Extension Factory Builder
10/12/2012 à 15:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacques Anouma (g) et Issa Hayatou (d). Jacques Anouma (g) et Issa Hayatou (d). © DR

La candidature de Jacques Anouma à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF) a été rejetée, lundi 10 décembre, par la commission électorale de la CAF réunie au Caire, en Égypte. Mais l'Ivoirien ne jette pas l'éponge pour autant.

À moins d’un coup de théâtre de dernière minute, l’Ivoirien Jacques Anouma ne pourra pas se présenter à l’élection de la présidence de la Confédération africaine de football (CAF) prévue le 10 mars à Marrakech, au Maroc. Après des délibérations sur les candidatures, lundi 10 décembre au Caire, siège de la CAF, Hicham El Amrani, le secrétaire général, a été très lapidaire. « En vertu des nouveaux textes, la liste retenue pour la présidence de la CAF est celle d’Issa Hayatou », l’actuel président de l'institution, a-t-il annoncé.

Une décision qui n’est pas une vraie surprise. Le 3 septembre dernier, réuni en congrès extraordinaire aux Seychelles, la CAF a adopté par 44 voix pour sur 51 (6 contre et une abstention), suite à un vote à main levée, une motion proposée en août  dernier par Mohammed Raouraoua, président de la Fédération algérienne. Laquelle prévoyait  notamment que tout candidat souhaitant briguer le poste de président devait être « membre du comité exécutif », ou ait occupé cette fonction par le passé. Ce qui n’était pas le cas pour l’ivoirien. « Jacques Anouma ne baissera pas les bras. Nous allons utiliser toutes les voies de recours. Nous étudions les dispositions à prendre pour attaquer cette décision qui ne grandit pas le football africain », explique un soutien d'Anouma qui a requis l’anonymat.

Nouveau recours devant le TAS

Le camp Anouma estime en particulier que, la candidature de l'Ivoirien ayant été déposée avant le 3 décembre, date d’entrée en vigueur des nouveaux textes, celle-ci n’est pas concernée. Un recours avait déjà été déposé, lundi 26 novembre, par la fédération libérienne devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne pour faire annuler les nouvelles conditions d’éligibilité. Mais le TAS avait estimé ne pas être en mesure de statuer avant que les textes n’entrent en vigueur. Une nouvelle plainte pourrait être déposée auprès de ce tribunal. La question est de savoir qui la portera. « L’idéal serait que le gouvernement ivoirien soit en première ligne. Mais rien n’est moins sûr connaissant les relations difficiles entre Anouma et le président de la fédération », confie un connaisseur du dossier.

Reste que d’autres fédérations, comme celle du Liberia (dont le président est en déplacement aux États-Unis), pourraient s’emparer de l’affaire. Le Mali et le Sénégal s’étaient également opposés à la motion votée aux Seychelles. Car en obligeant tout candidat briguant le poste de président à être membre du comité exécutif de la CAF ou à avoir occupé cette fonction par le passé, Issa Hayatou « écarte de la course à la présidence de la CAF une bonne partie des animateurs du football africain », poursuit notre source.

______________

Par Baudelaire Mieu (@BMIEU), à Abidjan, avec Vincent Duhem (@vincentduhem)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Rwanda - RDC : Wild Wild West...

Article précédent :
Diabré marque des points

Réagir à cet article

Continental

Ebola : des artistes français s'emparent du misérabiliste 'Do they know it's Christmas ?'

Ebola : des artistes français s'emparent du misérabiliste "Do they know it's Christmas ?"

Après le désastreux "Do they know it’s Christmas ?" du collectif Band Aid (Bob Geldof, Bono), Carla Bruni, Joey Starr et d'autres artistes français s'apprêtent à leur emboît[...]

Une pêche durable est essentielle pour la sécurité alimentaire en Afrique

Catherine Novelli est sous-secrétaire d'État américaine pour la Croissance économique, l'Énergie et l'Environnement.[...]

Ces avocats qui ont marqué 2014

 Pour la troisième année consécutive, "Jeune Afrique" dresse la liste des avocats d'affaires qui ont marqué l'actualité économique récente en Afrique francophone.[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

L'Afrique, cible prioritaire de l'industrie des biens de consommation européenne

L'Afrique sera d'ici à 2017 le deuxième marché prioritaire pour l'industrie des biens de consommation européenne, selon une étude du cabinet Deloitte. Le continent devrait enregistrer une hausse[...]

BAD : un tiers des Africains font-ils réellement partie de la classe moyenne ?

L'Afrique avance, bien sûr, et se consolide de l'intérieur. Mais de là à affirmer qu'une personne sur trois appartient désormais à la classe moyenne, il y a un pas... que la BAD[...]

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est[...]

Développement : pourquoi l'Afrique doit réussir sa transition démographique

L'Afrique subsaharienne va-t-elle enfin entrer dans une ère de transition démographique ? Selon le rapport du Fonds des Nations unies pour la population, publié ce 18 novembre, sa population commence[...]

CAN 2015 : comment le Maroc s'est mis hors jeu

La Coupe d'Afrique des nations ne se jouera pas au Maroc, qui avait demandé un report en invoquant le "péril Ebola". Récit de ces folles semaines qui ont mis Rabat et la CAF au bord de la[...]

CAN 2015 : comment la Guinée équatoriale s'est imposée

Plusieurs pays du continent auraient pu accueillir la CAN 2015. Certains ont décliné, d'autres se sont proposés. Le Qatar a même montré le bout de son nez. Mais la Guinée[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers