Extension Factory Builder
05/12/2012 à 09:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la 5e édition à Marrakech. Lors de la 5e édition à Marrakech. © Africités 2009

La 6e édition du sommet Africités s’est ouvert mardi 4 décembre à Dakar. Les échanges se dérouleront jusqu'au 8 décembre.

Que donnent 5 000 personnes réunies dans un hôtel de luxe de Dakar autour d’une même volonté : donner aux collectivités locales du continent africain les moyens de répondre aux attentes des populations ? Réponse : une belle cohue, un enthousiasme débordant et des idées, beaucoup d’idées.

Les participants du sommet Africités, sixième du nom, qui s’est ouvert lundi 4 décembre dans la capitale sénégalaise, et qui dure jusqu’au 8, ne parlent pas tous la même langue. Il y a des francophones, des anglophones et même quelques lusophones venus des quatre coins du continent. Il y a aussi des Turcs, des Chinois (venus en force, ils sont plus de cent), des Brésiliens, des Italiens… Mais tous usent du même slogan : « penser global, agir local ». Un participant ivoirien : « On est là pour apprendre des autres, échanger, mais surtout montrer que les gouvernements locaux ont un rôle à jouer dans le développement de l’Afrique ».

Avant de débattre sur toutes sortes de sujets (des politiques d’accès aux droits à l’aménagement urbain, en passant par les questions de gouvernance locale ou encore l’approche territoriale du développement économique), la foule d’élus locaux, de fonctionnaires ou encore de membres d’ONG et d’associations a écouté, dans la matinée, une belle brochette de sommités.

Décentralisation

Il y avait là des anciens présidents (le Sud-africain Thabo Mbeki, le Béninois Nicéphore Soglo, le Cap-verdien Pedro Pires), des maires de premier plan (le Parisien Bertrand Delanoë et le Dakarois Khalifa Sall) et même le président sénégalais Macky Sall. Entouré d’une partie de ses ministres (dont le premier d’entre eux, Abdoul Mbaye), ce dernier a rappelé qu’il y a huit mois, il était lui-même à la tête d’une municipalité (la ville de Fatick). Et il a reconnu que même au Sénégal, où la décentralisation est tout de même bien plus poussée que dans la plupart des pays africains, « les transferts de moyens de l’État central aux collectivités locales restent à renforcer ».

Plus tôt, Khalifa Sall avait défendu l’idée que « 50 ans après les indépendances, la gouvernance locale s’impose comme une alternative crédible ». « Il ne faut pas oublier les villes », a poursuivi Nicéphore Soglo, qui présente la particularité d’avoir été maire après avoir présidé son pays. Le président de l’Association des maires du Sénégal, Abdoulaye Baldé, a quant à lui appuyé là où ça fait mal.

Bonne gouvernance

« L’épanouissement de nos populations dépend de la bonne gouvernance, mais aussi des gouvernement locaux, mais nous manquons de moyens financiers et humains. Pour beaucoup, le transfert de compétences se mue en transfert de problèmes ».

Les échanges qui se dérouleront ces prochains jours à Dakar ne permettront certainement pas d’y remédier. Mais, comme le croit un élu local sénégalais, « ils montrent que partout sur le continent, il y a une prise de conscience sur l’importance des collectivités locales et sur le rôle qu’elles doivent jouer à l’avenir ». Ils doivent aussi donner des clés, des idées… et du courage. « Il en faut, aux dires de Simon Compaoré, maire de Ouagadougou de 1995 à 2012, pour affronter des changements dont la vitesse dépasse l’entendement ».

__________

Rémi Carayol, envoyé spécial à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Corsafrique : à Tasso, dans la vallée des croupiers

C'est à Tasso, en Corse-du-Sud, que Michel Tomi recrutait les employés de ses casinos. En sens inverse, il a aussi importé un peu d'Afrique sur l'île, au grand dam des nationalistes.[...]

Derrière la rhétorique des guerres climatiques

Philippe Roudier est chercheur, spécialiste des impacts du changement climatique en Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers