Extension Factory Builder
17/11/2012 à 10:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Bakhti était le leader du mouvement d’Ansar al chaaria. Mohamed Bakhti était le leader du mouvement d’Ansar al chaaria. © AFP

Après Bechir Gholli, c'est un second jihadiste détenu à Tunis,  Mohamed Bakhti, qui est décédé des suites d'une longue grève de la faim. Les deux hommes, soupçonnés d'avoir participé à l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis le 14 septembre, contestaient leur culpabilité et protestaient contre leurs conditions de détention.

Mise à jour le 17 novembre, à 10:45

La Tunisie n'aura pas eu à retenir son souffle très longtemps. La frange extrémiste du mouvement salafiste a un nouveau martyr. Mohamed Bakhti,  28 ans, leader du mouvement d’Ansar al chaaria à l’origine du blocage de la faculté de la Manouba, fin 2011, avait arrêté pour avoir participé à l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis le 14 septembre. En grève de la faim pour protester contre son inculpation et les conditions de sa détention, il avait été hospitalisé dans un état jugé très critique.

Un nouveau décès qui intervient deux jours après celui de Bechir Gholli, 23 ans, arrêté pour les mêmes raison, décédé d’un arrêt cardiaque, conséquence d’une grève de la faim entamée depuis 58 jours, à la prison de la Mornaguia. Son avocat, Maître Ben Mbarek, avait rappellé que son client entendait ainsi protester contre une détention injustifiée.

"On aurait voulu les pousser au suicide que l’on n’aurait pas agi autrement"

Suite au décès du premier jihadiste, les défenseurs des droits de l’homme se sont insurgés. S’ils se sont élevés contre les violences politiques et l’attaque de l’ambassade américaine, ils se sont également indigné du traitement des détenus dans les prisons tunisiennes.

« Autant laisser aux détenus leurs ceintures et leurs lacets. On aurait voulu les pousser au suicide que l’on n’aurait pas agi autrement », a assèné l’avocat Mehdi Bouaouaja.

Même son de cloche chez les députés de l’Assemblée nationale constituante (ANC). Pour Ameur Laarayedh, élu pour le parti islamiste d’Ennahdha qui gère le pays, et frère du ministre de l’Intérieur, « ceux, qui ont appelé auparavant à juger ces personnes et qui ont nui à l’image de la Tunisie dans le monde, doivent avoir un peu de pudeur et ne pas prétendre être désolés de la mort d’une personne après l’avoir tuée.»

Dans un contexte social et politique confus, le ministère de la Justice, dont les dysfonctionnements deviennent patents, se fait encore une fois épingler. Mais c’est aussi le cas des partis de l’opposition qui avaient désigné Bakhti et Golli parmi les responsables du 14 septembre alors qu’aucune preuve de leur présence n’a pu être apportée. Boucs émissaires, les deux jeunes jihadistes, pourraient devenir les nouveaux Sacco et Vanzetti d’une cause qui  vénère ses martyrs.

___

Frida Dahmani, à Tunis






 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de Tozeu[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Gabon - Tropicale Amissa Bongo : le Tunisien Rafaa Chtioui s'épanouit loin de l'Europe

Ancien grand espoir du cyclisme ayant évolué dans des formations européennes, le Tunisien Rafaâ Chtioui, vainqueur dimanche de la 10e Tropicale Amissa Bongo, la plus grande course d'Afrique,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121117102618 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121117102618 from 172.16.0.100