Extension Factory Builder
19/11/2012 à 16:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Franco-Marocain Nabil Ayouch a créé la sensation aux JCC avec les 'Chevaux de Dieu'. Le Franco-Marocain Nabil Ayouch a créé la sensation aux JCC avec les "Chevaux de Dieu". © DR

Du 16 au 24 novembre, Tunis vit au rythme de la 24e édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC).

Tunis sort de sa torpeur culturelle. Le long de l’avenue Bourguiba, les cafés sont pleins malgré l’heure tardive et, d’une table à l’autre, on s’échange les titres des films à ne pas rater au cours de cette 24e édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), du 16 au 24 novembre. Pour l’occasion, l’axe central de la capitale rend hommage au cinéma : une exposition de photographies extraites de films primés lors de précédentes éditions épate les badauds, de même qu’une projection de vieux courts-métrages muets restaurés. Nul doute que la scène aurait ému le cinéaste Tahar Cheriaa, initiateur en 1996 du premier festival de cinéma africain et arabe.

C’est la première édition des JCC depuis la révolution tunisienne. Et malgré un contexte socio-économique difficile et de nombreuses difficultés pour boucler un budget déjà serré, le festival a su préserver son indépendance. Si le ministère de la Culture a apporté son soutien logistique, il n’a pas fait ingérence dans la programmation. Un vent de liberté souffle sur les écrans de Tunis, ce qui n’empêche pas quelques couacs.

Bénévoles

Ainsi, après une soirée d’ouverture en demi-teinte, le film en compétition Beautés voilées, du cinéaste tunisien Nouri Bouzid, n’a pu, par deux fois, être projeté pour des raisons techniques. L’organisation, qui fait appel à des bénévoles faute de financement, est très approximative, si bien que le public a tôt fait de rebaptiser les JCC… « journées catastrophiques de Carthage ». « Mais au fond, cela n’est pas important », affirme la réalisatrice angolaise Pocas Pascoal, qui présente son premier long-métrage, Por Aqui Tudo Bem (« Ici Tout va bien »).

L’essentiel, ce sont les 19 longs-métrages, 23 courts-métrages et 16 documentaires en compétition, la projection de nombreux autres films tunisiens et étrangers, ainsi que l’hommage, très attendu, au cinéma algérien.

Au cours des deux premières journées de ces JCC, c’est le long-métrage du réalisateur franco-marocain Nabil Ayouch, Les Chevaux de Dieu, qui a attiré les foules. « Avec ce que nous vivons en Tunisie mais aussi dans le monde arabe, ce film, inspiré du quotidien de jeunes kamikazes avant les attentats terroristes de mai 2003 à Casablanca, nous interpelle forcément », affirme Zeineb, une cinéphile d’origine syrienne.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : 98 migrants perdus en mer arrivés au port de Zarzis

Trois bateaux de pêche ont amené samedi au port de Zarzis (Sud tunisien) 98 migrants africains en perdition en Méditerranée après avoir tenté de rallier illégalement l'île[...]

Tunisie : Ghannouchi tel qu'en lui-même dans "Au sujet de l'islam"

Rached Ghannouchi s'est livré dans un livre d'entretiens réalisé par le journaliste Olivier Ravanello : "Au sujet de l'islam". [...]

Tunisie : Samir el-Wafi, mauvais scoop pour animateur star

Le célèbre présentateur tunisien a été arrêté. Pas pour un délit de presse, mais pour une affaire de droit commun : il est soupçonné de racket.[...]

Tunisie : chamboule-tout diplomatique

Les missions diplomatiques tunisiennes à Washington, Paris, Berne, Rome, Le Caire, Mascate, Koweït et Oslo (entre autres) auront prochainement de nouveaux chefs.[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121119164426 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121119164426 from 172.16.0.100