Extension Factory Builder
10/12/2012 à 15:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Blaz Design (au c.) a dessiné les tenues de l'armée camerounaise. Blaz Design (au c.) a dessiné les tenues de l'armée camerounaise. © DR/Facebook Blaz Design

À 56 ans, après avoir été formé à ses débuts par les plus grands noms de la haute couture, Blaz Design est le premier Africain à faire partie de la short-list des icônes mondiales de la mode, établie par la World Fashion Organization. Retour sur un parcours hors norme qui pourrait faire des émules dans son pays natal, le Cameroun.

La pièce maîtresse de sa dernière collection lui a demandé 500 heures de travail à la main. Épaules bouffantes, fente osée mais discrète, tissu pagne serti de perles, la robe trône au musée des Nations Unies, à New York, aux côtés de modèles signés Yves Saint Laurent ou Prada. Blaz Design, styliste né au Cameroun, est, depuis avril 2011, le premier Africain à figurer sur la liste des quarante icônes mondiales de la mode établie par la World Fashion Organization, organisme rattaché à l'ONU. À 56 ans, il est aujourd'hui bardé de prix et de récompenses. S'en satisfait-il ? Non, pour lui, tout est encore à accomplir.

Éternelle jeunesse

Dès son plus jeune âge, J.E. Essomba, que l'on ne connaît pas encore sous le nom de Blaz Design, se plait à découdre et recoudre ses vêtements. Une passion qui ouvrir rapidement les portes du monde à ce natif de Bingala, près de Yaoundé. À 19 ans, il rejoint l'école des Arts et Métiers de Bruxelles, en Belgique, et, une fois sa formation terminée, il se rend à Paris, où il travaille à la création artistique chez Pierre Cardin, puis chez Christian Dior et enfin chez Yves Saint Laurent. Expérience dont il garde aujourd'hui un souvenir ému. En 1978, le tissu n'a plus aucun secret pour lui quand il crée la marque Blaz Design à Paris. Il a alors 24 ans et rêve de sublimer la femme africaine. En 1984, il ouvre sa maison de haute couture au Cameroun, où il réside désormais avec son épouse et ses six enfants lorsqu'il n'est pas entre deux avions.

Depuis, le styliste est un symbole de réussite, une source d'inspiration pour la jeunesse camerounaise. Le métier, Blaz Design le pratique depuis 32 ans déjà, sans qu'aucune ride ne se soit encore dessinée sur son visage. Sa jeunesse, dit-il, il la doit à l'amour qu'il offre à travers ses créations : « lorsqu'on est plein d'amour et qu'on le distribue, il est difficile de vieillir », assure-t-il avec un sérieux désarmant. Sa voix est parfois hésitante, mais son engagement, lui, ne faiblit pas. « En permettant aux autres de profiter de mon talent, j'accomplissais, sans le savoir, l'un des principes de la haute couture : créer pour le bien-être », explique-t-il.

Partager

En 2011, il créé la fondation médico-chirurgicale Maria Rosa Nsisim, une idée qui lui vient de la révolte de son épouse, touchée de savoir que, dans certaines zones reculées du Cameroun, un patient peut perdre la vie faute de médicaments. Depuis, la structure est devenue le premier hôpital privé de Yaoundé; elle met à disposition des plus vulnérables des soins de santé de qualité à moindre coût. « Mon idée, c'est qu'on ne peut pas se prétendre riche si l'on enfouit ses richesses dans des coffres forts. Je sais que la vie est courte. J'essaye de me rendre utile en participant chaque jour à l'amélioration des conditions de vie de ceux qui sont autour de moi ».

Le talent de Blaz Design rayonne également dans les plus hautes sphères du pays. Chantal Biya, première dame du Cameroun, porte ainsi certaines de ses créations, tandis que les militaires sont habillés par une tenue qu'il a dessinée.

Sacré personnalité de la mode de la décennie en 2009 par la Cameroon Fashion Awards, Blaz Design ne se contente pas de récolter les lauriers de sa réussite, il s'attache également à transmettre son savoir-faire. Iman Ayissi, mannequin et styliste, fait ainsi partie de ceux et celles qui en ont profité en faisant leurs premiers pas à ses côtés : « C’est quelqu’un dont je respecte énormément le travail, qui se bat pour que la perception de la mode change au Cameroun, pour qu'elle puisse être considérée comme une industrie*, source de développement économique et pas seulement comme une distraction ». En espérant que le message soit entendu.

___

* La Cameroon Fashion Week, dont Blaz Design est l'un des organisateurs, se tiendra du 13 au 16 décembre à Yaoundé.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
La rumeur de Lomé

Article pr�c�dent :
Rwanda - RDC : Wild Wild West...

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de réali[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121210123001 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121210123001 from 172.16.0.100