’administration de l’aviation civile des États-Unis (FAA) a recensé 96 cas de ce genre depuis 1947, dont la plupart se sont produits dans les années 90.

Les chances de survie sont minces, compte tenu des conditions extrêmes auxquelles se soumettent les passagers clandestins. La température chutant jusqu’à - 60 º, ils risquent de périr gelés. Et s’ils ne succombent pas à ce froid extrême, ils perdront conscience en raison de la pression exercée sur leurs poumons due à l’altitude élevée de l’appareil et feront une chute mortelle une fois les portes du train d’atterrissage ouvertes.

Certains, miraculés, réussissent tout de même à en ressortir indemnes. En juin 2010, un Roumain de 20 ans a survécu à un trajet de 1 900 kilomètres entre Vienne et Londres. Les mauvaises conditions météorologiques avaient forcé le pilote à maintenir l’appareil à une altitude moins élevée qu’à l’habitude.

Son cas fait toutefois figure d'exception à la règle. Deux semaines avant la découverte de la dépouille du fugitif angolais en septembre, le corps sans vie d’un autre passager clandestin, sud-africain celui-là, a été découvert dans le train d’atterrissage d’un appareil posé à l’aéroport Heathrow, à Londres.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Littérature : 'Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)'

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui "noircit&[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Idris Elba pas assez "anglais-anglais" pour interpréter James Bond, selon Roger Moore

Faute d'être "anglo-anglais", Idriss Elba ne pourra pas incarner James Bond, a déclaré l'ancien agent 007 Roger Moore, dans une interview accordée à Paris Match. Face à la[...]

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121212145512 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121212145512 from 172.16.0.100