Extension Factory Builder
10/12/2012 à 15:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacques Anouma (g) et Issa Hayatou (d). Jacques Anouma (g) et Issa Hayatou (d). © DR

La candidature de Jacques Anouma à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF) a été rejetée, lundi 10 décembre, par la commission électorale de la CAF réunie au Caire, en Égypte. Mais l'Ivoirien ne jette pas l'éponge pour autant.

À moins d’un coup de théâtre de dernière minute, l’Ivoirien Jacques Anouma ne pourra pas se présenter à l’élection de la présidence de la Confédération africaine de football (CAF) prévue le 10 mars à Marrakech, au Maroc. Après des délibérations sur les candidatures, lundi 10 décembre au Caire, siège de la CAF, Hicham El Amrani, le secrétaire général, a été très lapidaire. « En vertu des nouveaux textes, la liste retenue pour la présidence de la CAF est celle d’Issa Hayatou », l’actuel président de l'institution, a-t-il annoncé.

Une décision qui n’est pas une vraie surprise. Le 3 septembre dernier, réuni en congrès extraordinaire aux Seychelles, la CAF a adopté par 44 voix pour sur 51 (6 contre et une abstention), suite à un vote à main levée, une motion proposée en août  dernier par Mohammed Raouraoua, président de la Fédération algérienne. Laquelle prévoyait  notamment que tout candidat souhaitant briguer le poste de président devait être « membre du comité exécutif », ou ait occupé cette fonction par le passé. Ce qui n’était pas le cas pour l’ivoirien. « Jacques Anouma ne baissera pas les bras. Nous allons utiliser toutes les voies de recours. Nous étudions les dispositions à prendre pour attaquer cette décision qui ne grandit pas le football africain », explique un soutien d'Anouma qui a requis l’anonymat.

Nouveau recours devant le TAS

Le camp Anouma estime en particulier que, la candidature de l'Ivoirien ayant été déposée avant le 3 décembre, date d’entrée en vigueur des nouveaux textes, celle-ci n’est pas concernée. Un recours avait déjà été déposé, lundi 26 novembre, par la fédération libérienne devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne pour faire annuler les nouvelles conditions d’éligibilité. Mais le TAS avait estimé ne pas être en mesure de statuer avant que les textes n’entrent en vigueur. Une nouvelle plainte pourrait être déposée auprès de ce tribunal. La question est de savoir qui la portera. « L’idéal serait que le gouvernement ivoirien soit en première ligne. Mais rien n’est moins sûr connaissant les relations difficiles entre Anouma et le président de la fédération », confie un connaisseur du dossier.

Reste que d’autres fédérations, comme celle du Liberia (dont le président est en déplacement aux États-Unis), pourraient s’emparer de l’affaire. Le Mali et le Sénégal s’étaient également opposés à la motion votée aux Seychelles. Car en obligeant tout candidat briguant le poste de président à être membre du comité exécutif de la CAF ou à avoir occupé cette fonction par le passé, Issa Hayatou « écarte de la course à la présidence de la CAF une bonne partie des animateurs du football africain », poursuit notre source.

______________

Par Baudelaire Mieu (@BMIEU), à Abidjan, avec Vincent Duhem (@vincentduhem)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Rwanda - RDC : Wild Wild West...

Article précédent :
Diabré marque des points

Réagir à cet article

Continental

Le propos raciste qui fait du bien

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner l’absurdité[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces