Extension Factory Builder
19/11/2012 à 09:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un islamiste du Mujao, le 16 juillet 2012, à Gao, au Mali. Un islamiste du Mujao, le 16 juillet 2012, à Gao, au Mali. © AFP

Les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) ont remporté des combats, vendredi 16 novembre, face aux rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MLNA) qui ont tenté de les déloger de leur bastion de Gao (nord-est du Mali). Une victoire célébrée dimanche dans les rues de la ville au son du kalachnikov.

C'est au son du canon de leur fusils, dimanche soir, à Gao, que les islamistes du Mujao ont fêté leur victoire deux jours après des combats contre le MNLA. « Ils tirent en l'air et disent "Allah Akbar, Allah Akbar (Dieu est grand en arabe), nous avons gagné" », a rapporté un habitant de Gao, ville contrôlée depuis juin par le Mujao qui en a précédemment chassé les rebelles touaregs du MNLA.

Des éléments du Mujao formant un convoi de six véhicules ont fait leur entrée à Gao par la partie nord de la ville et tiré des coups de feu en l'air « comme s'ils venaient du front », a indiqué un témoin. « C'est pour fêter notre victoire sur le MNLA », a déclaré Abou Dardar, un responsable du Mujao, joint au téléphone depuis Bamako, confirmant les informations rapportées par des habitants, mais sans donner de bilan des affrontements.

Le MNLA dément

Vendredi, de violents combats ont opposé, dans la région de Gao, les islamistes du Mujao aux rebelles touaregs du MNLA. D'après des sources sécuritaires régionales, les membres du MNLA ont subi « une lourde défaite », perdant « au moins une dizaine » de combattants et du matériel. Selon deux sources sécuritaires au Mali et au Burkina Faso voisin, le colonel Mechkanine, adjoint des forces armées du MNLA a été blessé dans ces combats.

Un calme précaire régnait dans la région de Gao depuis la fin des combats. En prévision d'une possible reprise des hostilités, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a envoyé samedi, depuis Tombouctou (300 km plus à l'ouest), des renforts aux hommes du Mujao.

Dans un communiqué publié dimanche, le MNLA « dément avoir eu des morts mais déplore uniquement neuf blessés ». Il affirme que les islamistes « ont pris la fuite avec leurs blessés » et fait état de « 55 morts et plus d'une centaine de blessés » dans les rangs de ces derniers. L'objectif du Mouvement « reste de reprendre l'Azawad (nom donné par les Touaregs à tout le nord du Mali) des mains d'Aqmi et de ses alliés », avait indiqué Moussa Salem, un combattant du MNLA.

Déjà battus en juin

Le 27 juin, à l'issue de précédents combats qui avaient fait au moins 35 morts, le Mujao, appuyé par Aqmi, avait évincé le MNLA de Gao où la rébellion touarègue, qui se voulait laïque et favorable à l'autodétermination du nord du Mali, avait établi son quartier général. Le MNLA, allié aux islamistes lorsqu'il avait lancé l'offensive dans le nord du Mali contre l'armée régulière en janvier, ne contrôle plus aucune ville importante de la région.

Celle-ci est totalement occupée par les jihadistes d'Aqmi et du Mujao - des étrangers en majorité - et les islamistes d'Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam), mouvement principalement composé de Touaregs maliens. Ansar Eddine et le MLNA mènent des négociations depuis deux semaines au Burkina Faso.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers