Extension Factory Builder
21/11/2012 à 18:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran du site de la campagne 'Africa for Norway'. Capture d'écran du site de la campagne "Africa for Norway". © J.A.

Lancée par une association norvégienne d'aide humanitaire, une vidéo humoristique incite les Africains à donner leurs radiateurs aux Norvégiens, victimes du froid. Cette fausse campagne, baptisée "Africa for Norway" n'a en réalité qu'un objectif : briser les stéréotypes misérabilistes sur l'Afrique.

« L'Afrique au secours de la Norvège ». « Stop au froid dévastateur ». « Donnez vos radiateurs ! » Vous avez bien lu : il s'agit d'une campagne destinée aux Africains pour aider les Norvégiens à lutter contre... le froid ! Des images de routes verglacées, de tempêtes de neige et de femmes et enfants emmitouflés alternent avec des paysages ensoleillés à Durban, en Afrique du Sud.

Tout au long de ce spot parodique intitulé « Africa for Norway » et abrité par un site norvégien dédié à l'opération, des Africains reprennent en choeur des slogans pathétiques : « En Norvège, les enfants sont gelés, il est temps pour nous de les aider », ou encore « désormais les rôles se sont inversés, maintenant c'est l'Afrique au secours de la Norvège ».

Voir la vidéo "Africa for Norway" :

Tout au long du clip, de jeunes musiciens sud-africains emplissent leur camion de radiateurs récoltés chez des âmes généreuses. Sur la page d'accueil de Radi-Aid, le visiteur peut lire : « Imaginez qu’un Africain ne voit que cette vidéo sur la Norvège et que ce soit la seule information qu’il ait à propos de ce pays. Que penserait-il de la Norvège ? »

Plus de 430 000 vues

À l’origine un mouvement anti-apartheid

SAIH est né en 1961 d'un mouvement étudiant norvégien anti-apartheid. Aujourd'hui présent dans toute la Norvège, il vit des dons de ses quelque 130 000 membres qui comptent des étudiants, mais aussi des organisations estudiantines et académiques ou des conseils d'université. Les fonds récoltés chaque année s'élèvent à environ 6 millions de couronnes norvégiennes (soit plus de 800 000 euros). Un minimum de 70% de ces fonds est attribué à des projets humanitaires en Zambie, au Zimbabwe, en Afrique du Sud, en Bolivie et au Nicaragua, tandis que les 30% restants servent à financer la gestion de l'association au niveau national. Les sections locales reçoivent quant  à elles des fonds gouvernementaux.

« La Norvège est, certes, un pays froid, mais la majorité des Norvégiens n'aimeraient pas, à mon avis, que leur pays soit connu uniquement pour cela. Je crois qu'on peut dire qu'il se passe la même chose pour les pays africains. Nous voulons casser les stéréotypes que les gens ont sur l'Afrique », explique Nicklas Søsted Poulsen, vice-président du groupe SAIH (The Norwegian Students and Academics International Assistance Fund) qui a réalisé la vidéo (voir ci-contre). Exit donc les images d'un continent ravagé par la faim, la sécheresse, la pauvreté ou la corruption.

Commençant à faire le buzz sur la Toile et les réseaux sociaux, « Africa for Norway » a déjà été vue plus de 430 000 fois. « Notre but est de dénoncer et changer l'image de l'Afrique que donnent la plupart des organismes et les médias en menant des campagnes pour récolter des fonds », insiste Nicklas Søsted Poulsen. « Les Occidentaux sont, à notre avis, bien loin de la réalité des pays africains, surtout subsahariens ».

________

Par Marie Villacèque (@mvillaceque)

Et vous, que pensez-vous de cette initiative ? Vous pouvez réagir dans les commentaires ci-dessous, en vous conformant à la charte des commentaires que vous trouverez ici.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une cr[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Génocide des Tutsis au Rwanda : déjà condamné en Allemagne, Rwabukombe sera rejugé

L'ancien maire rwandais Onesphore Rwabukombe, condamné l'an passé pour "complicité" dans le génocide des Tutsis en 1994, encourt désormais la perpétuité. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers