Extension Factory Builder
15/11/2012 à 16:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'armée congolaise à la poursuite des rebelles du M23, le 26 juillet 2012 près de Goma. L'armée congolaise à la poursuite des rebelles du M23, le 26 juillet 2012 près de Goma. © Phil Moore/AFP

La trêve relative observée par le M23 et les FARDC depuis trois mois a volé en éclats, jeudi 15 novembre au matin. D'après le gouverneur de la province du Nord-Kivu, les combats ont fait 113 morts parmi les rebelles.

Mis à jour le 16/11/2012 à 09h00.

Les combats entre la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) et l'armée régulière congolaise ont repris jeudi près de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), après une trêve de trois mois. Selon le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, ces affrontements ont fait 113 morts parmi les rebelles et « quelques blessés » dans les rangs de l'armée régulière.

En début de soirée le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, avait annoncé que les affrontements avaient fait 51 morts. Selon le porte-parole de l'armée régulière à Goma, le lieutenant colonel Olivier Hamuli, un commandant des Forces armées de la RDC (FARDC) a été tué.

De son côté, le porte-parole militaire du M23, le lieutenant-colonel Vianney Kazarama s'est refusé à donner des chiffres sur les victimes de ces combats.

Les combats ont repris jeudi 15 novembre, vers 5 heures du matin,  près de Goma. L'armée a lancé des « offensives contre les éléments du M23 dans ses positions sur les axes de Rugari, à 30 kilomètres de la ville », indique un communiqué de la rébellion. « Six corps des assaillants en tenue des forces loyalistes rwandaises ont été retrouvés sur le site par les Forces armées de la RDC (FARDC) », a déclaré jeudi après-midi à la presse à Kinshasa, Lambert Mende, porte-parole du gouvernement.

« Les FARDC [Forces armées de la RDC, NDLR] ont progressé pour nous attaquer (...) nous sommes obligés de nous défendre », a affirmé jeudi matin le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire du M23, tout en dénonçant la rupture d’une trêve relative qui était observée depuis trois mois. La version de la riposte « auto-défensive » du M23 est démentie par les FARDC. « Nous ne les avons pas attaqués, c'est un prétexte, et nous savions qu'ils étaient en train de renforcer leurs positions depuis plus de deux semaines », répond le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, porte-parole de l’armée congolaise pour le Nord-Kivu.

Attaque depuis le Rwanda

« Cela fait plus d'une semaine qu'ils ont menacé de faire la guerre. Le communiqué n'est qu'un prétexte que nous avons considéré comme une déclaration de guerre. On nous a attaqués, nous sommes en train de reprendre nos positions », a-t-il indiqué. 

« Un petit groupe nous a attaqués depuis le Rwanda », a ajouté Hamuli, alors que l'armée congolaise combattait une autre offensive sur l'axe principal de la ligne de front entre Rugali et Kibumba, frontalière du Rwanda. Interrogé sur l'identité des éléments du « petit groupe », il s'est interrogé : « Comment distinguer s'ils étaient du M23 ou de l'armée rwandaise, puisqu'ils portent la même tenue ? »

En début d'après-midi, le lieutenant-colonel Kazarama a écarté toute idée d'offensive vers la capitale provinciale. « Ce n'est pas notre mission. Nous avons repoussé l'ennemi et nous sommes dans nos positions », a-t-il dit. Sur le plan militaire, la situation est encore confuse. Selon le lieutenant-colonel Hamuli, les combats ont cessé et l'armée procédait à un « ratissage » de la zone. Mais selon le porte-parole du M23, « l'ennemi continue à larguer des bombes sur nos positions » à Rugari, au nord avec des chars de combat et des hélicoptères, et l'armée a attaqué sur « trois autres axes ».

Goma la peur au ventre

Les FARDC comptent environ 20 000 hommes sur place et les Nations Unies 5 000, selon un diplomate occidental. Des blindés de l'ONU ont pris position à l'extérieur de Goma au cours de la matinée de jeudi. « Les gens sont en train de vivre la peur au ventre », a confié Omar Kavota, porte-parole de la fédération d'ONG Société civile du Nord-Kivu.

Plusieurs camps de réfugiés ceinturent la ville de Goma, ce qui avait poussé la Monusco à intervenir avec des hélicoptères pour arrêter l'avancée des rebelles, en juillet dernier. Avec l'attaque de jeudi, « on observe un afflux de déplacés vers le camp de Kanyarucinya, à une dizaine de kilomètres de Goma, a ajouté M. Kavota.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

Le territoire de Beni, région de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a été une nouvelle fois le théâtre de tueries à l'arme blanche, dans la nuit de jeudi &agra[...]

RDC : enlèvement de trois membres de la Monusco dans le Nord-Kivu

Deux Congolais et un Zimbabwéen, membres de l'unité de la Monusco chargée du déminage et de la neutralisation des munitions non explosées, ont été enlevés jeudi au[...]

Incident frontalier entre le Rwanda et la RDC : qui dit vrai ?

Les autorités du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, ont confirmé jeudi l’"infiltration" depuis dimanche de troupes rwandaises sur le territoire congolais. Mais il ne s'agirait que de[...]

RDC - Angola : ça plane pour Kabila et Dos Santos

Longtemps tendues, les relations entre la RDC et l'Angola connaissent une embellie. La preuve, les vols ont repris jeudi entre les deux pays.[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

RDC : le gouverneur du Nord-Kivu dénonce une incursion rwandaise à 120 km au nord de Goma

Les autorités congolaises ont confirmé mercredi l'incursion de militaires rwandais en RDC, dans le Nord-Kivu, en plein parc des Virunga. La raison de leur présence n'a toutefois pas été[...]

RDC : polémique, loi coloniale et fosses communes

La découverte d'une fosse commune à Maluku suscite l'émoi et un débat sur les modalités d'inhumation des cadavres non réclamés par leur famille. Surprise : c'est une loi[...]

Centrafrique : fin de cavale à Kinshasa pour Vomitiadé, l'ancien ministre du Tourisme

Condamné le 8 avril à deux ans de prison ferme pour viol sur mineure, l'ex-ministre centrafricain du Tourisme, Romaric Vomitiadé, est aujourd'hui en garde à vue à Kinshasa après[...]

RDC - Affaire Chebeya : reprise du procès en appel après deux ans d'interruption

Le procès en appel des assassins présumés du président de l'ONG congolaise la Voix des sans voix (VSV), Floribert Chebeya, et de son chauffeur, Fidèle Bazana, a repris mardi. La Haute Cour de[...]

RDC - José Makila : "On ne peut pas entasser des Congolais comme des rats dans une fosse commune"

Plus de 50 députés de l'opposition ont déposé dimanche une motion de défiance contre Évariste Boshab, vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur. Selon eux, sa[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121115160348 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121115160348 from 172.16.0.100