Extension Factory Builder
19/11/2012 à 11:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un soldat des FRCI en faction dans le quartier d'Abobo à Abidjan, le 16 octobre 2012. Un soldat des FRCI en faction dans le quartier d'Abobo à Abidjan, le 16 octobre 2012. © Sia Kambou/AFP/Archives

Le rapport de Human Rights Watch publié lundi 19 novembre l'affirme sans l'ombre d'une hésitation : l'armée ivoirienne a multiplié les violations des droits de l'homme en réaction aux attaques commises par des groupes armés à partir du mois d'août. Des exactions qui, selon l'ONG, risquent de "replonger la Côte d’Ivoire dans le conflit".

Mis à jour à 17h14.

En Côte d’Ivoire, les rapports concernant l'armée nationale se suivent… et se ressemblent. Le dernier en date provient de Human Rights Watch (HRW), qui affirme, dans un document de 80 pages publié lundi 19 novembre, que les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) ont commis des atteintes « généralisées » envers les droits de l’homme après une vague d’attaques perpétrées entre août et octobre.

Les exactions décrites concernent « des arrestations arbitraires, des détentions illégales, des actes d’extorsion, des traitements inhumains et, dans certains cas, des actes de torture », énumère le rapport, intitulé « Bien loin de la réconciliation : répression militaire abusive en réponse aux menaces sécuritaires en Côte d’Ivoire ».

Le gouvernement admet de "possibles dérapages"

Étant donné le « contexte sécuritaire » après les attaques et vu le « niveau de formation en droits de l'Homme » au sein des Forces républicaines (FRCI, armée), « il est possible qu'il y ait eu des dérapages », a déclaré le ministre des Droits de l'Homme, Gnénéma Coulibaly, lundi 19 novembre, après la publication du rapport de HRW.

« Nous allons mener les investigations nécessaires pour identifier les personnes incriminées et vérifier ces allégations. Si elles sont avérées, nous ferons en sorte que des suites judiciaires soient données », a-t-il indiqué, jugeant digne de « crédit » le rapport de l'ONG de défense des droits de l'Homme. « Nous n'avons rien à cacher ni personne à protéger », a insisté le ministre, qui ne s’est pas s’il sera reconduit, le gouvernement ayant été dissout par Alassane Ouattara, le 14 novembre.

« Depuis avril 2012, au moins 50 personnes, dont de nombreux civils, ont été tuées pendant ces attaques » contre les FRCI, écrit HRW, qui juge « crédibles » les accusations des autorités contre les pro-Gbagbo, dont certains éléments sont suspecté de complot contre la sécurité de l’État.

"Ben Laden" dans le viseur

Mais la « répression » qui a suivi « a été marquée par des actes rappelant les crimes graves commis pendant la crise postélectorale de 2010-2011 », poursuit HRW, qui a effectué une mission de trois semaines à Abidjan entre août et septembre et dit avoir recueilli cinq témoignages de personnes ayant été victimes de tortures dans un camp militaire de la capitale économique.

« La torture en tant que telle ne semblait pas être systématique », indique cependant HRW qui souligne que les exactions ont été commises « dans certains cas sous des commandants précédemment identifiés comme responsables d’abus brutaux » durant la crise de 2010-2011. En clair, ce sont toujours les mêmes responsables militaires qui sévissent en toute impunité, affirme l’organisation.

En clair, ce sont toujours les mêmes responsables militaires qui sévissent en toute impunité.

Dans le viseur de HRW, le commandant Ousmane Coulibaly, dit « Ben Laden » est régulièrement accusé de violations des droits humains. Celui-ci, ex-chef rebelle pro-Ouattara, a récemment été nommé préfet de la région sensible de San Pedro (Sud-Ouest). Précédemment en charge de la sécurité du quartier de Yopougon, un fief abidjanais de l'ex-président Laurent Gbagbo, il serait responsable d’« arrestations arbitraires massives » d’opposants présumés. « Des centaines de jeunes hommes semblent avoir été arrêtés et détenus, essentiellement sur la base de leur (appartenance ethnique) et leur lieu de résidence ».

Les promesses de Ouattara

Amnesty International, qui prépare aussi un rapport sur la Côte d’Ivoire, a déjà affirmé dans un communiqué en octobre que « plus de 200 personnes » dont des pro-Gbagbo, avaient été « arbitrairement détenues et torturées ». Le gouvernement avait vivement protesté mais promis d'ouvrir des enquêtes. Récemment, certains militaires mis en cause par les associations des droits de l'homme

« Plusieurs responsables gouvernementaux ont admis l'existence d’excès dans la riposte des militaires, mais se sont concentrés sur la gravité de la menace sécuritaire et ont promis que des mesures ont été et seraient prises afin de contrôler ces abus à l’avenir », explique le rapport de HRW.

Pour l’ONG, Alassane Ouattara doit tenir enfin ses « promesses maintes fois répétées de mettre fin à l’impunité. (…) La justice des vainqueurs et les abus généralisés » contre des pro-Gbagbo risquent de « replonger la Côte d’Ivoire dans le conflit ». De fait, aucune figure militaire du régime n'a été encore inquiétée par la justice ivoirienne, malgré les accusations de crimes commis durant la période postélectorale.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Armée ivoirienne : la grogne des grognards

Armée ivoirienne : la grogne des grognards

D'anciens rebelles intégrés à l'armée, réclamant le paiement d'arriérés de solde, ont lancé un mouvement de protestation. Un message que le gouvernement a reçu[...]

Guillaume Soro : "Blaise Compaoré a évité le pire, et c'est le plus important"

L'ancien chef rebelle ivoirien a longtemps bénéficié des conseils et des largesses de son grand frère burkinabè. Aujourd'hui, Guillaume Soro réagit pour la première fois aux[...]

Côte d'Ivoire : une dizaine de pro-Gbagbo, dont 3 anciens ministres, mettent fin à leur exil au Ghana

Trois anciens ministres de Laurent Gbagbo, Hubert Oulaye, Odette Sauyet et Assoa Adou, ont regagné la Côte d'Ivoire lundi avec d'autres cadres de l'ancien régime, mettant fin à un exil de quatre ans au[...]

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

L'État ivoirien a entamé la levée de 160 milliards de F CFA (243 millions d'euros) sur le marché de l'Uemoa. Une partie de ces ressources pourrait servir à apurer la solde des militaires[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Livre : le baroud d'honneur de Robert Dulas

Barbouze : un mot que Robert Dulas déteste, mais qui lui colle à la peau. Longtemps, ce pro du renseignement a traîné ses guêtres en Afrique. Aujourd'hui, c'est dans un livre qu'il[...]

Football : la Côte d'Ivoire se qualifie pour la CAN 2015

La sélection ivoirienne de football a obtenu son billet pour la Coupe d'Afrique des nations 2015 grâce à son match nul contre le Cameroun (0-0) mercredi à Abidjan. Les Lions indomptables étaient[...]

Le FMI demande et obtient l'arrêt des subventions pour Air Côte d'Ivoire

L'État ivoirien a répondu favorablement à une pression amicale du Fonds monétaire international, qui demandait avec insistance l'arrêt des appuis financiers au transporteur national Air Côte[...]

Côte d'Ivoire : pour Charles Konan Banny, c'est maintenant ou jamais

Des mois qu'il hésite à passer outre la consigne de son parti, le PDCI, et à se présenter à la présidentielle de 2015 face à Alassane Ouattara. Le pouvoir, Charles Konan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers