Extension Factory Builder
10/12/2012 à 15:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacques Anouma (g) et Issa Hayatou (d). Jacques Anouma (g) et Issa Hayatou (d). © DR

La candidature de Jacques Anouma à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF) a été rejetée, lundi 10 décembre, par la commission électorale de la CAF réunie au Caire, en Égypte. Mais l'Ivoirien ne jette pas l'éponge pour autant.

À moins d’un coup de théâtre de dernière minute, l’Ivoirien Jacques Anouma ne pourra pas se présenter à l’élection de la présidence de la Confédération africaine de football (CAF) prévue le 10 mars à Marrakech, au Maroc. Après des délibérations sur les candidatures, lundi 10 décembre au Caire, siège de la CAF, Hicham El Amrani, le secrétaire général, a été très lapidaire. « En vertu des nouveaux textes, la liste retenue pour la présidence de la CAF est celle d’Issa Hayatou », l’actuel président de l'institution, a-t-il annoncé.

Une décision qui n’est pas une vraie surprise. Le 3 septembre dernier, réuni en congrès extraordinaire aux Seychelles, la CAF a adopté par 44 voix pour sur 51 (6 contre et une abstention), suite à un vote à main levée, une motion proposée en août  dernier par Mohammed Raouraoua, président de la Fédération algérienne. Laquelle prévoyait  notamment que tout candidat souhaitant briguer le poste de président devait être « membre du comité exécutif », ou ait occupé cette fonction par le passé. Ce qui n’était pas le cas pour l’ivoirien. « Jacques Anouma ne baissera pas les bras. Nous allons utiliser toutes les voies de recours. Nous étudions les dispositions à prendre pour attaquer cette décision qui ne grandit pas le football africain », explique un soutien d'Anouma qui a requis l’anonymat.

Nouveau recours devant le TAS

Le camp Anouma estime en particulier que, la candidature de l'Ivoirien ayant été déposée avant le 3 décembre, date d’entrée en vigueur des nouveaux textes, celle-ci n’est pas concernée. Un recours avait déjà été déposé, lundi 26 novembre, par la fédération libérienne devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne pour faire annuler les nouvelles conditions d’éligibilité. Mais le TAS avait estimé ne pas être en mesure de statuer avant que les textes n’entrent en vigueur. Une nouvelle plainte pourrait être déposée auprès de ce tribunal. La question est de savoir qui la portera. « L’idéal serait que le gouvernement ivoirien soit en première ligne. Mais rien n’est moins sûr connaissant les relations difficiles entre Anouma et le président de la fédération », confie un connaisseur du dossier.

Reste que d’autres fédérations, comme celle du Liberia (dont le président est en déplacement aux États-Unis), pourraient s’emparer de l’affaire. Le Mali et le Sénégal s’étaient également opposés à la motion votée aux Seychelles. Car en obligeant tout candidat briguant le poste de président à être membre du comité exécutif de la CAF ou à avoir occupé cette fonction par le passé, Issa Hayatou « écarte de la course à la présidence de la CAF une bonne partie des animateurs du football africain », poursuit notre source.

______________

Par Baudelaire Mieu (@BMIEU), à Abidjan, avec Vincent Duhem (@vincentduhem)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Rwanda - RDC : Wild Wild West...

Article précédent :
Diabré marque des points

Réagir à cet article

Continental

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage en Afrique de l'Ouest, avec un bilan de [...]

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

CAFF : les femmes aussi jouent au football !

Depuis, le 11 octobre, se déroule à Windhoek, capitale de la Namibie, le Championnat d’Afrique de football féminin (CAFF) qui est aux femmes ce que la Coupe d’Afrique des nations (CAN) est aux[...]

Art contemporain : 1:54, la petite foire qui monte, qui monte...

La deuxième édition de l'unique foire européenne consacrée à l'art contemporain africain se tient à Londres du 15 au 19 octobre. Et fait beaucoup parler d'elle.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers