Extension Factory Builder
07/12/2012 à 15:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La propreté à Ouagadougou, l'une des plus grande fierté de l'ex-maire de la ville. La propreté à Ouagadougou, l'une des plus grande fierté de l'ex-maire de la ville. © Yempabou Ahmed Ouoba pour Jeune Afrique

Simon Compaoré, le désormais ex-maire de Ouagadougou, participe à son sixième et dernier sommet Africités à Dakar. Pour cette "légende" des élus locaux en Afrique, en dix-sept ans, les collectivités locales ont fait leur trou. Mais il reste beaucoup à faire.

Simon Compaoré est une légende dans le monde des élus locaux africains. « Un exemple, estime un fonctionnaire des Nations unies, tant pour sa longévité que pour son bilan ». Maire de la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, depuis 1995, il a profité du sixième sommet Africités qui se tient à Dakar du 4 au 8 décembre pour tirer sa révérence. Il n’était en effet pas candidat à sa propre succession lors des élections municipales du 3 décembre dernier. Pour Jeune Afrique, il revient sur dix-sept années de combats.

Après 17 ans à la tête de Ouagadougou, vous tirez votre révérence. Vous êtes fatigué ?

Simon Compaoré : Non, ce n’est pas ça. Jamais ne n’abandonnerai. Mais j’estime qu’après 17 ans, on peut être à court d’idées, de nouveautés. Nous faisons face, les élus locaux, à des changements qui avancent à une vitesse vertigineuse. Face à cela, il convient de renouveler les initiatives. Or ce qui vous guette après 17 ans, c’est la routine.

Ne vous a-t-on pas poussé vers la sortie ?

Non, c’est une décision personnelle. J’ai d’ailleurs fait campagne pour la nouvelle équipe. Et je reste à la disposition de mon parti (le Congrès pour la démocratie et le progrès, CDP, le parti au pouvoir, NDLR).

Est-ce difficile de trouver des personnes prêtes à prendre la relève et à s’investir dans un mandat d’élu local ?

Non. Mais il faut que ceux qui viennent soient avisés de ce qui les attend.

Aujourd’hui, la plupart des États en Afrique ont compris l’intérêt de transmettre les compétences, mais aussi les ressources aux collectivités locales.

Qu’est-ce qui les attend ?

Pour diriger une ville, il faut l’aimer. Et il faut beaucoup de convictions. Il faut être prêt à supporter les critiques, à encaisser car le maire est la première personne vers laquelle se tournent les citoyens. Nous faisons face parfois à des situations délicates, dangereuses même, quand nous allons dans les quartiers en colère. Et puis, il faut arriver à créer une vision commune dans la ville, ce n’est pas facile.

Avez-vous eu les moyens de vos ambitions ?

C’est sûr que les citoyens attendent beaucoup d’un maire. Il nous manque des moyens financiers et humains, c’est certain. Mais cela ne doit pas nous décourager. Dans la Bible, il est dit : « Frappez et on vous ouvrira. Cherchez et vous trouverez ».
 
Les finances, c’est le nerf de la guerre…

Absolument, mais les finances seules ne suffisent pas. Parfois, l’abondance traduit l’incapacité des hommes. Il faut savoir travailler dans la pénurie. Moi, j’ai commencé en 1995 avec un budget d’1,5 milliard de francs CFA. Aujourd’hui, il est à 22 milliards. Nous avons fait en sorte que la ville soit propre. C’est une de mes plus grandes fiertés. Nous avons commencé avec 20 femmes pour nettoyer le bitume. Aujourd’hui, nous en comptons 2 087. Des femmes qui viennent de milieux défavorisés, et dont l’activité, avant, était préjudiciable à l’environnement. Certaines, par exemple, cassaient de la pierre. Je pense que cela n’aurait pas été possible si tout avait été géré par l’État. Pour l’administration, cela aurait représenté une tâche comme une autre. Pour nous, c’était un véritable défi.

En 17 ans, le regard du pouvoir central et des haut-fonctionnaires a-t-il changé sur le rôle des collectivités locales ?

Oui, mais c’est parce que nous avons fait beaucoup de lobbying. Nous avons créé CGLU (Cités et gouvernements locaux unis, NDLR), et CGLUA (Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique, l’organisateur d’Africités, NDLR). Ce sont des structures dynamiques, qui organisent des rendez-vous importants comme Africités. Cela permet d’échanger, de créer des partenariats… Il y a aussi eu la naissance de l’AIMF (Association internationale des maires francophones, NDLR), qui a financé beaucoup de projets, dans ma ville notamment. Aujourd’hui, la plupart des États en Afrique ont compris l’intérêt de transmettre les compétences, mais aussi les ressources aux collectivités locales. Il reste encore beaucoup à faire, mais en 17 ans, les choses ont bien évolué.

___

Propos recueillis par Rémi Carayol, envoyé spécial à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : 'Timbuktu' au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Burkina Faso : "Timbuktu" au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Après avoir été un temps menacé de déprogrammation, le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako sera bien diffusé au Fespaco le 6 mars. Retour sur une polémique qui a fait t[...]

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique TV

Toutes les vidéos
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121207150143 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121207150143 from 172.16.0.100