Extension Factory Builder
17/11/2012 à 10:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Bakhti était le leader du mouvement d’Ansar al chaaria. Mohamed Bakhti était le leader du mouvement d’Ansar al chaaria. © AFP

Après Bechir Gholli, c'est un second jihadiste détenu à Tunis,  Mohamed Bakhti, qui est décédé des suites d'une longue grève de la faim. Les deux hommes, soupçonnés d'avoir participé à l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis le 14 septembre, contestaient leur culpabilité et protestaient contre leurs conditions de détention.

Mise à jour le 17 novembre, à 10:45

La Tunisie n'aura pas eu à retenir son souffle très longtemps. La frange extrémiste du mouvement salafiste a un nouveau martyr. Mohamed Bakhti,  28 ans, leader du mouvement d’Ansar al chaaria à l’origine du blocage de la faculté de la Manouba, fin 2011, avait arrêté pour avoir participé à l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis le 14 septembre. En grève de la faim pour protester contre son inculpation et les conditions de sa détention, il avait été hospitalisé dans un état jugé très critique.

Un nouveau décès qui intervient deux jours après celui de Bechir Gholli, 23 ans, arrêté pour les mêmes raison, décédé d’un arrêt cardiaque, conséquence d’une grève de la faim entamée depuis 58 jours, à la prison de la Mornaguia. Son avocat, Maître Ben Mbarek, avait rappellé que son client entendait ainsi protester contre une détention injustifiée.

"On aurait voulu les pousser au suicide que l’on n’aurait pas agi autrement"

Suite au décès du premier jihadiste, les défenseurs des droits de l’homme se sont insurgés. S’ils se sont élevés contre les violences politiques et l’attaque de l’ambassade américaine, ils se sont également indigné du traitement des détenus dans les prisons tunisiennes.

« Autant laisser aux détenus leurs ceintures et leurs lacets. On aurait voulu les pousser au suicide que l’on n’aurait pas agi autrement », a assèné l’avocat Mehdi Bouaouaja.

Même son de cloche chez les députés de l’Assemblée nationale constituante (ANC). Pour Ameur Laarayedh, élu pour le parti islamiste d’Ennahdha qui gère le pays, et frère du ministre de l’Intérieur, « ceux, qui ont appelé auparavant à juger ces personnes et qui ont nui à l’image de la Tunisie dans le monde, doivent avoir un peu de pudeur et ne pas prétendre être désolés de la mort d’une personne après l’avoir tuée.»

Dans un contexte social et politique confus, le ministère de la Justice, dont les dysfonctionnements deviennent patents, se fait encore une fois épingler. Mais c’est aussi le cas des partis de l’opposition qui avaient désigné Bakhti et Golli parmi les responsables du 14 septembre alors qu’aucune preuve de leur présence n’a pu être apportée. Boucs émissaires, les deux jeunes jihadistes, pourraient devenir les nouveaux Sacco et Vanzetti d’une cause qui  vénère ses martyrs.

___

Frida Dahmani, à Tunis






 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers