Extension Factory Builder
11/12/2012 à 09:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Assani Tidjani était l'un des hommes forts du régime du père de Faure Gnassingbé, Eyadéma. Assani Tidjani était l'un des hommes forts du régime du père de Faure Gnassingbé, Eyadéma. © AFP

Condamné à vingt ans de réclusion criminelle dans une affaire d’atteinte à la sûreté de l’État avec le demi-frère du président, Kpatcha Gnassingbé, et d’autres, le général Assani Tidjani s’est éteint dans la soirée du vendredi 7 décembre 2012, à Limoge, en France.

Le général togolais Assani Tidjani s’est éteint dans la soirée du vendredi 7 décembre 2012 à Limoge, en France, où il avait été transféré pour cause de grave maladie, probablement un cancer du foie. Autrefois « puissant » du temps de la dictature du père de Faure Gnassingbé, Eyadéma, le général « Adidas » - en référence aux trois larges cicatrices sur ses joues – s’était réfugié dans la religion musulmane. « Il passait des journées entières à égrener son chapelet », raconte un de ses proches qui a passé ses derniers moments avec lui.

Inculpé en septembre 2011 dans le complot d’avril 2009 imputé au député Kpatcha Gnassingbé, l’un des demi-frères du chef de l’État, il est arrêté le 22 juillet 2011. Au cours du procès qui s'ensuit, il est reconnu comme le concepteur de la tentative présumée de putsch contre Faure Gnassingbé, ce qu’il a toujours nié en bloc. Peine perdue : il sera condamné à vingt ans de réclusion criminelle. Entre temps, sa maladie prenait de plus en plus d’ampleur.

"Trahi, humilié"

« Il s’est laissé mourir. Il se sentait trahi, humilié, et traîné dans la boue. Il a estimé que son honneur avait été bafoué et a donc émis le vœu, dans son testament, d’être enterré au Nigeria » le pays dont il était originaire, raconte un proche.

Sa chute fut brutale. Chef d’état-major des Forces armées togolaises (FAT) puis ministre de la Défense et des Anciens combattants, il fut l’un des hauts gradés les plus craints et les plus écoutés par le pouvoir. Signe de son importance, il était d’ailleurs le « représentant » du général Eyadéma auprès des parties en conflit lors de la crise ivoirienne, en 2002.

À la mort d’Eyadéma, Tidjani fait partie des généraux qui portent au pouvoir le fils de l’ancien président, Faure Gnassingbé, en février 2005.

À la mort d’Eyadéma, Tidjani fait partie des généraux qui portent au pouvoir le fils de l’ancien président, Faure Gnassingbé, en février 2005. Il est pointé du doigt par les associations des droits de l’homme dans la sanglante répression des manifestations après la présidentielle du 24 avril 2005. Il use de son influence pour convaincre l’ancien président nigérian, Olesegun Obasanjo, mais aussi le Français Jacques Chirac, de soutenir la « victoire » de Gnassingbé à l’élection.

"Faire échec à Faure"

Mais très vite, il sera lâché par le cercle très fermé de Faure. On lui reprochait son opposition au projet du jeune président de dissoudre le Rassemblement du peuple togolais (RPT) pour le remplacer par l’Union pour la République (Unir). Selon une source proche du parti, Tidjani aurait souvent affirmé que « si Faure se permettait le luxe de créer son parti, eux les barons, s’organiseraient pour faire échec à son projet et faire renaître le RPT de ses cendres. Ce qui aurait sans doute déplu au président », glisse la même source.

De là commence la traversée du désert de cet ancien élève de Saint-Cyr, très proche du Quai d’Orsay et des Forces Nouvelles (FN) ivoiriennes, dont il était l’un des encadreurs. C’est justement en Côte d’Ivoire où il se « reposait après une opération chirurgicale », en 2011, qu’il a été sommé par la présidence de Lomé de rentrer pour l’affaire qui mènera à sa condamnation. Paris et Abidjan avait ensuite fait pression pour qu’il puisse être transféré en France afin d’y subir des soins.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique [...]

Bolloré à Lomé, "l'ami des bons et des mauvais jours"

 L'inauguration du 3e quai du Port autonome de Lomé a eu lieu le 14 octobre, en présence de Vincent Bolloré. L'homme d'affaires français, dont le groupe détient la concession du terminal[...]

Togo : le chef de l'opposition candidat à la présidentielle de 2015

Le chef de l'opposition togolaise, Jean Pierre Fabre, a été investi samedi soir par les militants de son parti pour la présidentielle de 2015, à l'issue d'un congrès à Lomé, a[...]

Ebola : les 10 pays africains les plus exposés à l'arrivée d'un malade sur leur sol

Des chercheurs américains ont tenté de recenser les pays les plus exposés à l’arrivée d’un malade atteint d’Ebola sur leur sol. Sans céder à la panique, certains[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

Nedbank acquiert 20 % d'Ecobank

 Le géant sud-africain Nedbank - 5e groupe bancaire africain - a acquis 20 % du capital d'Ecobank. Il y a moins d'un moins Qatar National Bank avait pris une participation de 23,5 % dans le capital du groupe bancaire[...]

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Qu'ils soient animistes, chrétiens ou musulmans, les leaders religieux du continent possèdent souvent une influence considérable sur les plans politique et économique. Connaissez vous les plus[...]

Criminalité au Togo : série noire de braquages meurtriers à Lomé

En moins de deux mois, plusieurs braquages sanglants ont secoués Lomé. Ce qui relance la question de l’insécurité grandissante dans la capitale togolaise.[...]

SOS Racisme : Dominique Sopo, la sentinelle

À la tête de SOS racisme, cet engagé aux origines togolaises ne mâche pas ses mots quand il évoque le président Hollande... et ses homologues du continent.[...]

Ebola : le virus s'arrête-il vraiment aux frontières ?

Pour éviter la pénétration du virus Ebola sur leur territoire, les pays encore épargnés renforcent la surveillance au niveau de leurs frontières. Est-ce suffisant pour empêcher la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers