Extension Factory Builder
04/12/2012 à 08:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les présidents Idriss Déby Itno (Tchad) et François Hollande (France). Les présidents Idriss Déby Itno (Tchad) et François Hollande (France). © AFP/Montage J.A.

Le président tchadien, Idriss Déby Itno, arrive à Paris mardi 4 décembre. Il sera reçu le lendemain par son homologue François Hollande à l’Élysée. Au programme de cette rencontre présidentielle : la crise malienne et la polémique sur l’affaire Ibni, du nom de l'opposant tchadien enlevé et disparu depuis février 2008.

La visite officielle du président tchadien Idriss Déby Itno, organisée du 4 au 7 décembre à Paris, intervient dans un contexte diplomatique troublé. Initialement prévu début octobre, ce déplacement présidentiel a été repoussé de plusieurs semaines en raison de différends franco-tchadiens autour de l’ « affaire Ibni ».

Le 3 février 2008, l’opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh était enlevé à son domicile de N’Djamena par des militaires tchadiens. Depuis, plus aucune trace de lui. Au Tchad, une partie de l’opposition avait immédiatement dénoncé un règlement de compte politique. Quatre ans plus tard, malgré la mise sur pied d’une commission d’enquête et la publication d’un rapport officiel en septembre 2008, la procédure judiciaire sur cette troublante disparition est toujours au point mort. Un comité de suivi de l'enquête, rejoint par des experts internationaux depuis fin 2010, n'a guère plus progressé.

Pour le président François Hollande, qui a fait du respect des droits de l’homme la pierre angulaire de sa politique africaine, l’enfouissement de cette affaire est difficilement acceptable. Pendant plusieurs semaines, la France a donc demandé des efforts au Tchad avant de concrétiser la visite officielle du président Déby. À Paris, une source diplomatique promet d’ores et déjà que le dialogue sera « direct » entre les deux chefs d’État. François Hollande devrait notamment demander à son homologue tchadien la relance du comité de suivi international.

Appui sous condition ?

Lors de leur entretien, prévu mercredi 5 décembre à 15 heures à l’Élysée, les deux présidents évoqueront également la crise malienne. Depuis plusieurs mois, Idriss Déby Itno est ambigu sur la participation de l’armée tchadienne à une éventuelle intervention militaire au Nord-Mali. Tantôt favorable, tantôt défavorable, il peut être tenté de conditionner sa décision au comportement français sur le dossier Ibni.

À Paris, la même source diplomatique assure que les deux dossiers – le Nord-Mali et Ibni – sont « déconnectés », bref qu’il n’y aura aucun marchandage. De leur côté, les dirigeants de la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) envisagent aussi de se passer des services tchadiens, estimant que la force constituée de 5 000 soldats maliens et 3 300 soldats de la Cedeao est suffisante pour la reconquête du Nord.

Le président Déby profitera sûrement de son rendez-vous à l'Élysée pour remettre sur la table les revendications financières des familles tchadiennes dans l'affaire de l'Arche de Zoé. Hier s'est ouvert le procès de l'association à Paris, cinq ans après la rocambolesque tentative d'exfiltration de 103 enfants présentés comme des orphelins du Darfour. Depuis le transfert des principaux accusés en France, le gouvernement tchadien réclame toujours le paiement de dommages et intérêts à hauteur de 6,3 millions d'euros. À l'époque, le Quai d'Orsay avait rapellé que cette dette devait être payée par les membres de l'association et non par l'État français.

Outre son entretien avec François Hollande, Idriss Déby aura une audience avec le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, dont la date et l’heure restent encore à déterminer. D’après une source diplomatique tchadienne,  un entretien avec le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius devrait également figurer au programme. Jeudi 6 décembre, le président Déby participera à un déjeuner d’affaires avec les acteurs économiques au Medef. Le lendemain, il recevra des responsables de la diaspora tchadienne à son hôtel avant de reprendre l’avion vers N’Djamena.

___

Benjamin Roger (@benja_roger)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Le retour surprise de Jean-Bernard Padaré au Tchad

Le retour surprise de Jean-Bernard Padaré au Tchad

Jean-Bernard Padaré, l’ancien garde des Sceaux tchadien tombé en disgrâce et poursuivi dans plusieurs affaires, s’était réfugié en France il y a quelques mois. Alors que des a[...]

Lune de miel entre Idriss Déby Itno et François Hollande

François Hollande et Idriss Déby Itno se sont entretenus pendant près de deux heures le 19 juillet, à N'Djamena, à l’occasion de la première visite officielle du président[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Hollande au Tchad pour l'installation du dispositif anti-terrorisme au Sahel

Le président français François Hollande achevait samedi son périple de trois jours en Afrique à N'Djamena, où il doit préparer l'installation du commandement de Barkhane, nouvelle[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers