Extension Factory Builder
15/11/2012 à 12:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Augustin Matata Ponyo, le 14 novembre 2012 à Paris. Augustin Matata Ponyo, le 14 novembre 2012 à Paris. © Pierre Verdy/AFP

À l'occasion de sa visite en France, du 14 au 16 novembre, le Premier ministre congolais Augustin Matata Ponyo tente de rassurer les investisseurs potentiels, notamment en minimisant les tensions entre Kinshasa et Paris. Pendant ce temps, la crise continue au Nord-Kivu, et les crispations ethniques s'intensifient dans la région du Masisi.

Rassurer, notamment les investisseurs. C’est l’objectif principal de la visite en France de Augustin Matata Ponyo, qui a vanté « les potentialités énormes », de son pays, citant les secteurs des mines, des hydrocarbures, de l'agriculture, des infrastructures, des télécommunications et de l'industrie. Mais le Premier ministre congolais a d’abord cherché à minimiser les tensions existantes entre Paris et Kinshasa.

« Contrairement à ce que d'aucuns peuvent croire, les relations entre la France et la RDC n'étaient pas tendues » lors du sommet de la Francophonie de Kinshasa, a-t-il affirmé. « Il ne faut pas se fier aux apparences. Ce sommet a été l'occasion pour les responsables d'observer qu'il y a eu beaucoup de progrès. Il reste encore beaucoup à faire, c'est ce à quoi nous nous attelons ».

Conflits ethniques au Masisi

Une route de Rumangabo, le 18 octobre 2012.

© Junior D.Kannah /AFP

À l’Ouest de Goma, capitale du Nord-Kivu, s’étend le Masisi. Délaissé par les forces loyalistes congolaises, parties se battre plus au Nord contre le M23, ce territoire est de plus en plus la proie des conflits ethniques, a annoncé dans un communiqué, mercredi 15 novembre, le service Jésuite des réfugiés (JRS), qui soutient cinq camps de réfugiés dans la région.

« Prises au milieu du feu entrecroisé de groupes rebelles opposés », au moins 18 civils ont été tués depuis août, affirme dans le JRS qui appelle les forces de maintien de la paix des Nations (Monusco) et l'armée congolaise à intervenir. Car dans le Masisi, explique un jésuite, « la population se sent abandonnée par les forces de la Monusco qui n'a pas réussi son mandat ».

Selon les religieux, plusieurs groupes armés représentant notamment les communautés hunde et hutue s'opposent violemment. « La situation se détériore tous les jours », explique Danilo Gianese, responsable de la communication du JRS, qui refuse de préciser les raisons des exactions. À la fin de septembre, plusieurs villages hunde ont été incendiés par des membres de la milice hutue Nyatura. Le 3 novembre, plusieurs femmes au champ ont été tuées à quelques km de Masisi et le 11 novembre un hutu a été tué à Ngote par une milice appelée Forces de défense du Congo, selon le JRS.

François Hollande avait notamment conditionné sa participation au sommet de Kinshasa à des avancées en matière de démocratie et de justice, dénonçant des « réalités inacceptables » en RDC. Le procès des assassins présumés du militant des droits de l'homme Floribert Chebeya est notamment suivi de très près par Paris.

Réforme de la Ceni

« Il faut laisser la justice faire son travail », a déclaré Matata Ponyo, pour qui la procédure engagée ira « jusqu'à son terme. (…) La justice congolaise a donné, à tous, de manière exceptionnelle la possibilité de suivre ce procès, de manière publique, télévisée », relève-t-il.

À propos de la démocratie, le Premier ministre a rappelé que le Parlement congolais débattait actuellement d'un projet visant à restructurer la commission nationale électorale indépendante (Ceni). « Les députés de la majorité présidentielle et ceux de l'opposition sont en train d'y travailler et nous avons la ferme conviction que nous aboutirons à un projet commun ».

Mais le sujet chaud du moment c’est évidemment la guerre dans l’est de la RDC, au Nord-Kivu (voir encadré ci-contre), confronté depuis six mois à la rébellion du M23. Matata Ponyo a appelé la France à défendre aux Nations unies la voix de son pays, notamment pour que des responsables rwandais, accusés par l’ONU de soutien au M23, soient sanctionnés. Comme l’a été le leader de la rébellion, le colonel Sultani Makenga, qui a été placé mardi sur la liste noire des États-Unis.

Sanctions contre des responsables rwandais

« Nous souhaitons que la France en tant que membre permanent du Conseil de sécurité porte haut et fort la volonté de la RDC que tous ceux qui sont impliqués dans ce rapport soient sanctionnées », a souligné Matata Ponyo, précisant avoir discuté de cette question mercredi à l'Elysée avec le conseiller diplomatique de François Hollande, Paul-Jean Ortiz.

Matata Ponyo doit également rencontrer plusieurs membres du gouvernement français, dont le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius (jeudi) et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault (vendredi), ainsi que des opérateurs économiques.

L'interview vidéo de Matata Ponyo par Jeune Afrique, le 15 novembre à Paris :

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

La RD Congo vend son énergie et son potentiel agricole à Londres

La RD Congo vend son énergie et son potentiel agricole à Londres

 Le premier Global Africa Investment Summit à Londres a été nettement dominé par la présence des pays anglophones. Rare exception, la RD Congo a présenté plusieurs projets &agr[...]

RDC : opération "villes mortes" dans les grandes agglomérations du Nord-Kivu

Une opération "villes mortes" a été organisée mardi dans la plupart des grandes agglomérations du Nord-Kivu (est de la RDC) pour protester contre l'insécurité[...]

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers