Extension Factory Builder
19/11/2012 à 19:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des habitants courent après des coups de feu entendus à Goma, le 19 novembre 2012. Des habitants courent après des coups de feu entendus à Goma, le 19 novembre 2012. © Phil Moore/AFP

La situation est extrêmement confuse à la périphérie de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu, où les combats entre les FARDC et le M23 ont repris lundi 19 novembre, après une trève de moins de 24 heures. En position de force aux portes de la ville, les rebelles veulent l'ouverture de négociations. Une proposition que rejette Kinshasa qui accuse le Rwanda d'agression.

L’accalmie entre les rebelles du M23 et les FARDC n’aura duré qu’une matinée. Les tirs à l’arme lourde et automatique se sont à nouveau fait entendre, lundi 19 novembre à Goma, en début d’après-midi. Encore une fois, les deux camps se rejettent mutuellement la responsabilité des affrontements qui s’approchent dangereusement du chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Contacté par Jeune Afrique, le colonel Vianney Kazarama confirme que « les combats se déroulent désormais aux alentours de la ville de Goma », se refusant pour le moment d’« indiquer les positions » des éléments du M23 sur le terrain. Le porte-parole militaire de la rébellion, qui n’a pas confirmé la prise de l’aéroport de Goma par ses troupes, accuse par ailleurs l’armée loyaliste d’avoir repris en premier les hostilités.

« Après notre progression de ce week-end jusqu’aux portes de Goma, nous avons demandé à nos hommes de ne pas rentrer dans la ville pour donner une chance à la paix. Mais apparemment, Kinshasa ne veut toujours pas négocier », explique-t-il. Et d’ajouter : « L’armée de Kabila a alors profité de ses renforts venus de Bukavu [chef-lieu de la province voisine de Sud-Kivu, NDLR] pour nous attaquer ».

"Une attaque du Rwanda"

Du côté du gouvernement congolais, c’est une autre lecture de la situation. « L’initiative des combats vient du Rwanda », soutient Lambert Mende. Pour le porte-parole du gouvernement congolais, « en attaquant Goma, le Rwanda tente de mettre le couteau dans la gorge de la RDC pour la contraindre de discuter avec le M23 qui n’est qu’une fiction rwandaise pour distraire la communauté internationale ».

À Kigali, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a pourtant réitéré l’appel de son gouvernement demandant « aux FARDC, au M23 et aux autres groupes armés de cesser les combats » pour ne pas « mettre à mal les efforts régionaux en cours » en faveur de la paix. « Du cynisme pur et simple », lui a rétorqué Lambert Mende qui persiste et signe : « Il n’y a pas de M23. C’est le Rwanda qui agresse la RDC ».

Un blindé de l'ONU patrouille dans les rues de Goma, le 19 novembre 2012.

Un blindé de l'ONU patrouille dans les rues de Goma, le 19 novembre 2012.

© Phil Moore/AFP

Intensification des combats

Sur le terrain, les échanges des tirs se sont vite intensifiés à la mi-journée. « Les FARDC ont même tiré des obus à Gisenyi [ville rwandaise frontalière de Goma, NDLR] », a avancé le colonel Vianney Kazarama. Alors que Kinshasa parle plutôt d’« un obus tiré depuis le Rwanda et qui a fait cinq blessé dans le quartier de Birere », à l’est de Goma. Des témoins ont signalé également l’explosion d’une bombe au quartier Majengo, à l’ouest de la ville.

À la demande de la France, le Conseil de sécurité des Nations unies examinera ce lundi une nouvelle résolution relative au renforcement des sanctions internationales contre les rebelles du M23. Yamina Benguigui, la ministre française déléguée à la Francophonie, se dit « prête à se rendre une seconde fois au Nord-Kivu pour favoriser le dialogue entre les États de la région et garantir la fin du conflit ». En attendant, c’est la confusion qui règne à Goma…

________

Par Trésor Kibangula (@Tresor_k)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Violences en RDC : la police mise en cause, blocage au Parlement

Violences en RDC : la police mise en cause, blocage au Parlement

Le président de l'Assemblée nationale congolaise a dénoncé samedi un "dérapage" de la police, qui a tiré dans la foule à Kinshasa durant les violences meurtrières[...]

Répression en RDC : le président de l'Assemblée reconnaît un "dérapage"

Le président de l'Assemblée nationale en République démocratique du Congo (RDC) a reconnu samedi sur Twitter un "dérapage" lorsque la police a tiré à "balles[...]

RDC : Katumbi attaqué sur tous les fronts

Rien ne va plus au Katanga pour Moïse Katumbi depuis que celui-ci a pris ses distances vis à vis d'un éventuel 3e mandat du président Kabila. Lequel vise là où ça fait mal : au[...]

RDC 

RDC : le Sénat impose la tenue de la présidentielle en 2016 dans les délais constitutionnels

Lors du vote article par article du projet de loi controversé modifiant la loi électorale en RDC, les sénateurs congolais ont supprimé vendredi l'incise contenue dans le texte initial qui liait[...]

RDC : pourquoi le vote de la loi électorale a été reporté

Après trois jours de violences meurtrières à Kinshasa et à Goma, le vote de la loi électorale, intialement prévu jeudi, aura lieu vendredi matin.[...]

CAN 2015 : les Léopards sans imagination face au Cap-Vert

Le choc entre les Lépopards et les Requins a tourné à la soupe soporifique jeudi à Ebebiyin (0-0). Le gardien congolais Kidiaba a sauvé son camp à deux reprises dans les dix[...]

RDC 

RDC : deuxième journée de violences à Goma, au moins trois morts

Pour la deuxième journée consécutive, des heurts ont éclaté jeudi à Goma, dans l'est de la RDC, entre les policiers et des étudiants qui exigent la libération de leurs[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

Loi électorale en RDC : les 10 nouveautés qui pourraient tout changer

Depuis le dépôt du projet de loi modifiant la loi électorale en RDC, on assiste à une levée de boucliers au sein de l'opposition congolaise. Cette dernière appelle la population à[...]

RDC : le calme est revenu à Kinshasa, retour sur trois journées de violences

Mercredi soir, le calme semblait de retour à Kinshasa. Après trois journées d'émeutes sanglantes contre le projet de loi électorale et l'hypothèse d'un maintien au pouvoir de Joseph [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121119190532 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121119190532 from 172.16.0.100