Extension Factory Builder
19/11/2012 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mahamadou Issoufou (à gauche) et Mohamed Ould Abdel Aziz. Mahamadou Issoufou (à gauche) et Mohamed Ould Abdel Aziz. © AFP/Montage JA

Toujours en France, où il se remet d'une blessure par balle, Mohamed Ould Abdelaziz a reçu, le 16 novembre, son homologue nigérien, Mahamadou issoufou, pour un entretien d'une vingtaine de minutes. Le président mauritanien a aussi prévu une rencontre avec le chef de l'État français, François Hollande.

Toujours en convalescence dans une résidence privée, située à 120 kilomètres de Paris, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz continue de recevoir des visites à titre privé. Après le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, il s’est entretenu le 16 novembre avec son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou. Selon la famille de ce dernier, « Aziz » l’a accueilli debout et lui a semblé en « bonne santé » lors de cette discrète entrevue qui a duré une vingtaine de minutes.

Prochaine étape dans l’agenda d’Aziz : un rendez-vous avec le président français François Hollande. Prévue depuis plusieurs semaines (et confirmée à J.A. par l’Élysée), cette rencontre n’a toujours pas été officiellement programmée. Elle devrait néanmoins avoir lieu avant le retour d’Aziz à Nouakchott, annoncé par ses proches d’ici au 28 novembre, jour de la fête nationale de l’Indépendance. Le président n’a pas regagné la Mauritanie depuis son évacuation en France le 14 octobre, après avoir été officiellement blessé par balles à l’abdomen à la suite d’une méprise d’un jeune lieutenant de l’armée de l’air.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Karim Miské, talent sans frontières

Tantôt à Nouakchott, tantôt à Paris. Une caméra dans une main, un stylo dans l'autre. L'écrivain et documentariste franco-mauritanien Karim Miské explore depuis vingt-cinq ans[...]

Traversées mauritanides : les mots pour le lire

Mi-décembre se tiendra la 5e édition du festival Traversées mauritanides à Nouakchott et à Nouadhibou. Une plongée au coeur des lettres francophones et arabophones.[...]

Mauritanie : Nouakchott croule sous les déchets

Depuis le mois de mai, le ramassage des ordures laisse à désirer à Nouakchott, devenu une véritable décharge à ciel ouvert. Face à ce désastre, des habitants se[...]

Mauritanie : entre les Flam le torchon brûle

Un an après le retour au pays de leurs leaders, les militants de la cause négro-mauritanienne des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) s'entre-déchirent. Faut-il intégrer[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers