Extension Factory Builder
16/11/2012 à 17:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le planning familial pourrait avoir de nombreux bienfaits en Afrique. Le planning familial pourrait avoir de nombreux bienfaits en Afrique. © DR

Selon le rapport 2012 de l’ONU sur l’état de la population mondiale, les investissements dans la planification familiale représentent un énorme avantage économique pour l’Afrique. Un constat qui n’est pas inédit. Pourtant, les États semblent peu pressés de s’y mettre.

Le rapport 2012 de l’ONU sur l’état de la population mondiale ne révèle rien de fracassant. Le discours est même bien connu en Afrique, où le plaidoyer pour la planification familiale dure depuis des décennies. Et pourtant, les efforts consentis par les États sont encore insuffisants, déplore l’ONU.

L’équation est simple. Des enfants moins nombreux et en meilleure condition, tout comme leur mère, c’est également moins de personnes à soigner par la suite. Exemple : selon l’ONU, si les mères nigérianes se limitaient dans les vingt prochaines années à quatre enfants, au lieu de cinq, l’État y gagnerait au moins 30 milliards de dollars.

D’autant qu’une jeune maman plus disponible, potentiellement plus éduquée, se fait plus facilement une place sur le marché du travail. En meilleure santé, elle y reste même plus longtemps. Résultat : moins de dépenses pour les enfants et davantage de revenus pour le foyer. Toujours selon les Nations Unies, un accroissement d’une seule année de l’espérance de vie permettrait au PIB par habitant d’augmenter de 4%. En d’autres termes, en Afrique subsaharienne, le PIB moyen par habitant passerait de 1000 à 1040 dollars.  

Où sont les États ?

L’ONG américaine Population Reference Bureau avance même un chiffre édifiant : un dollar alloué au planning familial permettrait à l’État d’en gagner trois. Pour l’Afrique de l’Ouest, l’organisation estime que 84 millions de dollars investis permettrait d’en économiser 246 millions, notamment dans le secteur de la santé.

Cependant, malgré ces évidences, la planification familiale n’est pas un investissement à la mode. En Afrique subsaharienne, où les réticences culturelles demeurent fortes, les États n’en ont pas fait une priorité, lui préférant des secteurs jugés plus urgents, notamment le traitement des maladies infectieuses. Résultat, en RDC, quinze personnes sur 100 utilisaient la contraception en 1997. Dix ans plus tard, ils n’étaient plus que 7%.

Les efforts restent insuffisants face à une explosion de la population et des besoins : dans les pays en développement, plus de 8 milliards de dollars seraient aujourd’hui nécessaires pour les satisfaire. Quatre milliards sont encore manquants.

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Facebook a lancé jeudi l'application mobile Internet.org destinée à permettre un accès gratuit à quelques services de base sur internet. Pour l'instant, elle n'est accessible qu'en Zambie.[...]

Niger : de si précieux services de renseignement

Consacré aux services de renseignement (SR) du Niger, ce billet de Laurent Touchard* présente quels sont leurs organismes, leur rôle, les défis auxquels ils aujourd'hui confrontés, alors que[...]

Soudan du Sud : la reprise des négociations entre Kiir et Machar reportée au 4 août

Initialement prévue pour cette semaine, la reprise des négociations pour mettre fin à la guerre civile au Soudan du Sud aura finalement lieu le 4 août.[...]

Gastronomie sud-africaine : Kobus Botha, captain Barbecue !

Ogre sympathique et farceur, le Sud-Africain Kobus Botha fait découvrir aux Français la gastronomie populaire de son pays. Sa spécialité ? Le braai.[...]

"L'ombre d'une différence" : et il est comment le dernier Sefi Atta ?

Dans la même veine que son best-seller Le meilleur reste à venir, couronné par le prix Wole-Soyinka en 2006, le dernier livre de Sefi Atta nous fait vivre les questionnements d'une trentenaire[...]

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Le Conseil national de la presse exige des éditeurs qu’ils appliquent la convention collective et augmentent le salaire des journalistes. OK, disent les patrons, mais pas avant 2015.[...]

Centrafrique : le calvaire des réfugiés musulmans au Tchad, au Cameroun et en RDC

Plus de 500 000 personnes ont été déplacées en raison de la crise centrafricaine, selon Médecins sans frontières (MSF). Dans un rapport alarmant, l'ONG dénonce le désastre[...]

Ouganda : la loi anti-homosexualité annulée par la Cour constitutionnelle

Estimant que le quorum exigé par la Constitution lors du vote au Parlement n'avait pas été atteint, la Cour constitutionnelle ougandaise a annulé vendredi une loi anti-homosexualité[...]

RDC - Généalogie : dans la famille Kabila, je demande... les enfants du Mzee

Plus d'une décennie après la mort de Laurent-Désiré Kabila, les personnes se réclamant de sa filiation continuent de se déchirer. Entre Étienne, qui se dit "fils[...]

Afrique du Sud : une girafe a-t-elle subi le même sort que dans "Very Bad Trip 3" ?

Transportée à l’arrière d’un camion sur une autoroute en Afrique du Sud, une girafe serait morte jeudi après que sa tête a heurté un pont. La société sud-africaine[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers