Extension Factory Builder
26/11/2012 à 13:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sultani Makenga : 'Au départ, nous ne voulions même pas prendre Goma.' Sultani Makenga : "Au départ, nous ne voulions même pas prendre Goma." © Phil Moore/AFP

Le chef militaire de la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23), le général Sultani Makenga, a accordé à "Jeune Afrique" sa première interview depuis la prise de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, le 20 novembre. Cet entretien exclusif a été réalisé dimanche 25 novembre.

Mis à jour le 27/11 à 9h40.

Jeune Afrique : À l’heure où nous parlons, quelle est l’avancée du M23 ?

Sultani Makenga : Nous sommes à Mushaki sur la route du Masisi et nous sommes à la limite du Nord et du Sud-Kivu. La ville de Minova est toujours aux mains des FARDC [Forces armées de la République démocratique du Congo, armée régulière, NDLR].

Quel est votre objectif ?

Notre but est d’arriver à la paix totale. Le gouvernement de Kinshasa divise et discrimine, surtout les rwandophones, et depuis longtemps. Il ne travaille pas à la réconciliation. Lorsque, en tant que militaires, nous servions le gouvernement, nous étions déconsidérés et harcelés. Nous sommes sortis du rang pour dénoncer ce qui n’allait pas. Plutôt que d’écouter, le gouvernement nous a poursuivis pour nous exterminer.

Est-ce qu’une solution peut-être trouvée ?

Si la communauté internationale pouvait vraiment comprendre la situation de ce pays, peut-être que les choses pourraient changer. Mais une solution ne peut pas être trouvée avec le gouvernement de Kinshasa comme seul interlocuteur.

Pensez-vous que le président congolais Joseph Kabila doit quitter le pouvoir ?

Je ne sais pas. S’il se décide à devenir le président de tous les Congolais, nous n’aurions plus de problèmes avec lui. Cela pourrait fonctionner.

Vous avez pris part à toutes les rébellions de l’Est de la RDC. Elles ont toutes fini par reprendre les armes après des négociations. Est-ce que vous croyez vraiment à une solution négociée ?

C’est presque un génocide qui se préparait ici au Congo.

Nous voulons la paix. Nous n’avons pas pris les armes pour prendre les armes. Nous l’avons fait parce que nous avons vu que les autres solutions avaient échoué. Vous pouvez continuer à dialoguer, mais quand vous êtes harcelés, que l’on vous arrête et que l’on vous tue, vous vous réfugiez là où vous pouvez survivre. C’est presque un génocide qui se préparait ici au Congo. Maintenant que nous en sommes arrivés à la situation actuelle, peut-être que nous allons enfin pouvoir trouver une solution.

Êtes-vous toujours proche de Laurent Nkunda ?

J’étais son chef d’état-major adjoint dans le CNDP [Congrès national pour la défense du peuple, rébellion menée par Laurent Nkunda, NDLR]. Il est aujourd’hui au Rwanda. Tout le monde disait qu’il était la cause de l’insécurité dans l’Est du Congo et qu’il fallait donc l’écarter pour permettre un changement. Je pense que tout le monde voit les choses autrement aujourd’hui.

Êtes-vous toujours en contact avec lui ?

Non.

Bosco Ntaganda, l’ancien général devenu rebelle, continue-t-il de jouer un rôle au sein du M23 ?

Le M23 n’est pas avec le général Bosco. C’est un mensonge que d’affirmer le contraire. Il est recherché par la Cour pénale internationale (CPI). Nos revendications ne sont pas liées à lui. La question du général Bosco ne fait pas partie de nos revendications.

Savez-vous où il se trouve aujourd’hui ?

Je n’en suis pas sûr, mais je crois qu’il se trouve dans les montagnes du Masisi [Nord-Kivu, NDLR]. Je ne suis pas en contact avec lui.

Le M23 pourrait-il décider de l’arrêter ?

Nous ne sommes pas la police de la CPI ! Encore que si on nous le demandait…

Le Rwanda soutient-il le M23 ?

Le Rwanda soutient le gouvernement de Kinshasa.

[Rires] Non, le Rwanda soutient le gouvernement de Kinshasa. La preuve : lorsque nous avons pris Rutshuru, nous sommes tombés sur un bataillon des Forces spéciales rwandaises qui étaient avec les FARDC. Lorsqu’un rwandophone fait quelque chose, on l’associe toujours au Rwanda. Mais le gouvernement congolais sait que c’est faux.

Avez-reçu le soutien de Congolais réfugiés au Rwanda ?

Oui. Notre guerre est faite pour eux, pour leur permettre de rentrer au pays. Nos petits frères qui sont dans les camps de réfugiés, pourquoi ne viendraient-ils pas nous appuyer ?

Combien sont-ils ?

Beaucoup, parce que c’est leur guerre ! Vous croyez qu’ils sont contents d’être mendiants dans des camps de réfugiés ?

Au cours de vos opérations, des hommes du M23 ont-ils pénétré au Rwanda ?

Non.

Et vous ?

Non. C’est encore un mensonge de Kinshasa. Lorsque j’ai quitté les FARDC en mai, j’ai quitté Bukavu en bateau. Je suis passé à Nzulu, à 20 kilomètres de Goma. Puis je suis monté vers Nyagongo, Kibumba et enfin Runyoni, en passant par Mikeno.

Le M23 est accusé de recruter de manière forcée, notamment des enfants soldats. Que répondez-vous ?

Ces accusations (de recrutement d’enfants soldats) sont fausses. L’enquêtrice de HRW a été corrompue par Kinshasa.

Ces accusations sont fausses. C’est l’ONG Human rights watch (HRW) qui le prétend. Nous avons demandé à une commission mixte de procéder à des vérifications, parce que nous savons que l’enquêtrice de HRW a été corrompue par Kinshasa. À ce jour, cette commission n’a pas été mise en place.

Les États-Unis vous ont placé sur liste noire, en vous accusant d’exactions et de non-respect de l’embargo sur les armes…

Alors il faut mettre Kabila sur liste noire parce que, d’une certaine manière, c’est lui qui me ravitaille ! Vous avez vu les armes dans le port de Goma ? À chaque fois qu’ils nous attaquent, nous récupérons leurs armes et leurs munitions.

Combien d’hommes avez-vous à votre disposition aujourd’hui ?

C’est un secret militaire mais ils sont nombreux.

Plusieurs milliers ?

Beaucoup.

Joseph Kabila a-t-il essayé de vous dissuader de lancer le M23 ?

Kabila est habitué à corrompre les gens. Il m'a proposé de l’argent, des maisons, des véhicules, des grades, des postes de haut-niveau.

Oui, lorsque j’étais encore du côté de son gouvernement. Il est habitué à corrompre les gens, donc il a essayé. Peut-être voulait-il m’acheter pour me faire oublier les accords du 23 mars [2009, qui a débouché sur l’intégration à l’armée nationale des anciens rebelles du CNDP, NDLR].

Que vous a-t-il proposé ?

De l’argent, des maisons, des véhicules, des grades, des postes de haut-niveau.

Quelle solution voyez-vous à long terme ? Est-ce que vous réclamez l’autonomie ?

Pas l’autonomie. Mais davantage de fédéralisme peut aider à résoudre les problèmes du Nord-Kivu.

Est-ce que vous accepteriez de réintégrer l’armée congolaise ?

Le Congo n’a pas de véritable armée !

Pourriez-vous réintégrer les FARDC ?

Encore une fois, les FARDC ne sont pas une armée. Tout est à reconstruire.

Pourriez-vous y contribuer ?

Oui, à tous les postes où on me sollicitera.

Le président ougandais, Yoweri Museveni, a dit qu’il voulait mener une médiation entre le M23 et Kinshasa. Y êtes-vous favorable ?

Museveni a l’avantage de connaître la réalité du Congo. S’il est médiateur, cela ne nous pose pas de problème.

Samedi, le sommet de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), à Kampala, a redemandé au M23 de quitter Goma avant l’ouverture des négociations. Allez-vous quitter Goma ?

Quitter Goma n’est pas un problème. Au départ, nous ne voulions même pas prendre la ville. Nous sommes ici parce que le gouvernement nous a cherchés. Si c’est ce qui peut amener la paix au Congo, le M23 pourrait accepter de quitter Goma.

Mais l’ultimatum expire ce lundi 26 novembre...

Cette date ne nous engage pas : notre représentant [le pasteur Runiga] n’était pas présent lors des négociations.

________

Propos recueillis par Pierre Boisselet, envoyé spécial à Goma (@PierreBoisselet)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende, ministre de la Communication de RDC et porte-parole du gouvernement, est à Kisangani depuis matin. Objectif : calmer les inquiétudes de la population du chef-lieu de la Province orientale qui devrai[...]

RDC : les miliciens Enyele ont-ils attaqué le camp militaire Tshatshi ?

Quelques jours après l'attaque contre le camp militaire Tshatshi, le 22 juillet à Kinshasa, l'identité des assaillants et leurs motivations commencent à se préciser. Selon plusieurs sources[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais[...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui[...]

RDC : Tshisekedi toujours "pas actif"

L'opposant historique Étienne Tshisekedi, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était toujours hospitalisé mi-juillet. Les détails sur son état de[...]

RDC : Cour constitutionnelle, mode d'emploi

Le président Kabila a nommé, le 7 juillet dernier, les neuf membres de la Cour constitutionnelle de RDC. Juge pénal du président de la République et du Premier ministre, cette juridiction est[...]

Festival d'Avignon : tous en choeur avec Serge Kakudji

Le contre-ténor congolais a fait l'unanimité au Festival d'Avignon. Il y présentait une oeuvre à la croisée du baroque et des sonorités africaines.[...]

RDC : une coalition de l'opposition veut voir Kabila à la CPI

La coalition des forces politiques et sociales de l’opposition a lancé mercredi une pétition pour que le président congolais, Joseph Kabila, soit traduit devant la CPI pour crimes contre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers