Extension Factory Builder
17/11/2012 à 10:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Bakhti était le leader du mouvement d’Ansar al chaaria. Mohamed Bakhti était le leader du mouvement d’Ansar al chaaria. © AFP

Après Bechir Gholli, c'est un second jihadiste détenu à Tunis,  Mohamed Bakhti, qui est décédé des suites d'une longue grève de la faim. Les deux hommes, soupçonnés d'avoir participé à l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis le 14 septembre, contestaient leur culpabilité et protestaient contre leurs conditions de détention.

Mise à jour le 17 novembre, à 10:45

La Tunisie n'aura pas eu à retenir son souffle très longtemps. La frange extrémiste du mouvement salafiste a un nouveau martyr. Mohamed Bakhti,  28 ans, leader du mouvement d’Ansar al chaaria à l’origine du blocage de la faculté de la Manouba, fin 2011, avait arrêté pour avoir participé à l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis le 14 septembre. En grève de la faim pour protester contre son inculpation et les conditions de sa détention, il avait été hospitalisé dans un état jugé très critique.

Un nouveau décès qui intervient deux jours après celui de Bechir Gholli, 23 ans, arrêté pour les mêmes raison, décédé d’un arrêt cardiaque, conséquence d’une grève de la faim entamée depuis 58 jours, à la prison de la Mornaguia. Son avocat, Maître Ben Mbarek, avait rappellé que son client entendait ainsi protester contre une détention injustifiée.

"On aurait voulu les pousser au suicide que l’on n’aurait pas agi autrement"

Suite au décès du premier jihadiste, les défenseurs des droits de l’homme se sont insurgés. S’ils se sont élevés contre les violences politiques et l’attaque de l’ambassade américaine, ils se sont également indigné du traitement des détenus dans les prisons tunisiennes.

« Autant laisser aux détenus leurs ceintures et leurs lacets. On aurait voulu les pousser au suicide que l’on n’aurait pas agi autrement », a assèné l’avocat Mehdi Bouaouaja.

Même son de cloche chez les députés de l’Assemblée nationale constituante (ANC). Pour Ameur Laarayedh, élu pour le parti islamiste d’Ennahdha qui gère le pays, et frère du ministre de l’Intérieur, « ceux, qui ont appelé auparavant à juger ces personnes et qui ont nui à l’image de la Tunisie dans le monde, doivent avoir un peu de pudeur et ne pas prétendre être désolés de la mort d’une personne après l’avoir tuée.»

Dans un contexte social et politique confus, le ministère de la Justice, dont les dysfonctionnements deviennent patents, se fait encore une fois épingler. Mais c’est aussi le cas des partis de l’opposition qui avaient désigné Bakhti et Golli parmi les responsables du 14 septembre alors qu’aucune preuve de leur présence n’a pu être apportée. Boucs émissaires, les deux jeunes jihadistes, pourraient devenir les nouveaux Sacco et Vanzetti d’une cause qui  vénère ses martyrs.

___

Frida Dahmani, à Tunis






 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers