Extension Factory Builder
11/12/2012 à 08:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cheick Modibo Diarra s'apprêtait à prendre l'avion pour Paris quand il a été arrêté. Cheick Modibo Diarra s'apprêtait à prendre l'avion pour Paris quand il a été arrêté. © AFP

Nommé le 17 avril, moins d’un mois après le putsch contre Amadou Toumani Touré, le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, a été arrêté par des militaires, lundi 10 décembre au soir. Quelques heures plus tard, mardi matin, il présentait sa démission et celle de son gouvernement à la télévision nationale.

Mis à jour à 16h54.

Le petit capitaine a encore frappé. Après avoir renversé l’ancien président Amadou Toumani Touré en mars, Amadou Haya Sanogo a fait arrêter, lundi 10 décembre vers 23 heures, à son domicile, le Premier ministre pourtant issu du putsch du 22 mars - il avait été nommé le 17 avril -, Cheick Modibo Diarra. Quelques heures après, celui-ci présentait sa démission lors d’une brève allocution télévisée, diffusée à partir de 4 heures du matin, et était placé en résidence surveillée. Retour sur des événements qui fragilisent un peu plus la transition démocratique malienne.

Lundi soir, Cheick Modibo Diarra devait prendre l’avion pour Paris afin d'y passer un contrôle médical, selon un proche. Mais alors qu’il s'apprêtait à se rendre à l'aéroport, il a appris que ses bagages venaient d’être débarqués de l'avion. Il a donc attendu à son domicile des explications qui n’ont pas tardé à venir. 

« Le Premier ministre a été arrêté par une vingtaine de militaires venus de Kati », la ville garnison proche de Bamako et base des ex-militaires putschistes, a déclaré un membre de l'entourage du Premier ministre. « Ils lui ont dit que c'est le capitaine Sanogo qui leur a demandé de l'arrêter », a-t-il ajouté. Avec leur délicatesse habituelle, les militaires « ont carrément défoncé la porte de la résidence du Premier ministre et l'ont emmené un peu brutalement », a ajouté le témoin de l'arrestation.

Sans explication

On ne reverra le Premier ministre que quelques heures plus tard, tôt mardi matin, quand il présentera sa démission sur les ondes de l'Office de radio-télévision du Mali (ORTM). « Moi Cheick Modibo Diarra, je démissionne avec mon gouvernement », a-t-il déclaré, l’air grave et les traits tendus, sans donner plus d’explication. Il a simplement remercié ses collaborateurs et souhaité que « la nouvelle équipe » qui lui succédera réussisse sa mission : reconquérir le Nord-Mali, actuellement occupé par des islamistes liés à Al Qaïda, et organiser une élection présidentielle démocratique.

L’enlisement de la perspective d’une intervention rapide d’une force africaine au Nord, mais aussi l'absence de consensus autour de sa personne, lui ont peut-être coûté son poste.

L’enlisement de la perspective d’une intervention rapide d’une force africaine au Nord lui a peut-être coûté son poste. Les putschistes entendaient que Cheick Modibo Diarra usent des ses relations internationales pour accélérer la reconquête. Mais c’est finalement la prudence qui l’a emporté chez les partenaires du Mali. L'envoyé spécial de l'ONU au Sahel, Romano Prodi, estime ainsi qu’« une action militaire dans le nord du Mali ne sera possible qu'en septembre 2013 ». Et le secrétaire général de l’organisation, Ban Ki-moon, a mis en garde dans un récent rapport contre un usage précipité de la force qui pourrait « ruiner toute chance d’une solution politique négociée à cette crise, qui reste le meilleur espoir d’assurer la stabilité à long terme au Mali ».

Revanche

Alors que les militaires qui trépignent d’impatience espéraient partir à la reconquête du Nord au début de 2013 – l’Union européenne déploie sa mission de formation militaire à partir de janvier – il faut désormais négocier sérieusement avec les rebelles touaregs et les islamistes. Un non-sens pour des militaires humiliés qui n’aspirent qu’à prendre leur revanche. De fait, Amadou Haya Sanogo aime à se comparer au général Charles de Gaulle entré en résistance contre l'occupant pendant la seconde guerre mondiale (1939-1945).

Sanogo a été nommé par le président malien par intérim, Dioncouda Traoré, à la tête d'une structure chargée de réformer l'armée malienne, sous-équipée et démoralisée. La démission forcée du Premier ministre survient après le report de « concertations nationales » convoquées par le gouvernement de transition qui devaient se tenir pendant trois jours à partir de mardi. La concertation avait pour but de tenter d'établir une « feuille de route » pour les mois à venir entre tous les acteurs - politiques, militaires, sociaux, organisations de la société civile - face à la crise sans précédent que traverse le pays. Mais les partis politiques comme les associations citoyennes sont divisées sur la marche à tenir. Cheick Modibo Diarra paie aussi, sans doute, le fait qu’il n’a pas su créé de dynamique et de consensus autour de  sa personne.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait 3[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers