Extension Factory Builder
16/11/2012 à 17:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le planning familial pourrait avoir de nombreux bienfaits en Afrique. Le planning familial pourrait avoir de nombreux bienfaits en Afrique. © DR

Selon le rapport 2012 de l’ONU sur l’état de la population mondiale, les investissements dans la planification familiale représentent un énorme avantage économique pour l’Afrique. Un constat qui n’est pas inédit. Pourtant, les États semblent peu pressés de s’y mettre.

Le rapport 2012 de l’ONU sur l’état de la population mondiale ne révèle rien de fracassant. Le discours est même bien connu en Afrique, où le plaidoyer pour la planification familiale dure depuis des décennies. Et pourtant, les efforts consentis par les États sont encore insuffisants, déplore l’ONU.

L’équation est simple. Des enfants moins nombreux et en meilleure condition, tout comme leur mère, c’est également moins de personnes à soigner par la suite. Exemple : selon l’ONU, si les mères nigérianes se limitaient dans les vingt prochaines années à quatre enfants, au lieu de cinq, l’État y gagnerait au moins 30 milliards de dollars.

D’autant qu’une jeune maman plus disponible, potentiellement plus éduquée, se fait plus facilement une place sur le marché du travail. En meilleure santé, elle y reste même plus longtemps. Résultat : moins de dépenses pour les enfants et davantage de revenus pour le foyer. Toujours selon les Nations Unies, un accroissement d’une seule année de l’espérance de vie permettrait au PIB par habitant d’augmenter de 4%. En d’autres termes, en Afrique subsaharienne, le PIB moyen par habitant passerait de 1000 à 1040 dollars.  

Où sont les États ?

L’ONG américaine Population Reference Bureau avance même un chiffre édifiant : un dollar alloué au planning familial permettrait à l’État d’en gagner trois. Pour l’Afrique de l’Ouest, l’organisation estime que 84 millions de dollars investis permettrait d’en économiser 246 millions, notamment dans le secteur de la santé.

Cependant, malgré ces évidences, la planification familiale n’est pas un investissement à la mode. En Afrique subsaharienne, où les réticences culturelles demeurent fortes, les États n’en ont pas fait une priorité, lui préférant des secteurs jugés plus urgents, notamment le traitement des maladies infectieuses. Résultat, en RDC, quinze personnes sur 100 utilisaient la contraception en 1997. Dix ans plus tard, ils n’étaient plus que 7%.

Les efforts restent insuffisants face à une explosion de la population et des besoins : dans les pays en développement, plus de 8 milliards de dollars seraient aujourd’hui nécessaires pour les satisfaire. Quatre milliards sont encore manquants.

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Côte d'Ivoire : la police appelle à 'ne pas lyncher' les suspects d'enlèvements d'enfants

Côte d'Ivoire : la police appelle à "ne pas lyncher" les suspects d'enlèvements d'enfants

La police ivoirienne a appelé vendredi à "ne pas lyncher" les suspects d'enlèvements d'enfants, comme cela est déjà arrivé en Côte d'Ivoire où une vague d'assassin[...]

Cameroun : 3 soldats tchadiens et 123 islamistes tués lors d'attaques de Boko Haram

Trois soldats tchadiens ont été tués lors d'attaques menées par le groupe islamiste nigérian Boko Haram dans le nord du Cameroun, selon un communiqué de l'armée tchadienne[...]

Comores : issue incertaine pour le second tour des législatives

Le second tour des législatives aux Comores verra s'affronter dans un face-à-face à l'issue incertaine, le parti du président Ikililou Dhoinine à celui de son prédécesseur,[...]

Musique : Elba chante Madiba

Il l'a incarné à l'écran, il le raconte aujourd'hui en chanson. L'acteur et DJ britannique rend hommage au Sud-Africain dans son dernier album, Mi Mandela.[...]

Burkina Faso : on ne touche pas à la sécurité présidentielle

Yacouba Isaac Zida a connu le 30 décembre ses premières sueurs froides en tant que Premier ministre burkinabè de la transition.[...]

CAN 2015 - Ibrahima Conté : "Nous pouvons écrire une page de l'histoire du foot guinéen"

Qualifiée par tirage au sort aux dépens du Mali, la Guinée se prépare à affronter la Ghana dimanche à Malabo (17 heures) en quarts de finale de la CAN. Un rendez-vous face à un[...]

Largement consacré à Boko Haram, le sommet de l'UA s'est ouvert à Addis-Abeba

Le 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africain (UA) s'est ouvert ce vendredi matin à Addis-Abeba. Un de ses objectifs annoncé est la concrétisation d'une force multinationale[...]

Trafic de bébés au Niger : la justice se déclare incompétente

Se déclarant incompétent, le tribunal correctionnel de Niamey a décidé vendredi d'abandonner les poursuites à l'encontre d'une vingtaine de personnes accusées d'avoir participé[...]

Afrique du Sud : qui est Eugène de Kock, le "tueur numéro 1" de l'apartheid ?

Le ministre sud-africain de la Justice a accordé vendredi la liberté conditionnelle à Eugene de Kock, le plus célèbre tueur de l'apartheid, responsable de kidnappings, de tortures et[...]

CAN 2015 : Ibenge et Le Roy se renvoient la balle avant le quart de finale RDC - Congo

"Le favori, c'est l'autre ! ". Florent Ibenge et Claude Le Roy évoquent pour "Jeune Afrique" le derby qui opposera, samedi 31 janvier à Bata, la RDC et le Congo lors d'un quart de finale de CAN[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121116170415 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121116170415 from 172.16.0.100