Extension Factory Builder
16/11/2012 à 18:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Oumar Sarr, coordonnateur du Parti démocratique sénégalais. Oumar Sarr, coordonnateur du Parti démocratique sénégalais. © DR

Patron par intérim du Parti démocratique sénégalais (PDS) depuis qu’Abdoulaye Wade se repose en France, Oumar Sarr est l’un des sept barons de l’ancien régime à figurer sur la liste du procureur de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI). Sa convocation devant la section de recherche de la gendarmerie ne devrait pas tarder. Mais pour lui, pas question de reconnaître cette juridiction d’exception.

Jeune Afrique : Le PDS a affirmé en début de semaine qu’aucun de ses membres ne répondrait aux convocations de la CREI, avant de faire marche arrière. Qu’en est-il ?

Oumar Sarr : Nos propos ont été mal interprétés. Ce que nous avons dit, c’est que nous ne reconnaîtrions pas la compétence de cette cour. D’abord parce qu’elle va à l’encontre des droits de la défense. Ensuite parce qu’en tant qu’anciens ministres, c’est à la Haute cour de justice de nous juger. Par contre, nous répondrons aux convocations de la gendarmerie, car nous sommes en faveur du contrôle des deniers publics. C’est normal qu’il y ait des audits sur la gestion passée. Mais ils ne doivent pas être téléguidés ni sélectifs. Que l’on soit audité, d’accord, mais il faut que toute la période au cours de laquelle nous avons été au pouvoir, de 2000 à 2012, soit prise en considération. Dans ce cas, l'actuel chef de l'État Macky Sall aussi, devra être entendu. Comment expliquez-vous qu’il ait un tel patrimoine, évalué à 4 milliards de francs CFA, alors qu’en 2000, il avait du mal à payer son loyer !?

Vous évoquez « une chasse aux sorcières »...

Oui, on constate que ceux qui soutiennent Macky sont laissés tranquilles. Et ceux qui s’opposent sont menacés. C’est une attaque en règle contre le PDS. L’objectif est de l’anéantir. C’est aussi une manière de prétendre que des choses sont faites. Comme le régime actuel n’a pas fait grand-chose depuis six mois, et qu’il sent que la population est en colère, il fait diversion en nous convoquant.

Le procureur indique disposer d’éléments de preuves. Plusieurs centaines de milliards auraient disparu des caisses de l’Etat ces dernières années. Êtes-vous opposé à des enquêtes judiciaires ?

Non, mais elles doivent se faire dans le respect des droits de la défense ! Si quelqu’un a fauté, c’est à l’enquête de le prouver, et non le contraire comme c’est le cas avec cette cour. Moi, je travaille depuis 1981. Pour expliquer mon patrimoine, il faudrait que je retrouve toutes les fiches de salaire depuis cette époque. C’est impossible !

Vous parlez d’« entrer en résistance ». Comment ?

À chacune des convocations devant la gendarmerie, des militants de notre parti et ses dirigeants seront là pour soutenir la personne. Et dès ce week-end, nous allons organiser des marches de protestation dans le pays. Nous allons en outre rencontrer les chefs religieux et coutumiers pour les informer de la situation, et nous allons demander à parler aux chancelleries étrangères.

Quid du grand déballage que vous promettez depuis plusieurs jours ? Est-ce du bluff ?

Non, mais on ne va pas sortir toutes nos armes en même temps. Nous savons des choses. Nous avons géré l’Etat avec Macky Sall.
 

---

Propos recueillis à Dakar par Rémi Carayol

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 janvier. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Sénégal : Macky Sall fait les yeux doux à la Casamance

Le président sénégalais a entamé jeudi une tournée d'une semaine en Casamance. Annonces en faveur du tourisme local, développement de son assise politique dans la région,[...]

Sénégal : quand Bibo Bourgi, principal complice présumé de Karim Wade, fait le procès de la CREI

Au dernier jour du procès de Karim Wade, dont le jugement sera rendu le 23 mars, l'homme d'affaires Bibo Bourgi a plaidé sa relaxe seul, sans ses avocats, s'efforçant de déconstruire la théorie[...]

Sénégal : ce que risquent Karim Wade et ses complices présumés

Le procureur spécial de la CREI, Cheikh Tidiane Mara, a fait connaître le 17 février ses réquisitions contre les neuf prévenus soupçonnés d'être des complices de Karim Wade[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121116181657 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121116181657 from 172.16.0.100