Extension Factory Builder
20/11/2012 à 09:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un soldat israélien nettoie son tank, le 20 novembre 2012 près de Gaza. Un soldat israélien nettoie son tank, le 20 novembre 2012 près de Gaza. © AFP

L'État hébreu a décidé de repousser son offensive terrestre sur la bande de Gaza pour préserver les efforts de trêve avec le Hamas. La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton est attendue mardi 20 novembre au Proche-Orient - Israël, Égypte, Ramallah - pour tenter de trouver une solution à la crise.

C'est un maigre réconfort pour les habitants de la bande de Gaza. Mardi, un haut responsable israélien a annoncé qu'Israël avait décidé de repousser son offensive terrestre sur le territoire palestinien pour maintenir les chances d'une éventuelle trêve entre le Hamas et Tsahal.

« Une décision a été prise de suspendre provisoirement tout projet d'offensive terrestre pour donner des chances à un succès des efforts diplomatiques », a dit ce haut responsable après une réunion dans la nuit de lundi à mardi du forum des neufs principaux ministres du gouvernement autour du Premier ministre Benjamin Netanyahu. « Ils ont discuté à la fois de l'état des (efforts) diplomatiques et de l'opération militaire », a poursuivi ce responsable qui a requis l'anonymat.

Cette annonce intervient alors que l'ONU, l'Égypte et Washington intensifient leurs efforts pour empêcher une escalade majeure dans une région au bord de l'explosion.

Hillary Clinton attendue mardi

Actuellement en tournée en Asie avec Barack Obama, la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton quittera mardi Phnom Penh, au Cambodge, pour se rendre en Israël, en Égypte et à Ramallah.

Alors que les États-Unis tentent d'empêcher une escalade de la crise à Gaza, Hillary Clinton rencontrera le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem, et discutera de la crise avec des responsables égyptiens et palestiniens.

Le président américain a décidé de dépêcher sa secrétaire d'État après avoir parlé deux fois lundi soir avec le président égyptien Mohamed Morsi et le Premier ministre israélien Netanyahu, a précisé le conseiller adjoint à la sécurité nationale Ben Rhodes. Hillary Clinton va souligner l'intérêt américain pour une solution pacifique qui protège et augmente la sécurité d'Israël et la sécurité régionale, a-t-il expliqué, sans aller jusqu'à parler de mission de médiation.

109 Palestiniens tués

De son côté, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé mardi au Caire toutes les parties en conflit à Gaza à cesser le feu immédiatement au 7e jour de l'opération israélienne « Pilier de défense » contre les groupes armés dans la bande de Gaza. « Toutes les parties doivent cesser le feu immédiatement. Toute nouvelle escalade mettrait toute la région en péril », a-t-il indiqué au cours d'une conférence de presse au côté du chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi. « Je suis dans la région en raison de la situation alarmante à Gaza. Je suis ici pour appeler personnellement à la fin des violences », a-t-il ajouté.

M. Ban Ki-moon a présenté ses condoléances aux nombreux civils pris dans le conflit et plus spécialement aux familles des victimes tuées et blessées. « Une fois de plus des familles et des enfants meurent en raison de violences insensées », a-t-il ajouté, soulignant qu'une éventuelle opération terrestre israélienne créerait une tragédie encore plus grande

Selon des sources médicales, depuis le début de l'opération militaire israélienne contre les groupes armés de Gaza, 109 Palestiniens ont été tués et près de 900 blessés.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

La reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur, selon Netanyahou

La reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur, selon Netanyahou

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a affirmé dimanche à des journalistes que la reconnaissance d'un État palestinien par la France serait une grave erreur, alors que le Parlement fran&cce[...]

Tunisie : faible participation à la présidentielle

À la mi-journée, le taux de participation à la présidentielle tunisienne était de 11,85 %. Un faible intérêt de la population pour le scrutin, qui ne lui enlève pas son[...]

Égypte : Sissi prêt à envoyer des forces pour aider un Etat palestinien

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s'est déclaré prêt à envoyer ultérieurement des forces dans un futur Etat palestinien pour l'aider à se stabiliser, en accord avec[...]

Tunisie : ouverture des bureaux de vote pour une présidentielle historique

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes dimanche en Tunisie pour la première présidentielle libre de son histoire, près de quatre ans après la révolution de janvier 2011 qui lança le[...]

Libye : l'administration Obama blanchie dans l'attaque de Benghazi

L'administration Obama n'a pas failli dans sa réponse à l'attaque du complexe américain de Benghazi, en Libye, qui avait fait quatre morts le 11 septembre 2012, a conclu une commission parlementaire dont le[...]

Une Tunisienne remporte le concours "Miss monde Muslimah" en Indonésie

Une informaticienne tunisienne, Fatma Ben Guefrache, a remporté vendredi en Indonésie l'élection de "Miss monde Muslimah", présentée comme une riposte aux concours de beauté[...]

La Tunisie vote pour sa première présidentielle de l'après-révolution

La Tunisie organise dimanche sa première élection présidentielle pluraliste et espère franchir sans accroc cette nouvelle étape de sa transition vers la démocratie, jusqu'ici[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Fin de campagne présidentielle tendue en Tunisie

La campagne pour le scrutin présidentiel du dimanche 23 novembre s'est achevée en Tunisie dans un climat délétère. Pourtant, selon la Constitution, les prérogatives du chef de[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers