Extension Factory Builder
29/11/2012 à 19:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une sculpture de l'artiste espagnol Jaume Plensa, à Rio de Janeiro. Une sculpture de l'artiste espagnol Jaume Plensa, à Rio de Janeiro. © AFP / Alex Ribeiro/AE/Agência Estado

Près de 2 000 réfugiés angolais et libériens ont obtenu un permis de résidence permanente au Brésil, où ils étaient arrivés dans les années 90. Une grande première dans le pays.

Après l'élection du premier président noir de la Cour suprême, Joaquim Barbosa, le 10 octobre, et la promulgation d'une loi de quotas raciaux dans les universités, à la fin du mois d'août, le Brésil vient de démontrer une fois de plus sa volonté de lutter contre les discriminations envers les Noirs et Métis qui représentent 51% de sa population. Près de 2 000 réfugiés angolais et libériens ont obtenu un permis de résidence permanente, alors qu'ils vivaient depuis environ dix ans au Brésil.

Arrivés dans les années 90, ils fuyaient les conflits civils dans leurs pays respectifs. En Angola, plus de quatre millions de personnes ont été déplacées pendant la guerre (1961-2002) et 600 000 autres ont été forcées à partir en exil. Dans le cas du Liberia, les deux guerres civiles (1989-2003) ont entraîné le départ de dizaines de milliers de personnes.

Le Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) demandait de mettre fin à leur statut de réfugiés et recommandait de poursuivre leur intégration locale. Le Brésil est le premier pays d'Amérique latine et à l'extérieur de l'Afrique à suivre ces recommandations. La plupart des réfugiés se sont établis à Rio de Janeiro et São Paulo, et beaucoup sont mariés à des Brésiliens. Le HCR estimait donc qu'ils répondaient aux exigences des autorités pour rester au Brésil.

"Minha casa minha vida"

Quatre conditions doivent être remplies pour y obtenir un permis de résidence permanente : vivre dans le pays en tant que réfugié reconnu depuis plus de quatre ans, être embauché par une entreprise privée ou publique enregistrée auprès du ministère du Travail, être un travailleur qualifié avec des compétences officiellement reconnues ou diriger sa propre entreprise légalement établie et ne pas avoir été reconnu coupable d'une infraction criminelle.

Le 9 novembre, ils étaient donc 1 952 exactement – 1 681 réfugiés angolais et 271 libériens, soit environ 40% de la population totale réfugiée au Brésil (4 600 personnes en tout) - à voir leur situation régularisée. Les autres réfugiés dans le pays sont originaires de la République démocratique du Congo (RDC, 497) et de la Colombie (700).

Désormais, ils pourront recevoir des aides financières des banques publiques, comme le programme « Minha casa minha vida » réservé exclusivement aux résidents, alors que jusqu'à présent leur statut de réfugié ne leur permettait que d'ouvrir un compte en banque et de cotiser au système de retraite.

________

Par Marie Villacèque (@mvillaceque)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Angola

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

Sommet UE-Afrique : ils ont soutenu Grace Mugabe et ne sont pas venus

En réponse au refus des autorités belges de délivrer un visa à Grace Mugabe, quatre chef d'État d'Afrique australe n'ont pas fait le déplacement à Bruxelles pour le sommet[...]

Détournements, disparitions, crashs... Les dix faits marquants de l'aviation africaine

Le mystère du vol MH370 de la Malaysia Airlines, disparu depuis plus de dix jours, passionne, autant qu'il inquiète. Ce n'est pourtant pas la première que l'aviation se retrouve sous les projecteurs, y compris[...]

Les coulisses de la défense africaine (février-mars 2014)

Satellites, avions, chars, bâtiments, stratégie, communication... L'actualité de la défense a été particulièrement riche depuis février sur le continent. Laurent Touchard*[...]

"Théorie générale de l'oubli" : et il est comment le dernier José Éduardo Agualusa ?

Le point de départ du dernier roman de José Eduardo Agualusa, "Théorie générale de l'oubli", est une histoire vraie incroyable. Comme les aime l'auteur de "Barroco [...]

Football : le Congolais Trésor Mputu remporte sa première compétition avec Kabuscorp

Sitôt arrivé en Angola, Trésor Mputu a remporté, mardi 4 février, son premier match et sa première compétition avec son nouveau club angolais de Kabuscorp, vainqueur de la Super[...]

Pétrole : nouvelle opération controversée pour l'Israélien Dan Gertler en RD Congo

L’ONG Global Witness indique que la RD Congo a conclu en 2012 un accord de rachat des droits pétroliers d’une société offshore secrète, Nessergy, pour un montant probablement plus de 300[...]

George Chicoty : "On peut être noir, riche et honnête"

La santé du président dos Santos, les relations avec Paris, les accusations de corruption portées contre de hauts responsables angolais... De passage à Paris, George Chicoty, ministre angolais[...]

Angola : Dos Santos à Paris en 2014 ?

Les absences répétées du président angolais José Eduardo dos Santos alimentent les rumeurs sur son état de santé. Mais celui-ci pourrait profiter d'une invitation de[...]

Steak-frites à 40 dollars, nuit d'hôtel à 250 : très très chère Luanda

La capitale angolaise figure régulièrement en tête des classements des villes les plus onéreuses du monde pour les expatriés. Et cette année Luanda a encore battu des records notamment[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces