Extension Factory Builder
07/12/2012 à 17:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Patrice Talon est accusé d'avoir tenté d'empoisonner le président du Bénin. Patrice Talon est accusé d'avoir tenté d'empoisonner le président du Bénin. © AFP

Interpellé le 5 décembre à son domicile parisien puis déféré au Parquet, Patrice Talon n’aura finalement passé qu’une nuit en détention. Placé sous contrôle judiciaire, l’homme d’affaires béninois, poursuivi dans son pays pour "tentative d’empoisonnement" sur Boni Yayi, le chef de l’État, a été relâché le lendemain après avoir remis son passeport.

Alors que, depuis le 23 octobre, Patrice Talon fait l’objet d’un mandat d'arrêt international, trois personnes accusées de complicité – elles étaient censées substituer des produits radioactifs au traitement antidouleur du président – ont déjà été arrêtées à Cotonou.

Selon la convention qui lie les deux pays, le Bénin dispose de deux semaines pour présenter sa demande d'extradition. La justice française aura alors deux mois pour l'étudier. L'affaire ne fait donc que commencer. Lors d'une conversation téléphonique, le 5 décembre, peu après l'interpellation de Talon, le président français François Hollande a assuré à son homologue béninois qu'il n'y aurait « aucune obstruction ».

"Machination politique"

De son côté, le businessman qui a fait fortune dans le coton se dit victime d'une « vengeance et d'une machination politique » depuis son refus « d'activer des députés » pour engager une réforme de la Constitution et permettre à Boni Yayi d'être à nouveau candidat à la présidentielle de 2016. Ce dernier « réfute catégoriquement cette fable ». « Dans trois ans, je pars », jure-t-il, alors que dans son entourage, on affirme détenir les preuves du complot.


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de Coton[...]

Abdoulaye Bio-Tchané : "Le chômage des jeunes est un enjeu de sécurité nationale"

L’économiste béninois, président du Fonds africain de garantie, pose un regard lucide sur les défis économiques et sociaux que son pays doit relever.[...]

Bénin : la Cour constitutionnelle met fin au débat sur un éventuel troisième mandat de Boni Yayi

Dans une décision rendue le 20 novembre, la Cour constitutionnelle s'est prononcée contre toute révision de la Constitution permettant au président béninois, Thomas Boni Yayi, de briguer un[...]

Bénin - Togo : dans les petites localités, le virus Ebola inquiète

Partout en Afrique de l’Ouest, les campagnes de prévention contre l’épidémie d'Ebola s’intensifient surtout dans les capitales et les grandes villes. Mais la contagion ne partant presque[...]

Carole et Glwadys Tawema, la vogue ethnique de Karethic

Grâce au beurre de karité, ces deux Béninoises installées en France entendent surfer sur la mode des produits bio pour appuyer le développement du nord de leur pays.[...]

Bloomfield va noter six filiales de Bank of Africa

L'agence de notation Bloomfield Investment a été désignée par le groupe Bank of Africa pour noter six de ses filiales au Sénégal, en côte d'Ivoire, au Bénin, au Mali, au Niger[...]

Hydrocarbures : Ouest-Africains, ne comptez pas sur le pipeline !

Censé alimenter le Bénin, le Togo et le Ghana, le gazoduc d'Afrique de l'Ouest ne tient pas ses promesses. Des dysfonctionnements qui commencent à avoir un réel impact sur les économies[...]

Bénin : l'opposition défile à Cotonou pour réclamer la tenue des élections municipales

Plusieurs milliers de Béninois ont manifesté mercredi à Cotonou, à l’appel de la Plateforme des forces démocratiques (opposition), pour exiger du gouvernement l’organisation des[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers